Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 07:39
Participants : TV, JPS, JMJ
10h-19h.
 
    Au départ nous ne devions être que deux,Th et moi... donc au programme, topo. La veille J-Paul s'annonce. Donc on prévoit de transférer un maximun de déblai dans la galerie amont en prévision des prochains travaux. En fait J-P. ne pouvant rester...retour au plan "A". 2h. plus tard nous ressortons bien "pourris" et Th. profite de l'apéro pour faire une esquisse de topo : 20 visées pour 50 m.!!! Après le repas, nous faisons un report en surface : Bruno avait raison, car on se trouve au niveau du haut du revers en direction du fond de la "reculée". On va gratter un peu dans une perte 50 m. avant la perte de la dent : très peu de terre, que du bloc
avec des espaces... à revoir ! Nous finissons la journée en allant voir la résurgence de tout ce système que nous ne connaissions pas, la source du Moulignont à Port. Prochaines sorties, en principe, mardi et mercredi.
La veille nous sommes passés voir Didier au Wicky vers 13 h 45....personne !!!
JMJ

Effectivement,  je n'ai rien fait samedi matin car la météo me semblait assez capricieuse, bien que cela était plutôt annoncé  pour le soir. Certes, je sais maintenant que j'ai eu tort. ‌
Assez moche sur Pont de Roide le samedi matin, pas de regret , je  retourne  mercredi  pour une continuation avec une météo sympa, j'espère retrouver une eau claire ..

Didier

 

Perte de Bougnon, dimanche 2 août 2020
Perte de Bougnon, dimanche 2 août 2020
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 14:14

Présents : Jean-Marie J. ; Thierry V. ; Jean-Paul S. ; Thierry G. ; Pascal ; Nanard

TPSS (Temps passé sur Site) : 8 H 

Après le rituel café croissant de 10 H qui dure, Pascal déjà équipé s'impatiente (les anciens ont du mal à se remuer). Finalement ça s'active et le top départ est donné. 

Jean-Paul joue de la tronçonneuse pour finir d'aménagement le chemin d'accès au trou; il manque les bordures, le graviers et les plantes !!

Thierry V et Jean-Marie s'occupent de finaliser l'entrée en installant la plaque de fermeture de l'entrée. 

Pendant ce temps là, Thierry G., Pascal et Nanard partent au laminoir. On en profite pour faire une petite visite des lieux pour ceux qui ne l'avaient pas encore vu.

Thierry G et Nanard en néo s'enfilent dans le laminoir pour aménager le passage et faciliter l'accès à tous. Au bout de 12 m ça se relève un peu, mais arrêt sur siphon.

Pendant que Nanard reste au fond du laminoir, Thierry G. et Pascal remonte la galerie boueuse parallèle, puis accèdent à la salle supérieure afin de trouver une suite possible.

A la voix et à la lumière, on trouve la jonction du fond de la galerie parallèle avec le siphon. Une galerie en rive droite, dans le laminoir, semble être un chenal d'arrivée d'eau (1.50 m de large sur 0.5 m de haut), venant de la galerie principale.

Dans le laminoir, un orifice de 40 cm au plafond laisse percevoir un semblant de salle. Malgré les éclairages par le laminoir, Thierry n'a pas perçu la lumière dans la salle supérieure.

Il faut attendre que le niveau baisse afin de voir si le siphon se transforme en voûte mouillante et finaliser les recherches dans la salle supérieure ; une diaclase serait à élargir.  Attendons la finalisation de la topo pour y voir plus clair.

Retour en surface pour manger. On retrouve Thierry V et Jean-Marie, qui viennent d'effectuer leurs deux premières visées topo. Pascal et Jean-Paul sont repartis vers 13 H. Thierry les suivra après le repas accompagné de la "Tafiole" de Thierry (Rosé ramené du sud). En ce moment, les vins qui accompagnent nos repas, sont basé sur la valse des étiquettes : "Silex" ; "Mulot" ; "Tafiole"; .... ce sera quoi la prochaine ?

On repart à l'assaut de la cavité pour poursuivre la topo jusqu'à la base du puits de 6 m . Puis retour en surface vers 18 H .

Dimanche prochain : poursuite de la topo

Nanard

Perte d'Abondance, dimanche 5 janvier 2019
Perte d'Abondance, dimanche 5 janvier 2019
Partager cet article
Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 19:02
Participants : J-M J, Bruno, Nanard, Jean luc.
9h30h/14h
 
A défaut de poisson en ce jour inédit ( 4 sortants un lundi!!), une grenouille est descendue dans le bocal. Bruno et JMJ partent devant. L'autre tandem s'occupe de la topo ( cf autre article dédié).
La corde du puits étant attachée assez courte à la barre à mine placée au dessus de la diaclase, arrive ce qu'il ne faut pas : quelques cm de mou manquant pour enlever le stop, et cela suffit à la décaler de son support... Elle file dans la diaclase... Il faut donc attendre JMJ avec la perfo et les spits pour refixer l'échelle plus longue apportée. Pendant ce temps, avec un seau et de l'eau à gogo en bas, aspersion des parois pour un léger nettoyage. Le niveau est bien descendu, environ 60 à 70 cm de plus en 8 jours. Ce qui le place à environ 4,50 m sous le rebord (mesuré au disto).
En bas, le passage espéré n'est pas au rendez vous. La diaclase se transformant en méandre incliné, je prends pieds sur un talus de cailloux issus des travaux, sous 1,50 m d'eau. Mais sans toucher le bout. La barre à mine est recherchée plusieurs fois par un ratissage avec les pieds, sans succès.
Côté amont (côté arrivée coulée de boue, plateau), le méandre se resserre sous l'eau (25-30 cm). Au dessus, après un plafond plat d'un mètre, on aperçoit une diaclase étroite ( 15-20 cm), très corrodée, qui se poursuit à la fois vers le haut et vers l'amont, ça résonne bien, mais il n'y a environ qu'un mètre entre le niveau de l'eau et ce plafond.
Côté "aval" (côté arrivée de puits, vers la vallée sèche), le conduit se divise en deux diaclases au niveau de l'eau. Une petite diaclase de 10 cm de largeur se termine sur un talus remontant avec un bloc noir à 1 m de distance. La diaclase principale butte sur un remplissage compact de 2 m de hauteur ( largeur 20 cm).
Sous l'eau, c'est un peu plus large qu'en amont, mais très difficilement pénétrable. On voit nettement un changement de strate de calcaire un peu au dessus du niveau actuel de l'eau. Au plus bas, se prolongeant sous l'eau, un calcaire jaunâtre à grains, facilement lissé par l'eau et sans aspérités (plus tendre). Au dessus, un calcaire blanc, très déchiqueté, laissant apparaître de nombreux fossiles (plus dur). Il est très probable que nous soyons sur un affluent perpendiculaire à l'actif principal, la présence de la conduite forcée fossile quasiment à l'aplomb au dessus, semble confirmer cette hypothèse.
Cependant, au dessus du remplissage côté aval, la diaclase se poursuit plus loin et l'écho semble plus favorable. Avec quelques pailles, il sera possible de voir ce qui se passe derrière une belle lame qui masque la suite. Avec un petit vérin bien placé pour les pieds, il sera facile de percer à l'horizontal.
Finalement, un dernier sondage sous l'eau permet de toucher la barre à mine avec le pied, côté aval. Puis de la ramener doucement sur le talus de cailloux  avant de l'attraper à bout de bras.
A la remontée, JMJ place deux spits pour la main courante en tête de puits.
 
Prochaine sortie dimanche 7 avril, prévus Thierry V et Bruno (deux suffisent en bas). La VMC n'étant pas réparable après 3 heures de démontage partiel et compliqué, le modèle de secours, plus petit devrait faire l'affaire. Le club est preneur de toute occasion en la matière.
 
PS : Jeu des 7 erreurs en bonus du jour, voir les deux photos avec la bouteille de vin.
Bruno
Séance topo avec Nanard. Comme on n'avait pas touché le disto X depuis le stage de début février, les automatismes avaient disparu, et on a eu bien du mal de retrouver la marche à suivre, malgré le mode d'emploi. Finalement, on attaque. Pas simple le tracé en plan, avec les différents puits superposés. De plus, un problème se manifeste rapidement. Du fait de la ferraille omniprésente dans le haut du puits, les données en azimut sont particulièrement farfelues. Au bout de peu de temps, on abandonne : il faudra faire la topo traditionnellement. On descend quand même en bas des puits en on lève la topo de la base du puits et de la diaclase au dessus de l'eau.
On décide avec Nanard de reprendre la topo au disto X sur un trou plus simple, moins sale, moins ferraillé, genre TNNP.
JLG
Bois du Replan, lundi 4 avril 2019
Bois du Replan, lundi 4 avril 2019
Partager cet article
Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 08:13

Présents: Phil et Véro du SCV Fred Martin, Stéphane Guignard et Stéphane Dupont

 
Après un matin piscine et une aprèm escalade au fort de la Miotte, on file avec Phil faire de la spéléo dans le trou de la glacière à 17 h car Steph veut en faire la topo pour le karst comtois 2. En fait on est beaucoup trop pour de la topo. On laisse Steph et Fred jouer du distoX et je fais visiter la grotte aux deux autres garçons. C’est boueux à souhait. Je ne leur épargne pas les étroitures et youpi Steph nous a mis une corde qui descend jusqu’en bas du puits. Après la topo, on jette Fred dans le fond du trou qui paraît-il a un courant d’air, mais en fait y'en a pas hein et on lui fait remplir des seaux. Le seau vide ou plein c’est environ le même poids tellement ça colle. J’avoue j’en ai vite marre parce que fait froid et ça ruisselle de partout. Je remonte le puits et sa petite cascade inévitable qui dure qui dure quand tu te coinces en tête de puits dans la main courante qui pendouille. Bon on sort on boit des bières et on papote de la montagne. J’ai faim et me fait inviter chez Steph pour MANGER. Prochaine sortie club à Belfort je l’invite avec Cathy sa femme qui spéléote aussi mais pas trop dans son trou de boue là. :-).
VOL
Grotte de la Glacière, samedi 16 mars 2019
Grotte de la Glacière, samedi 16 mars 2019
Grotte de la Glacière, samedi 16 mars 2019
Partager cet article
Repost0
3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 20:29

Participants : une trentaine de spéléos dont 4 de Haute-Saône, JLK et Arnaud du GSML et BD et JLG du SCV (Véro et Mélody du SCV n'ont pu participer pour des raisons familiales et professionnelles)

On se retrouve pour 20 h au gîte de la forge d'Isidore à Villers sur Saulnot. Première surprise, il n'y a pas de chauffage. Super, ce n'est pas comme s'il faisait - quelque chose avec de la neige partout dehors. La grosse cheminée et les chauffages d'appoint que JLK et Arnaud vont chercher finissent par tempérer la salle commune (mais les chambres, dans le couloir, même en ouvrant les portes, ne profitent pas de cette tiédeur). Donc, formation, le soir, sur l'utilisation du disto X et du PAD (leur appairage, ...), présentation de la topo disto X avec Android, et préparation des appareils pour ceux qui n'étaient pas encore opérationnels. Formation des équipes topo pour le lendemain (2 ou 3 inexpérimentés avec un formateur).Puis au lit, dans la glacière.

Le lendemain matin, après une nuit quasi sans dormir à cause du froid (enfin, pour ma part), petit dej rapide et départ pour la baume de Gonvillars. Avec Nico, notre cadre à Nanard et moi, on commence par calibrer le disto X sur place, à l'aide du calibrator. Résultat pas terrible : on devait arriver à une erreur inférieure à 0.5 et on est à 3 ! On rejoint les autres à la baume. Certains sont également en train de calibrer leur disto. On refait notre calibrage, on est à 1.02, on s'en contente et on part topographier. Chacun utilise les 2 appareils, disto et PAD, ce n'est pas toujours simple, mais on y arrive. Retour à 13 h  au gîte.

Repas de midi, puis on nous apprend comment récupérer les données sur notre PC et comment tracer la topo, avec des logiciels de dessin vectoriel. Pour nous, c'est encore un peu compliqué. Le soir, repas à la forge d'Isidore. J'ai appris qu'il y a des chambres au 2ème étage, où il fait bon, et Nanard et moi trouvons une chambre libre et pouvons cette fois passer une bonne nuit.

Le lendemain matin, après le petit dej, on participe au rangement et nettoyage du gîte puis départ pour Montcey, pour mettre en pratique nos connaissances toutes neuves et topographier le trou Valbert, pour lequel juste un croquis avait été réalisé. En chemin, on s'arrête au Replan, il est 10 h et JMarie vient juste d'arriver avec Thierry. Café, beignets, antigel, ... Il fait froid et humide, avec un petit vent glacial, JMarie viendrait bien avec nous, topographier, dans une grotte sèche, au "chaud", mais n'arrive pas à convaincre Thierry, et ils partent au Replan.

Nous rejoignons Montcey, faisons la topo, puis rentrons à Echenoz pour casser la croûte, rentrer les coordonnées sur le PC et tracer la topo (que vous pouvez voir ci-dessous). Ce n'est pas encore parfait (il manque des détails, des coupes, ...), mais on est contents de nous !

JLG

Stage topo disto X, les 1, 2 et 3 février 2019
Stage topo disto X, les 1, 2 et 3 février 2019
Partager cet article
Repost0