Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:41

18 mai Fingal’s cave île de Staffa (ECOSSE)

Notre traversée devait avoir lieu lundi mais la mer est trop « rough ». Je comprends roof comme un plafond. Bref on attend sur la jetée mercredi qu’un bateau nous prenne, on est juste en dessous de "avis de grand de frais", mais on y croit. On nous embarque sans garantie de pouvoir débarquer à Staffa. On fait partie d’une cohorte d’ornithologues amateurs et la première étape ou bout d’une heure de navigation très agitée (on est beige pâle ou vert selon la lumière) est Longa, une île de l’archipel Trennish. On remet le cœur et les tripes à l’endroit et on pique-nique au milieu des puffins (macareux) Puis direction Staffa. Splendide, austère, la cavité s’ouvre sur une mer démontée. On ne pourra jamais accoster. Dommage, mais le pilote est assez excellent pour nous amener trèèèèès près. Retour maison bien contents.

Philippe et Véro
Spéléo écossaise 3, mercredi 18 mai 2022
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:37

17 mai, à Ockle, Colomban’s cave (ECOSSE)

En s’appuyant sur une description de randonnée, on part en quête de la grotte de saint Colomban qui a séjourné dans le secteur. En surface, des moutons, des agneaux (beaucoup) et de la lande spongieuse pour la prospection jusqu’au flanc de mer. On s’habitue à marcher dans le mou-mouillé. C’est bien vallonné et on aperçoit qui affleure des bandes calcaires. Philippe trouve finalement l’entrée de la grotte, qui fait face à la mer. Il y a deux accès qui se rejoignent devant une baignoire pleine « les fonts baptismaux de saint Colomban » m’explique Philippe. Au fond une étroiture confortable, un ressaut de 1 mètre , un crapaud que je mets dans mon buff pour plus tard et et environ 15 mètres de développement avec un plafond concrétionné qui finit par pincer en s’abaissant. On sort le crapaud, Philippe pointe la cavité sur goggle maps. 

Philippe et Véro
Spéléo écossaise 2, mardi 17 mai 2022
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:32

Avec Julian Walford du GSG, Allt Nan Uamh Stream Cave à Proximité d’Elphin (ECOSSE)

A 9h00, Julian nous rejoint à notre B&B et nous l’amenons avec nous. La route est belle, sinueuse et la conduite à gauche de Philippe nous donne déjà de belles sensations. Les ornières sont profondes, les routes étroites et parfois à voie unique parsemées de rares espaces de croisement. Nous arrivons à 10h30, à Elphin, au Nord d’Ullapool, dans un local du GSG nanti de toilettes, douches et couchage pour 20 personnes qui permet d’y envisager dans le futur un déplacement groupé. Dix minutes de route plus loin, nous nous arrêtons pour trente minutes de marche française, dix écossaises, qui nous amènent à l’entrée de la cavité en bord de ruisseau (qui n’existe pas par temps sec). Un ressaut de deux mètres, suivi d’une courte reptation nous amène dans une suite de salles entrecoupées d’étroitures jusqu’à un amont terminal. Julian nous invite à poursuivre par un réseau accessoire nécessitant un ramping humide. Là aussi, escalades, désescalades, rares cordes à nœud ou échelles même si parfois une main courante aurait été bienvenue. Nous ressortons sous la pluie, pour nous changer au local et retourner, à gauche sur la route, très à gauche,  non mais pas autant.

Philippe et Véro
Spéléo écossaise 1, vendredi 13 mai 2022
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 15:31
Espagne, Cantabrie, Val d'Ason du mardi 19 octobre au dimanche 31 octobre 2021
Participants : Bruno

Ci après, copie de la synthèse écrite par Patrick Degouve ( GSHP 65), le détail jour par jour vient ensuite. Le groupe de 7 s'est scindé parfois en deux équipes sur deux lieux différents.

Nous avons réuni une belle équipe pour des objectifs qui l'étaient tout autant.

Il y avait Adrien, Damien, Sandrine et moi pour le 65, Laurent et Ced du 26, Bruno du 67 et Gelo, le local de l'équipe, qui nous a rejoints pour quelques sorties.
Adeptes de la variété, nous avons ciblé des objectifs tant en surface (désob et prospections) que sous terre, jonglant aussi avec une météo qui nous a été plutôt favorable. De ces 10 journées sur le terrain on retiendra :

Recherches sur l'alimentation du Rio Sordo :

Cette source temporaire située en amont de la Cubera (résurgence du système Cueto-Coventosa) semble correspondre à un réseau important dont on ne sait pas grand chose mais qui devrait révéler de bonnes surprises à ceux qui parviendront à y accéder. Nous avons donc commencé par une bonne séance de désobstruction dans la résurgence. Il y a de l'air, mais aussi beaucoup de travail. A suivre donc ...
Le jour suivant nous sommes allés revoir le fond du canyon de la Coventosa qui pourrait être en relation avec ce drain mystérieux. Une superbe ballade ponctuée de passages aquatiques. Bilan des courses, une escalade facile à faire une prochaine fois, et une autre un peu folle pour atteindre la voûte du canyon, 85 m plus haut que le niveau de la rivière. A ce niveau, le plafond baisse brutalement d'une quarantaine de mètres, laissant largement assez de place pour un conduit supérieur. Une envolée qui devrait être assez aérienne...

Toujours dans l'espoir d'atteindre ce réseau mythique, nous sommes retournés au gouffre de la Ruine qui s'ouvre 700 m plus haut. A -110, le puits parallèle traversant la couche de grès a été atteint et 75 m plus bas nous nous sommes arrêtés sur un nouveau puits estimé à une bonne trentaine de mètres. La suite sera pour une prochaine fois car les découvertes réalisées à la Gandara ne nous ont pas laissé le temps d'y retourner.

Réseau de la Gandara

A priori ce n'était pas gagné. D'un côté, une escalade au plafond d'une salle proche de l'entrée et de l'autre, une désobstruction dans un éboulis le long de la paroi de cette même salle.
Ced, et Damien se sont acquittés de la première avec brio, relayés par Adrien pour une seconde escalade 20 m plus loin. Bilan des courses : 980 m de belles galeries en trois branches, un vrai régal...
Du côté de la désobstruction et contre toute attente, le travail s'est avéré beaucoup plus court que prévu et en deux séances le passage livrait l'accès à une jolie galerie parcourue par un violent courant d'air. Nous pensions jonctionner avec la cueva d'El Rio Chico déjà reliée au réseau mais accessible uniquement par des siphons que nous avions plongés dans les années 80. De ce côté c'est raté car des trémies nous ont barré la route. Il faudra encore insister un peu...
Au total, nous avons ajouté près d'un kilomètre au réseau qui en compte désormais 117.
Un séjour bien occupé, sympa et instructif par la présence de nos deux pros qui terminent leur formation de brevet d'état et celle de Ced, formateur chez Atoutcorde (Formation de cordistes)

Détail par jour de sortie.

Mercredi 20 octobre, Val d'Ason : désobstruction trémie du Sordo.

Jeudi 21 octobre, Bustablado/buzulucueva: Gouffre, travaux sur une branche à poursuivre vers -70. Arrêt sur puits après plusieurs étroitures sévères. Une jonction sera réalisée avec l'autre branche sur une sortie suivante, vers -120. Le trou est déséquipé.  Dans le même secteur, un gouffre dans une belle doline de lapiaz, dont l'entrée était repérée, est équipé. Arrêt vers -30 sur lucarne étroite avec air.

Vendredi 22 octobre, Val d'ASON: réseau de la Coventosa ( Cueto Coventosa = -800, env 30 km), cf le CR de Patrick.

Samedi 23 octobre, Bustablado/buzulucueva: retour au gouffre du 24/10,  travaux dans la lucarne, puits trop étroit derrière et seconde lucarne en direction d'une autre entrée repérée sur le flanc de la doline. On déséquipe pour descendre de l'autre coté, un  P 29 qui permet d'atteindre l'autre coté de la lucarne précédente. C'est terminé ici. Topo des deux cavités.

Dimanche 24 octobre, La Gandara: Gouffre du Pasapuré ( le presse purée). L'objectif est de descendre les puits restants dans la galerie vers -200. Nous avons laissé 100 m de cordes en mai dernier.

Un P 104  fractionné redonne dans la rivière vers -304, on topote et on remonte. Le suivant redonne dans le premier vers -12.  Nous revenons en arrière avec toutes les cordes. Un troisième se termine sur trémie vers -15. Nous déséquipons alors le P20  et la main courante pour récupérer encore 50 m de corde + les amarrages. Le tout est ramené à la base du P 75 vers -180. Nous laissons 60 m de cordes car il reste encore deux puits à faire au début de la galerie amont. Bien chargés ( sortie à trois), nous remontons le reste. Petit incident en remontant le P75 en dernier. La longe du kit, très lourd, casse au premier fractio et il vole avec deux rebonds et une perfo à l'intérieur...Heureusement j'étais le dernier. Miracle, il a tenu et fonctionne sans souci, une corde a dû amortir au mieux.

Lundi 25 octobre, la Gandara: zone d'entrée du réseau, travaux et escalade. Cf le CR supra.

Mardi 26 octobre, la Gandara: idem.

Mercredi 27 octobre, La Gandara : prospection et travaux dans deux trous déja répérés, sur les hauteurs de la vallée de la Posadia, au dessus du réseau de la Gandara. Terminés à -30 et -50.

Jeudi 28 octobre, col de la Lunada, Espinosa de las monteros : travaux en deux équipes sur des entrées repérées. Terminés à -35 et -40m.

Vendredi 29 ocotbre, La Gandara: poursuite des explorations en première et topographie.

Samedi 30 octobre, La Gandara, col d'Ason, grotte de la Cascada : courte visite de ce court réseau qui alimente la spectaculaire cascade crachant au milieu d'une énorme falaise. Travaux dans la trémie terminale du fossile, censée ne pas être avec courant d'air.  Surprise, il y en a sur le coté, par un petit orifice en paroi. Ce sera à poursuivre, rien n'avait été tenté depuis l'exploration il y a 50 ans....

Photos prises en majorité en direct pendant la première dans la Gandara. D'autres à suivre plus tard.
NB : Côté technique, l'utilisation des amarrages réutilisables "PULSE" de Peltz est incroyable en escalade ou en équipement temporaire. Hyper rapides à poser, fiables car normés, simples à utiliser etc. On ne laisse plus aucun goujeon ni spit en place. Inconvénient, ça vaut un peu cher.
Bruno
Espagne, Val d'Ason, du 19 au 31 octobre 2021
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 09:54
Retour sur une mission spéléo-archéologique en Grèce de plusieurs semaines particulièrement éprouvante mais dont les premiers résultats sont exceptionnels. 
Mines d'argent datées de l'âge du Bronze. Près d'un kilomètre de réseau souterrain exploré, étudié et topographié. Amplitude moyenne des galeries : 40/80 cm.
Expérimentation d'un DL2 pour la première fois sous terre (DistoLaser/LIDAR)
(Restitution 3D des galeries)
 
Le plus long reste à faire : le traitement des données.!
 
En PJ un article récent avec quelques images parlantes + un lien :
Denis
Partager cet article
Repost0