Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 11:00
Départ des voitures après le repas du midi et descente le long du GR pour prendre à gauche, mais pas trop à gauche, en fait tout droit au niveau d'un virage, marqué par un poteau indicateur.
Le terrain descend d'abord relativement lentement, mais des rochers apparaissent rapidement des deux côtés et on arrive au premier rappel, d'une douzaine de mètre. Les abords sont équipés en fixes et il y a de quoi installer plusieurs cordes en parallèle. Le canyon doit donc être trés parcourus en saison.
Nous n'utilisons qu'un point de fixation, mais équipons la corde pour descendre sur les deux brun, le dernier (Louis) défaisant le nœud et rappelant la corde.
Le deuxième ressaut n'est lui aussi pas trop haut, mais un troisième de 5 m est situé juste aprés.
Ensuite on arrive sur un ressaut de 25 m avec une vue magnifique sur la vallée. Juste à droite du départ, un nid de vautour (abandonné à cause de la fréquentation ?). A noter juste en dessous des amarrages, un rondin de bois pour éviter les frottements contre la roche.
En bas, il y une terrasse assez grande, bien que pentue, avec à droite le départ de la tyrolienne optionnelle. N'ayant pas les poulies, nous passons par la gauche pour accéder à la fin du câble où se situe le départ du morceau de choix du canyon : un rappel de 50 m, dont la moitié plein vide.
Une vue superbe sur la vallée pendant la descente, ainsi que sur le bas du canyon qui présente quelques beaux gros rochers dont quelques petites grottes, un gros porche et un arc de pierre.

En bas de ce rappel, on installe une bouteille d'eau pour refroidir les descendeurs. Ils fument de bon coeur et Louis estime la température à 150 °C.
 
Après ce rappel, petite marche pour rejoindre le GR au niveau de l'ancien village troglodytique de Saint Marcellin, dont certains bâtiments ont été restaurés. On en profite pour reremplir les bouteilles à la source miraculeuse de Saint Marcellin avant de redescendre 300 m au parking.

On laisse les piétons à un restaurant-bar "Chez Louis" avant de rechercher les voitures sur le plateau (presque 20-30 minutes de route) et de rentrer à Millau.
TL
 
Ravin de St Marcellin, vendredi 11 mai 2018
Partager cet article
Repost0
17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 18:02

Cette via présente un dénivelé de 230 m pour une longueur totale de 1000 m. Le point de départ se situe à 500 m et l’arrivée à 730 m. deux parcours sont proposés : un Bleu annoncé comme Peu difficile et un Rouge comme Extrêmement difficile.

Les deux parcours sont parfois communs, puis se séparent et se rejoignent plusieurs fois, ce qui permet de la pratiquer en deux groupes de niveaux, tout en profitant pleinement de l’ambiance de groupe.

Le parcours de 1 100 m est composé d’une passerelle, de 9 ponts de singe et népalais, d’un passage dans une grotte, ainsi que d’une tyrolienne de 80 m.

 

Rendez-vous le jeudi 10 mai 2018 au village de Liaucous sur le Parking de la Via Ferrata vers 12 H.

Bruno, Jean-Marie et Nanard qui covoiturent arrivent à 12 H comme prévu et retrouvent Thomas , ainsi que Jean-Luc et Chantal arrivés sur place la veille en camping-car. Nous attendons notre président qui se fera attendre jusqu’à 14 H. Nous profiterons du camping-car pour déjeuner à l’abri du vent. Louis et Thifaine, présents dans le secteur doivent se joindre à nous.

A 14 H 30, comme prévu, nous nous équipons au parking afin d’entreprendre la marche d’approche  de 15 min nous permet d’arriver au pied de la Via, située sur les Causses de Sauveterre, au milieu d’un énorme chaos de rochers ruiniformes. Nous cheminons à travers les pins dévastés par d'envahissantes chenilles processionnaires.

Toute l’équipe s’engage sur la Via jusqu’au moment où les deux parcours se divisent. Alors que Thomas, Jean-Luc, Chantal, Thierry  et Jean-Marie poursuivent le parcours  Bleu, Bruno et Nanard s’engagent dans la rouge qui commence par une paroi déversante, mais sans présenter de grosses difficultés.  A son sommet, on arrive au Pont du Babouin (pont de singe) que l’on franchira avant de retrouver le reste de l’équipe. En partie commune, on franchira un pont népalais puis un mini pont de singe (le ponton du Titi) avant d’arriver sur une grotte remontante.

A sa sortie, les deux parcours se divisent à nouveau. Des panneaux sont présents pour rappeler que la Rouge est très engagée (en fait, il n’y a qu’un ou deux passages courts en dévers où il faudra tirer sur les bras et quelques passages très aériens). Après une ascension déversante, on rejoint un pont de singe (le pont du Gorille) , puis nous arrivons sous la Poire. Le parcours horizontal  sera aisé jusqu’au moment où il faudra contourner la Poire  par une traversée déversante dotée d’un très court pont de singe aérien. Après une escalade très aérienne et déversante, nous retrouvons le groupe après une désescalade.

Louis et Thifaine, nous rejoignent à ce moment .


 

Nous franchissons collectivement un nouveau  pont de singe (le pont du Macaque), puis la passerelle du Rouze, qui marquera la fin du parcours commun.  Nous nous engageons dans la Rouge avec Louis et Thifaine, dans une paroi légèrement déversante et équipée de plusieurs pont de singe dont le Pont du Bonobo.

L’accès nous permet de déboucher sur  la belle corniche des Causses du Sauveterre, d’où l’on domine toute la vallée, le village de Liaucous  ainsi que le Tarn. On perçoit des vautours qui planent dans les airs au-dessus des Causses.

Nous terminerons collectivement par la tyrolienne de 80 m, avant de rejoindre le village de Liaucous par le sentier de retour, après 45min de descente.

Une bonne bière au café du coin et direction le Gîte à Millau pour prendre possession de notre hébergement.

Nanard


les autres photos

Partager cet article
Repost0
17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 17:57

Participants : Tiphaine et Louis (les 10 et 11 mai), Nanard, Bruno, Thomas, Thierry V, JMarie, JLuc

9 h : Chantal et moi sommes sur place, jeudi 10 mai, sur le parking de la via avec le camping-car. On a bien fait d’arriver tôt, le parking n’est pas énorme, et avec ce jour férié, il se remplit rapidement. En attendant les copains, on part randonner sur le causse, jusqu’au roc des Agudes. Retour au camping-car à midi. Le temps frais et le vent font qu’on se met à table dans le camping-car. Thomas arrive à midi 5 et nous rejoint au chaud. On commence à peine à manger quand Bruno, JMarie et Nanard arrivent. Tout le monde déjeune dans le camping-car en attendant le président, qui arrive à 14 h. Départ pour la via (voir CR de Nanard).
A  18 h 30, départ pour le gîte (bof, gîte motards, pas prévu pour des spéléos, pas de lieu de stockage ou de séchage, pas très original, beaucoup moins bien que ceux des années précédentes, dans un quartier résidentiel, bouffe de bonne qualité mais pas très copieuse). Tout le monde s’installe, Nanard et JMarie ensemble dans une chambre spéciale ronfleurs, et les 3 autres dans une autre. Tiphaine et Louis dormiront dans le fourgon de Louis sur le parking du gîte et Chantal et moi dans le camping-car. Repas en commun le soir (saucisses grillées au barbecue et aligot), pendant lequel on décide du programme du lendemain : aven de la Peyrine (voir mon CR) et ravin de St Marcelin (voir CR de Thomas). Après le repas, préparation du matos pour le lendemain, et au lit, après une petite gnôle prise dans la chambre des 3.

Vendredi 11 mai. Retour assez tardif au gîte, la navette de voitures ayant pris pas mal de temps, plus les 30 min de retour sur Millau. Au cours du repas, on se met d’accord sur la sortie du lendemain : ce sera la grotte des Cabanes de St Paul des Fonds, ancienne cave à roquefort abandonnée, au fond de laquelle s’ouvre la cavité naturelle. Pas vraiment besoin de matos collectif, juste des mains courantes (équipées) et un R7 (peut-être à équiper). Au lit, après la gnôle rituelle …

Samedi 12 mai, on se dit au revoir sur le parking du gîte avec Tiphaine et Louis, qui vont faire une autre cavité. On part à St Paul, en passant par Roquefort où on laisse le camping-car avec Chantal, qui ira y visiter une cave à roquefort. On cherche désespérément du pain, mais pas de boulangerie à Roquefort (il en faut pourtant pour manger ce fromage) et celle qu’on trouve en retournant jusqu’au carrefour précédent est fermée le samedi ! Ce sera donc sans pain. (voir CR de Bruno)
Retour au gîte assez tôt, après la traditionnelle BST (bière de sortie de trou) sur le parking après s’être changé, sous une petite pluie qui forcit peu à peu. Pour le lendemain, vu la météo bien pourrie, on décide d’aller visiter la grotte aménagée d’Argilan, à Meyrues. Une p’tite gnôle, et au lit.

Dimanche 13 mai. On essaie de se dépêcher pour attraper la visite de 10 h 30, mais les conditions météos et les routes de là-bas ne nous permettent pas d’arriver à l’heure. A Meyrues, tout est blanc, température 1°. Dire que vendredi, on était en short et tee-shirt dans le ravin de St Marcellin. Ce sera donc la visite de 11 h 30. On en profite pour faire nos emplettes dans la boutique, de boire un café et de discuter spéléo avec la personne de l’entrée. Tout le monde est de la visite même Nany, que le fait d’être sous terre ne perturbe pas. Très joli trou, très grande salle, super concrétionnée, éclairage au top, … ça vaut le coup d’être vu. A la sortie, on pique-nique rapidement (vu la température qui n’a pas évolué, le vent et la neige qui tombe par moment) sous le préau à côté de l’accueil. Après un bon café histoire de se réchauffer un peu, dispersion de la manifestation et retour vers Vesoul pour la plupart, et départ vers les Alpes pour Chantal et moi.

JLG

Quelques photos du séjour

Des photos de la grotte d'Argilan

Partager cet article
Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 20:31

Participants : tout le groupe.

Thomas nous avait réservé une visite à la réplique de la grotte Chauvet à 10 h 20. Après avoir chargé les voitures et quitté le gîte, nous y sommes arrivés à 9 h 30. C'était très bien, on a pu ainsi profiter de la visite de la galerie de l'Aurignacien qui nous a informé à l'aide de vidéos, de panneaux de lecture et de panneaux interactifs sur le mode de vie de nos ancêtres  et sur la genèse de la cavité. 
A 10 h 10 (il fallait y être 10 min avant), nous étions prêts pour la visite : un groupe d'une vingtaine de personnes toutes les 5 minutes : ça fait du monde ... On nous a équipé de casques audios, et la visite a commencé : notre guide nous parlait dans un micro, qualité d'écoute impeccable. Notre guide était très professionnelle, très intéressante, vraiment bien.

Belle visite à recommander (pluis de précisions ici : http://www.cavernedupontdarc.fr/).

Après un petit tour dans la boutique, départ pour la Haute-Saône vers midi.

JLG

 

 

Caverne du Pont d'Arc, dimanche 28 mai 2017
Partager cet article
Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 15:55

Participants : Véronique et Valbert, Thomas, Nanard, JMarie, Thierry V et JLuc.

Départ prévu de chez moi à 7 h, on décide de prendre 3 voitures (celles de Véro, de Thierry et celle de Thomas, qui doit rester à Cluny en remontant). On part à l'heure, on prend Nanard à Rioz en passant et en route ... Une belle journée bien chaude s'annonce.

Jusqu'à Lyon, pas de problème. Mais y'en a beaucoup d'autres qui avaient eu la même idée que nous, donc, bouchon ! La voiture de Thomas en profite, juste avant le tunnel sous Fourvière pour tomber en panne (problème de durite et de refroidissement). TV et JMJ, qui suivaient, récupèrent Nanard, en laissant Thomas gérer avec son assurance, il nous rejoindra plus tard.

On se retrouve donc à 6 (avec bien du mal, le GPS de Thierry l'ayant bien perdu) au départ de la via. Vu l'heure déjà avancée, comme il faut retourner à St Etienne récupérer Thomas à la gare, et ensuite passer chez la personne qui nous donnera les clés pour la grotte St Marcel, et vu l'état du trafic routier, on se sépare en 2 groupes : TV et JMJ vont récupérer Thomas, la clé ... et Véro, Valbert Nanard et moi faisons la via (voir CR) et les retrouvons au gîte.

Très sympa, le gîte que nous avait trouvé Thomas. Il avait tout bien organisé, on était très bien, bonne bouffe, tranquillité, piscine, amabilité de nos hôtes, chambres confortables... Super. Le soleil intense des 4 jours était là pour parfaire le tableau.

Le vendredi, donc Aven Despeysses (voir le CR à venir de Nanard). Le soir, on est bien cuit, et on retrouve le gîte avec plaisir.

Le samedi, grotte St Marcel, (voir le CR de VAlbert, à venir). On sort plus tôt, deux groupes se forment, un va rendre les clés, et passe se tremper dans l'Ardèche, et l'autre rentre au gîte profiter de la piscine. On se retrouve pour l'apéro, pour fêter l'anniversaire de Nanard (qui avait amener de quoi fêter ça dignement), puis après le repas (énorme paella, voir photos), nouvelles séance piscine pour certains !

Dimanche, retour. Le matin, Thomas nous avait réservé des billets pour la réplique de la grotte Chauvet  (Voir CR). Départ à midi en 2 groupes : Véro, Valbert, Nanard et moi dans une auto et Thomas, TV et JMarie dans l'autre, qui doit passer à Cluny pour déposer Thomas (qui doit pouvoir récupérer sa voiture lundi après-midi). Pas tant que ça de monde sur la route pour ce retour, annoncé rouge dans la vallée du Rhône : la première auto arrive à Rioz à 18 h 30, Echenoz à 18 h 50 et Thierry et JMarie arrivent vers 20 h.

JLG

 

 

Séjour Ardèche, du 25 au 28 mai 2017
Partager cet article
Repost0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 11:49

Participants : JMJ, JLG

Rendez vous à la mairie de Noroy à 9 h pour demander l'autorisation de creuser dans le bois du Replant. Rencontre cordiale, le maire et moi, nous nous connaissons depuis longtemps. Pas de problèmes pour les travaux, pas besoin de convention, on peut commencer quand on veut.

Ensuite, on va jeter un coup d'oeil à l'effondrement signalé par Hervé vendredi. Joli trou, d'environ 6 m de diamètre sur 3 de profondeur, au milieu d'une doline à faible pente dans un champ cultivé. Malheureusement, pas de roche en vue ...pas de travaux à prévoir dans l'immédiat.  A surveiller.

JLG

 

Noroy et Munans, mardi 7 février 2017
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:10
BONNE ANNEE 2017 !

Mélo et Véro vous présentent la nouvelle collection de vêtements spéléos féminins, ainsi que les nouveaux éclairages !

Merci les filles !

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 07:46

Quelques témoignages de spéléos :

Jean Varlet, grand spéléo du Spéléo-Club de Vesoul et génial inventeur, est décédé à l'âge de 96 ans. Sa gentillesse, sa bonne humeur, ses connaissances sur les réseaux du département et toutes ses inventions qui nous ont facilité les recherches manqueront à tous les spéléos de la région.
Au nom du Spéléo-Club de Vesoul, j'adresse à sa famille toutes mes condoléances.

JL Géral, SCV70

Il m'a appris la radiolocalisation à travers bois et champs, très drôle ! C'était un insatiable il a toute mon admiration.

Véronique Olivier, SCV70

Adieu Jean,

Nous perdons un ami de toujours.

Tu es irremplaçable, mais la relève est assurée et je suis sûr que tu jubiles en voyant toutes ces découvertes récentes ...

Quand tu auras radio-localisé le meilleur emplacement, laisse nous un peu de première là où tu vas ...

Tes amis

JN Latroyes, SCV70

Je partage l'émotion de tous car Jean était une "figure" de la spéléo et Etienne parlait souvent de lui !
Amicalement

Marie-Françoise Rigolot Maillard
compagne d’Etienne Humbert, ancien du SCV, décédé en 2013

 

Pour beaucoup ce nom ne dira rien mais pour les anciens du club, beaucoup de  bons souvenirs. C'était un des derniers de la "belle" époque de la spéléo des années d'après guerre avec qui le GS Clerval  d'alors entretenait de bonnes relations. C'était l'époque de l'ASE et, élu comme lui au bureau de l'ASE (j'en étais le trésorier), on s'est croisé pendant des années  dans les congrès ASE et dans les  réunions. Je le voyais quelques fois  du côté du canton Berçot et c'est lui, avec les SCV, qui avait ouvert le petit puits dans la grotte perte. J'ai quasiment débuté la spéléo avec lui (qui était un bon copain du Père Brun) et je me souviens qu'on avait été invité par le SCV  à visiter la grotte de Lanans (que le SCV venait d'ouvrir) pratiquement en première.
 C'était quelqu'un d’intègre, dévoué à la cause de la spéléo et surtout un chercheur passionné.
 Je me souviens que dans les années 70,  passionné d'électronique, il  nous faisait des démonstrations dans les congrès ASE avec ce grand parapluie qui allait donner naissance plus tard à la fameuse balise...
 Salut Jean et toutes mes  condoléances à sa famille et au SCV.

Roland Brun, ASDC25

 

Merci pour avoir mis une photo de Jean, cela m'a permis de voir qui c'était. 

je l'ai vu quelques fois, la dernière fois avec Sylvain au Frais Puits pour nous radiolocaliser.

C’était une personne avec qui on avait envie de passer la journée, très sympa. 

 

Sincères condoléances à sa famille, ses amis ...

 

 Didier Lamirault, plongeur spéléo, GSAM 25

 

Triste nouvelle. 

Je ne pourrai être présent ce jeudi. 

Toutes mes condoléances à la famille.

Bernard Détouillon, SCV70

 

Et m...

Je ne pourrai pas venir pour la cérémonie. Transmets toutes mes condoléances à la famille.

Thomas Lebon, SCV70

 

Je l’avais rencontré aux AG du Club et lors de prospections de surface, notamment au Crevat.

Personnage attachant. C’est bien triste.

Transmets mes condoléances à sa famille et ses proches.

Amicalement,

Didier Bruchon, plongeur, SCV70

 

Toutes mes condoléances à sa famille, je l'avais aperçu avec Denis sur une manip de radiolocalisation, qu'il repose en paix. 

Mouloud Koob, spéléo 25

 

Quelle triste nouvelle !

Une figure de la spéléo nous quitte. Un grand passionné de spéléo mais aussi un inventeur bricoleur très astucieux. 
Je n'oublierai jamais tous ces bons moments passés comme au Frais Puits où pendant que je palmais dans les galeries du réseau, avec le reste de l'équipe, il courait, traversait les buissons pour me suivre en radiolocalisation.
Toutes mes condoléances à sa famille et ses amis.

Sylvain  Redoutey, plongeur, SCV70

 

 

une pensée à Jean
à sa famille
aux autres qui ont porté ses installations
à ceux qui cherchent à ceux qui rêvent
 
le monde possède deux faces
les spéléologues regardent sous la peau de la terre
Jean était un rêveur
rêveur de nature à radiographier la terre pour scruter l’intérieur
et nous rampons à explorer les boyaux tortueux d’une matière première
où nos rêves inventent l’espace de nos aventures
 
Philippe Vallet, SCV70

 

Et le texte écrit et lu par JPaul Servette au cours de la cérémonie :

Quand la mort s'en vient, la vie s'en va t-elle vraiment !

Le départ d'un  être cher est  le début d'un beau voyage, nos larmes et nos pleurs sont de l'amour en présage. Les beaux messages de condoléances des amis sont des douceurs, des mots d'amitié pour supporter l'intense douleur. Les messages  de condoléances nous rappellent que la mort n'est pas une fin. Le  décès d'un proche est une délivrance, une porte vers un nouveau demain. Les souvenirs et les pensées nous rappellent l' importance d aimer toujours. Envole-toi, nous garderons de toi un doux souvenir que rien n'effacera. Ton enterrement nous rappelle le sens  de l'existence. Mourir est notre destin. Mourir, c' est vivre autrement dans un ailleurs, une existence, un nouveau refrain. Repose-toi le cœur en paix, jamais on ne t'oubliera.  

 

 

Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Décès de Jean Varlet, 21 novembre 2016
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 16:33
Est Républicain, décès de Jean Varlet
Partager cet article
Repost0
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 06:30

Suite au secours fin décembre le propriétaire et les copains chasseurs du Jack Russel Nina que nous avons sorti, ont été ému et touché par notre persévérance dans ce secours.

Nous avons reçu cette semaine un don de 150 euros. Cool et merci à eux !

Partager cet article
Repost0