Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 19:45

Participants : TV, JMJ

11 h / 19 h 30

Alignement de la paroi sous le cadre, du côté de la forêt. Vide sous le redan (banquette) en bas, côté fort, avec présence eau et courant d'air.

JM

Partager cet article
Repost0
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 22:37

 

Participants : TV, BD, BP, YM

10H30 . 20h00 .

Le perfo a beaucoup tourné pour descendre d'au moins 80 cm. Plus on s'éloigne du rebord, plus la roche est dure et compacte.
Un stock de cailloux propres sont prêts pour continuer le mur en PSH ( pierres sèches humides). Thierry est en vacances pour trois semaines, donc ce sera pour demain, avec Jean Marie ? Sortie suivante jeudi ( Jean Luc et Yonyon).  Bruno peut être samedi ?
La porte devrait s'ouvrir d'ici peu ?
Quelques photos sur picasa ( Bruno  et Yonyon)

Bruno

 

Perte de Borey, dimanche 2 août 2015
Partager cet article
Repost0
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 08:33

Participants : Véro et 7 spéleos alsaciens

TPST : 4 h 

Echange marchandise entre le Haut Rhin et la Haute Saône. Une mine de cuivre et de galène contre une rivière d’argile (Solborde). Rendez vous devant la gendarmerie pour déclarer la sortie, c’est très protocolaire ici. Je fais connaissance avec Julien Blaise à l’initiative de l’échange. On part dans des chemins de bois, la marche d’approche est à 45 degrés dans une sapinière affalée. Pouf pouf c’est dur. On entre par un tuyau toboggan, tête en avant. Les pieds dans l’eau de suite puis on part sur une succession de puits que Julien équipe en canyon j’ai bien regardé mais ce n’est pas encore clair, il faudra que je refasse moi-même. Je prends des photos avec mon iPhone expérience concluante. On papote équipement en attendant en bas des puits. Ma dégaine fait débat, que je descende sans vertaco aussi. Preuve par l’exemple, avec je ne descends pas. Dans une mine il n’y a rien à voir à part ses pieds, ses collègues, et son équipement. Mais c’est chouette quand même. J’apprends un truc en échangeant : mettre une longe dans le kroll pour la raccourcir. Je trouve ça malin.

On arrive au dernier étage à passer, c’est le plus ancien (16e siècle) avec des galeries noyées jusqu’aux fesses d’une eau à 6 degrés. Pas de néoprène, la marche est piquante sur une centaine de mètres. Les galeries sont taillées en forme de sarcophage, un spéléo me dit que les mineurs avançaient de 20 cm par jour… il y a 5 siècles on y bossait à en perdre la vie pour quelques poignée de minéraux, aujourd’hui on s’y balade pour le loisir. On voit des veines bleutée (cuivre) parfois, des carreaux gris brillant (galène) et d’autres choses que j’ai oubliées. La galène c’est pour faire des postes de radio hein ;-) quand M. Braun lui trouva une propriété conductrice en 1874. Bonne journée d’échange de connaissance. Ca m’a fait du bien.

Véro

 

Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Traversée de l'Armée Céleste, samedi 1er août 2015
Partager cet article
Repost0
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 08:22

Participants : JPS.YM.

14h00 17h15 .

Une trentaine de seaux seront sortis en première séance. J’attaque au perfo les gros blocs empilés lors des soties précédentes. Jean-Paul vide les seaux et gerbe les cailloux. Maintenant, il y a de la place pour gratter au fond. Toujours un bon courant d'air au fond dans les éboulis.

Yonyon

Partager cet article
Repost0
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 08:14

Participants . JMJ .YM

11H00 . 17H15 .

 

De 11h00 à 13h00, une trentaine de seaux seront sortis du fond. Après le casse croûte, JM attaque au perfo. Banc de roche très dur, une vingtaine de seaux de cailloux est ressortie. Nous avons testé la poulie fabriquée par JM (jante de roue de brouette), la corde déraille un peu mais ça marche pas trop mal. Nous sommes à environ 50 cm en dessous du mur dernièrement fabriqué par Thierry et Nanard .

Yonyon

 

Perte de Borey, mercredi 29 juillet 2015
Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 18:55
Espagne,région de Cantabrie, FFS Porracolina 2015.
Séjour du 19 au 30 juillet.
4 sorties seulement, en alternance avec des randos côtières en compagnie de Chantal, ma compagne non spéléo.
- 21/07: petite sortie de 5 heures dans l'entrée du réseau de la Gandara( 110km) pour aller à la confluence aval des deux rivières relever le capteur de pression Reefnet installé l'an dernier. Via un P 50 situé peu après l'entrée, 800 m de progression nous amènent à la rivière. Nous voulons aussi vérifier les courants d'air présents dans ce secteur qui voit affluer par un siphon 80% de l'eau du réseau, et dont l'amont est complètement inconnu( les 110 km sont sur l'autre branche). Finalement, seul un méandre très en hauteur, avec petite cascade, n'a pas été vu. Nous parvenons à monter à plus de 10 m par une galerie latérale, mais il faudra revenir pour équiper la suite et atteindre ce méandre. Impossible de sentir s'il y a de l'air depuis le balcon atteint. (participants: P et S Degouve, Etienne Bunoz, Bruno Pernot)
-24/07: Réseau de L'alto de Tejuelo ( 121 km), Torca du Passillo (dev 4km, -240): Je connais bien ce gouffre pour en avoir découvert l'entrée il y a quelques années et déja participé à 3 incursions dont la jonction avec plongée. Début juillet 2015, une petite escalade au bout d'une galerie ( avec beaucoup d'air..) a livré 800 m de nouveaux conduits susceptibles de permettre une jonction avec le réseau Aitken/ourson(situé à environ 200 m en plan, réseau de 10km non relié). Deux départs latéraux un peu avant le fond nous attendent. Les dimensions sont réduites, alternance régulière de passages à plat ventre, debout, 4 pattes... La topo et les relais d'équipiers s'enchainent dans un conduit pas très facile,labyrinthique ( type éponge),  très agressif au sol et sur les parois ( aspérités multiples) mais avec toujours de l'air. Après 150 m, terminus sur rétrécissement humide, plus d'air. La recherche de l'air nous oriente vers le plafond 30 m avant le fond. Une petite dizaine de mètre d'escalade avec assurance sur concrétions nous livre l'accès à un nouveau labyrinthe encore plus tordu. Il nous faudra 2 heures, à 5 personnes pour  trouver le bon passage sur seulement 50 mètres !! Bingo, on débouche dans une trémie puis une grosse galerie rectiligne( 10x10 minimum). Vu le temps déja passé, seulement 300 m en ligne droite sont topographiés jusqu' à une grosse coulée au sommet de laquelle la galerie sera à poursuivre. De gros départs latéraux ne sont pas vus faute de temps.  Le secteur est très intéressant à triple titre. Le nouvel amont se rapproche d'un autre réseau connu de l'alto de Téjuelo, la jonction avec Aitken se rapproche également très fortement, et un nouvel aval se profile vers un secteur vierge du massif. Le retour s'effectuera en plus de 4 heures dont presque 3 dans les puits, notre camarade Etienne ayant connu des difficultés dans ce trou assez sportif. Bilan 500 m de première difficile mais quand même.  TPST 14 heures, Participants: P et S Degouve, Etienne Bunoz, Gotchon (club basque de Guernica), Bruno Pernot.
-27/07:secteur du canal del Haya, commune de Bustablado,  travaux de désobstruction dans un gouffre déja répertorié, s'arrêtant à -10 sur puits étroit avec beaucoup d'air. Deux pailles m'offrent d'équiper la suite en première, un petit ressaut et un puits de 12m. Le bouchon de blocs  suivant est rapidement franchi, mais 5 m plus bas, nouvel obstacle. Une paille est efficace, mais les blocs forment bouchon dans la diaclase qui se rétrécit fortement plus bas. Malgré deux tentatives, impossible de forcer ou de remonter les blocs, c'est trop étroit. L'air passe en force, mais pas nous. Tant pis, trop de travail on laisse tomber. Le secteur environnant de dolines/lapiaz à lames est prospecté à nouveau, c'est tellement vaste et plein de recoins. Des entrées déja répertoriées sont retrouvées, ainsi qu'une grosse doline à 50 m de notre gouffre délaissé. Au fond de celle ci, Patrick franchit une étroiture non vue lors de la première visite des années en arrière. Pendant que les deux autres continuent à prospecter,  je le rejoins et on commence la topo dans un beau méandre fossile bientôt rejoint par un second provenant d'un amont, il y a de l'air aspiré en aval. Quelques passages étroits plus loin, on bute sur la margelle d'un large puits ( palier à 6 m +10 derrière?). Pas d'équipement avec nous, il faudra y retourner. Bilan : 150 m topographiés et un trou très bien placé dans ce secteur. TPST: 3+2h Participants: P et S Degouve, Etienne Bunoz, Bruno Pernot.
- 28/07: Réseau de CARCABON ( commune de Ramalès, massif voisin de Porracolina). Ouvert en 2013 après des années de travail difficile, le boyau d'accès hyper ventilé -ronflement permanent, vaguelettes dans les voûtes mouillantes provoquées par l'air- surnommé la "via coloscopia" long de 300 m, très boueux- n'est possible qu'en très basses eaux. Une montée de 50 cm suffit à verrouiller les voûtes mouillantes. Cet hiver, avec des crues cinquantenales, l'eau est montée de plus 30 m dans le réseau avec sortie exceptionnelle par notre exutoire d'accès... A la sortie du boyau, comportant à l'entrée une étroiture inclinée redoutée au retour, deux lacs sont à traverser en nageant, entrecoupés de cheminement en grosse galerie, de  petits puits divers à monter puis descendre, de mains courantes glissantes et de passages pentus équipés en fixe. Tout cela avec une néoprène 3mm sous la combinaison et son sac perso à traîner (sac étanche, eau, bouffe, matos collectif). Après une heure et demie de progression très sportive, à la sortie du dernier lac, on atteint le " vestiaire". Nous avons décidé d'emporter des sous combinaisons en sac étanche pour progresser ensuite plus facilement. Ce sera un bon choix malgré la contrainte de remettre la néo au retour.
Début juillet, une équipe a exploré en première ( et en néo..) 2 km de galerie dans l'axe principal, au niveau le plus bas ( galeries de bonne taille mais semi actives avec bruit de rivière dessous). A un carrefour bien marqué avant le départ vers cet amont principal, nous montons dans la salle et la galerie du périscope pour trouver un niveau supérieur. On topographie la galerie des Piranhas au passage, puis jonction de cette dernière avec le périscope au pied d'une grosse trémie avec air.  La trémie est franchie verticalement à travers les blocs sur 15 m, le passage bien purgé. J'ai la joie de déboucher dans une salle de très grande taille qui se révèle en fait être le départ d'un gros canyon de 20x40 avec un point haut mesuré à + 66m ! C'est tellement gros qu'il faut monter et descendre régulièrement. Mais cela ne dure pas, des énormes coulées stalagmitiques nous oblige à tailler des marches au burin/marteau pour les franchir. Les concrétions et les excentriques font leur apparition. Nous nous obligeons à emprunter le même chemin pour salir ou abimer le moins possible tellement c'est propre, beau, fragile, magique.  La topo et les relais s'enchainent avec des visées de 50 m et plus. Il faut trouver le bon positionnement à l'avant pour que la visée laser et le travail du topographe soit le plus facile et direct. Nous prenons donc des relais à tour de rôle pour pouvoir profiter chacun de cette belle première.
Le canyon se transforme vite en gros conduit entrecoupé de trémies contournées facilement. Le sol se couvre de  gours asséchés sur les 20 m de large, les concrétions se multiplient. C'est un grand moment, la galerie est superbe. Arrive d'autres bifurcations nous obligeant à faire des choix, à mettre des points topo et surtout à ne rien oublier. Ici arrêt sur puits dans un nouvel aval, là cul de sac sur coulée etc... Après 8h de progression et plus d'un km ajouté, il nous faut faire demi-tour dans un conduit de 20x20... Il faut penser à rentrer avec quelques photos au passage, une amélioration des marches dans les coulées; etc. Il nous faudra 4 heures pour revoir la sortie à ce point atteint( 1300 m de l'entrée).
Le réseau connu atteint désormais 5 km avec un point extrême à 1800 m de l'entrée, mais ce n'est vraiment que le début, vu la taille des galeries et le massif énorme au dessus ( les sommets culminent à 1200 m, l'entrée est à 120 m à peine). Encore quelques sorties puis ce sera bivouac vu les délais requis pour poursuivre et les difficultés de progression à l'entrée. Des prospections sont à faire pour essayer de trouver un autre accès par un gouffre, mais rien de connu ou presque sur ce massif peu parcouru apparemment par les locaux. La partie boisée jusqu'à l'altitude 500 m ne facilite pas les recherches, c'est presque impénétrable. La piste carrossable s'arrête très vite, l'extrémité du massif est à 10km...Du boulot pour encore de nombreuses générations ! A peine rentré, déja envie d'y retourner...
TPST: 12 h, participants: P et S Degouve, Etienne Bunoz, Bruno Pernot.
                                                                                                                           Bruno
                                                                                                                                                                                                
Espagne, séjour de Bruno du 19 au 30 juillet 2015
Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 09:57

Participants : Mathieu Didez, Bernard Détouillon, Véro

TPST : 5 h

 

On s’est donné rendez vous à 9 h à Arbecey. On s’équipe en 40 minutes mais c’est parce qu’on parle beaucoup en dévorant les pains au chocolat de Nanard.

On équipe le trou en tendant une corde entre deux arbres avec un nœud de 8 au milieu pour faire un amarrage. Zoup tous en bas. Ça sent le cadavre.

Petit bestiaire de la virée par ordre d’apparition : un rat crevé, un crapaud débonnaire, 2 rats crevés qui flottent, un coléoptère très très loin de l’entrée, un triton à ventre citron, et un têtard.

On va jusqu’au Titanic, au bar tabac. Mathieu et moi on a froid, Bernard est stoïque. On file jusqu’à la galerie des Chailles. C’est beau quand même tout ça. Pique nique en puisant bonnet et cagoule planqués dans les bidons. Je crois qu’on attend trop longtemps avant de prendre des glucides.

Retour agréable on a moins froid et des calories en plus. En plus c’est beau par un côté qu’on avait pas encore regardé et ça scintille de partout.

On trouve un fossile de coquillage (ou de feuille ?) en remontant le bar tabac, hop je le garde (chut). Le niveau de l’eau est bas quand même, mis à part les splash incertains quand on s’étale contre les bord de gours invisibles, on s’est mouillé jusqu’au nombril.

On sort à l’heure pour permettre à chacun d’honorer les rdv de fin de journée.

Véro

 

 

Chaland, mercredi 29 juillet 2015
Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 09:51

Participants : Nanard, Sabrina, Fanny et Mathieu.

Temps idéal : pas trop chaud. Parcours rouge et la noire du château pour tout le monde.

BD

 

 

 

Nans Sous Ste Anne, via ferrata, samedi 25 juillet 2015
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 07:22

Participant : BD
8 H 30 - 12 H 30

 

Descente dans un puits chez le copain d'un collègue de travail à Champvans vers Gray. Après avoir vidé une partie de l'eau, je descends à - 11 m pour visualiser le fond et procéder à son nettoyage. De nombreux seaux de vase et quelques déblais extraits du fond.

Beau maçonnage et surtout des racines de marronnier impressionnantes qui descendent le long des parois pour rechercher l'eau.

Nanard

 

Champvans, mardi 21 juillet
Champvans, mardi 21 juillet
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 09:37

Participants : ma maman, Valbert et moi
TPST : 1H45

Pour obéir au plan canicule, j’ai décidé d'emmener mamie sous terre pendant la pause méridienne. On arrive à la baume à 12h. Un groupe de d’adolescents fribourgeois est déjà engagé. Un second s’affaire en attendant.

On s’équipe, je met la petite nouille de confort à l’entrée pour le retour et hop on y va. Valbert sert d’éclaireur. On arrive à la rivière : presque pas d’eau. Séance photo pour toutes les copines de chorale de ma mère et retour. Petit goûter et voilà.

Je crois que je ne l’emmènerai pas tous les jours :-), mais c’était à faire une fois.

Véro

 

Gonvillars, dimanche 19 juillet
Gonvillars, dimanche 19 juillet
Partager cet article
Repost0