Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 08:21
Présents : Thomas, Thierry, Rodolphe
 
TPST : 5 h
 
Rendez-vous à 10 h, chaussons aux pommes café, puis on s'équipe, on se charge comme des mules, et on va au trou à pieds.
 
Descente dans le trou à 11 h. Le bloc que Nanard a arrêté de justesse à la remonté la semaine dernière  a glissé et bloque l’accès au puits de 10 m. C'est un beau morceau de 100 kg minimum. Bruno peut allumer un cierge à Sainte Barbe et offrir une bouteille à Nanard.
 
On ne peut pas accéder facilement au bloc, donc Thierry attaque les étroitures au premier et deuxième palier, d'abord aux éclateurs, puis à la paille. On ressort quelques seaux de cailloux au début, mais après ça tombe dans le fond. 
 
Sortie du trou à 16h. 
 
Bien qu'on ne soit resté que dans la première salle, on est bien crade quand même.
 
La semaine prochaine, rendez-vous même lieu même heure pour s'occuper du gros salopiaud  et finir l'aménagement de la tête de puits.
 
Pas besoin d'être trop nombreux (on était trois ce coup-ci et y en a un qui attendait en surface. Heureusement, internet passe)
 
Thomas LEBON
Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 06:47
TNNP, dimanche 27 juin 2021
Participants : Thierry V. ; Nanard, Bruno , Thomas, Sarah,+ Jean luc le matin       TPST : 8 H
 
Jean-Luc G. prend le café avec nous et achemine les sacs au plus près avec son 4x4, puis il repart. Merci!
 
L'équipe a été mise en difficulté par l'argile. Beaucoup de temps pour descendre, travailler, remonter...assez abomifreux. Sarah dira " le croteux", après avoir fait le Crotot dans la semaine.
Petit raté ce matin suite à un oubli de matos. Thierry et Nanard ont fait un aller retour chez Thierry.
Pendant ce temps, on descend tout ce qui est possible dont 2 grosses tarières coupées à la bonne dimension pour agrandir le mur de déblais au fond.
L'idée était de passer en " douceur" l'étroiture au fond du puits afin de voir la suite et de caser les déblais. ( Bruno et Sarah)
Mais un talus a glissé, c'est quasiment rebouché.
Obligé d'attendre un peu pour que Thierry et Nanard descendent installer les tarières avec la perfo. Puis ils remontent péniblement des boules d'argile et des blocs, ça prend environ 2 heures.
 
Pendant ce temps, je remonte penduler dans le puits afin d'atteindre la lucarne haute avec un beau départ. J luc nous a filé une corde de 20 qui est amarrée en double sur le fractio au dessus.
C'est une belle diaclase qui part en s'allongeant, largeur 60/80 cm qui plonge de 8/9 m. Mais en bas, on rejoint le bas de l'autre diaclase explorée à partir de la lucarne du bas... Au moins, c'est bouclé, ce sera 10 m de topo en plus. Je laisse la corde et je ressors donc en bas, c'est plus facile.
 
Le fond étant rouvert, on tente de descendre avec Sarah dans la fissure de 30 cm de large, très très collante. Mais il y a un soupirail  pas engageant du tout 80 cm  plus loin. Les travaux de débouchage ont poussé pas mal d'argile. Du coup, on passe aux pailles pour élargir et être à l'aise. Pas simple de forer dans un entonnoir gluant, sans aucun endroit pour poser la perfo ou le reste... Sarah se pose en oppo avec le matos pendu à l'échelle dans les kits et transmet en préservant au possible les outils. Trois trous, on remonte et Thomas déclenche les hostilités.
Nanard va au résultat pendant que Thierry commence à remonter péniblement, lesté de plusieurs kg de d'argile, avec les bloqueurs totalement inefficaces.
Trois trous de plus par Nanard et Sarah pour améliorer encore le passage et être en mesure de se baisser pour attraper les blocs, et Thomas au déclenchement.
 
Je redescends seul pendant que les autres continuent à remonter lentement. Tout est rebouché, l'air ne passe plus. Mais il y a plus de place désormais, un beau boulot. En 10 minutes, c'est rouvert en plaçant un max de cailloux et d'argile sur un bout de paroi. Le soupirail est tout près désormais. Il suffirait de bourrer un peu le sol pour passer. On voit bien la suite sur quelques mètres. Il n'y aura pas besoin de remonter les déblais, il y a de la place...et le plafond se relève. Avec deux pailles bien orientées au dessus du soupirail pour ne pas toucher à l'argile au sol, ce sera boulevard! Et on pourra tout envoyer derrière cette fois. Il va y avoir un gros nettoyage de parois à faire.
 
Casse croute à 19h30 en sortant, agrémenté de leffe bien fraiche et de bordeaux , c'était mérité!
 
Prochaines sorties :?? peu de disponibles en juillet à priori... Thierry sera en vacances et disponible à compter du 19 juillet. Le contacter pour des sorties au TNNP ou ailleurs ( élagage des parties pénibles des puits et divers).
 
Bruno
Précision : le puits du fond mesure 9 m.
TNNP, dimanche 27 juin 2021
Partager cet article
Repost0
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 18:40

Participants : Thierry V. ; Nanard       TPST : 8 H

Rendez- vous à 9 H 30 pour le café / "chaussons aux pommes" . Jean-Luc G. prend le café avec nous, mais déclare forfait suite à quelques problèmes de santé provisoires.  

Avec Thierry on attaque la descente avec perfo, barres de soutènement pour le fond, ... Corde très glissante.

Ne pouvant tenir à deux au fond, Thierry commence à déliter le gros bloc qui encombre le fond du puits, avec les éclateurs. Le bloc en morceaux, je rejoins Thierry avec la barre de forage pour le soutènement. Elle sera installée dans une cheminée remontante afin d'y stocker argile et blocs  extraits du fond. Finalement seulement à 2, on ne peut  pas remonter le maximum de blocs dans la cheminée qui sera vite encombrée.

Le fond est rempli de glaise que l'on a du mal à extraire. On ne distingue plus les gants de l'argile; le matériel devient immonde. En alternant avec Thierry on extrait quelques blocs, puis finalement le vide apparaît sous nos pieds (ouverture de 30 cm sur 60 cm). 

Ressaut d'un mètre avec une pente de 2 m qui semble partir dans une galerie sur le côté droit. Le courant d'air est toujours aussi violent. On entend des gouttes d'eau dans un volume plus conséquent. 

On arrêtera là, par manque de place pour extraire l'argile et les blocs qui pour certains sont en équilibre instable. Il faudra réaménager  des barres dans la paroi pour remonter un mur de soutènement et sécuriser la zone.

La remontée est fastidieuse, entre les bloqueurs qui n'accrochent pas, les kits qui se coincent et le manque de largeur pour remonter. On décide avec Thierry, qu'après la prochaine sortie pour ouvrir le fond, on réaménage les passages étroits pour faciliter la remontée, d'autant plus si on est amené à poursuivre des travaux au fond.

Lors de notre remontée, on a aperçu un grosse cheminée parallèle et propre qui semble assez facile d'accès (un peu d'élargissement aux pailles). 

Prochaine sortie : sécuriser les blocs et monter le mur ; élargir l'accès à la galerie inférieure sur 1 m de profondeur. Si un petit gabarit est avec nous, il est possible que cela passe pour repérer l'accès inférieur.

Dimanche 27 juin  10 H : travaux au fond du TNNP  (2 à 3 maxi vu le peu d'espace disponible pour travailler). Thierry V. ; Nanard  ; ...  ??

Nanard

TNNP, dimanche 20 juin 2021
TNNP, dimanche 20 juin 2021

Préparation du matériel avant les travaux. On cherche maintenant les pailles du bon calibre ...

TNNP, dimanche 20 juin 2021
TNNP, dimanche 20 juin 2021
TNNP, dimanche 20 juin 2021
Partager cet article
Repost0
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 08:42
Participants : Bruno ( Avec P et S Degouve du GSHP, Laurent Garnier GSV, Damien et Adrien ( BE Canyon et bientot BE spéléo, du club Nistos pyrénées)
 
Retour au Val d'Ason après 18 mois d'absence, pour une contribution à Porracolina 2021 ("label" expé internationale FFS).
 
Un trajet en deux fois un jour et demi pour récupérer Laurent Garnier vers Valence puis covoiturer ensemble (propriétaire exploitant des grottes de Chorange, de Thaïs etc et principal acteur des explorations et plongées du réseau de la Luire, 58 km actuellement et -500).
 
Donc 8 sorties consécutives sur place, majoritairement des puits et souvent de la désob à la paille. L'occasion de se tester sur des sorties plus longues et plus physiques. Les marches d'approche avec un sac à 15/18kg, parfois hors sentier, n'ont pas excédé 1 heure. Par discrétion pour les explos en cours face à des espagnols très jaloux des découvertes ( Patrick et Sandrine sont redoutables car ils passent 6 mois sur place par an, et font l'essentiel des désobs...), les lieux et dénominations ne sont pas tous précis.
 
- LA GANDARA/ Gouffre du Pasapurée ( le presse purée) : échec de la jonction avec le réseau de la Gandara (116 km). Nous poursuivons l'explo au delà de notre arrêt vers - 300 en 2019. Au bas d'un puits de 12m donnant direct sur un beau bassin (Damien a trempé les genoux), le méandre s'élargit à la faveur d'un affluent actif. Mais une trémie remplit totalement la suite. L'air et l'eau  passent mais pas nous malgré plusieurs tentatives de désob. L'affluent est remonté sur à peine 100 m, arrêt sur cascade après avoir contourné par escalade puis équipement un premier mur arrosé haut de 5 m. Fin de ce côté là vers -315. On démonte le P70 du fond au retour, après avoir constaté l'absence de fossile au niveau des départs aperçus plus haut. Il reste d'autres puits à faire dans la galerie vers -200 et un vers -150  au niveau de l'autre P70. TPST : 8 h
 
- BUSTABLADO : petite sortie récup dans la CANUELA pour revoir une trémie au bout du canyon d'entrée à 1km. On passe sur quelques mètres mais ça coince ensuite.  TPST 4h
 
- LAS CALZADILLAS : Gouffre de CORCADA, désob avec barre à mine à -140, au bout d'une galerie horizontale de 200m, ensablée. On passe après une petite heure de désob. Belle salle de 20x30 en hauteur mais sans suite évidente malgré d'autres travaux. On démonte les cordes des puits à la remontée, c'est plié. TPST 6h
 
- VALLE : Prospection sur les zones amont du réseau de Carcabon. On pointe une douzaine de gouffres dans un lapiaz non encore exploité. 15 à 25m chacun au moins. Ce sera pour l'été. 7 H.
 
- BUSTABLADO, secteur Alto de Pepiones (1300m). Un gouffre pointé il y a qq années est à voir à 1 h de marche, avec beaucoup d'air. Nous sommes à 600 m au dessus d'un réseau connu. Au bas d'un P20, ça barre sur méandre à élargir, avec effectivement un gros courant d'air aspirant. Les trois accus épuisés, nous sommes descendus de 5 m. Le puits est ouvert (40 m ?) mais il faudra remettre deux/trois pailles de confort. TPST 4h
 
- ARREDONDO : gouffre sur le secteur de Buzzulucueva. Découvert et désobé par un ami spéléo du coin qui a besoin d'appui, il est équipé jusqu'à -160. Le bas du dernier puits est humide, un méandre à élargir fait suite, avec beaucoup d'air. IL fait pas chaud dans le coin ! Malgré des pailles très efficaces, on ne progresse que d'une dizaine de mètres. Il reste une ligne droite à élargir pour atteindre le puits suivant qui nous nargue avec un bon écho. TPST 6h
 
- BUSTABLADO : poursuite d'une désob à -25, roche pourrie qui nous cause quelques misères. On a réussi à retrouver une grosse partie du courant d'air, mais il y a du boulot pour passer (c'était la 26° sortie dans ce trou placé à un endroit stratégique) TPST 4h
 
- BUSTABLADO : Retour sur les hauteurs de Pepionès pour la suite d'un gouffre débuté en 2018, avec 5 séances de désob qui ont payé. Les gros puits sont trouvés vers -40. Le terminus est vers -100 au dessus d'un autre gros puits vierge. Nous avons une C90 et une C55 + quantité d'amarrages. Mais, c'est pas simple à équiper et Patrick doit décaler les fractio  très souvent , ce qui consomme de la corde et des équipements. Il reste 10 m de corde au bas du P50. Patrick n'arrivera à descendre que d'une vingtaine de mètres dans le puits suivant, mesuré 82 m au laser. Il faudra ramener encore beaucoup de corde. Le potentiel est de -600, et le trou s'oriente pour l'instant vers la seconde plus grosse source du massif. Aucun réseau n'est ouvert sur cette source.....TPST 5h
 
- ARREDONDO: pour terminer tranquille, nous aidons Guy Simonnot ( spéléo français installé sur place définitivement) à poursuivre la désob d'un gouffre aspirant à 300 m de sa maison. Malgré une belle avancée en profondeur, ce sera à poursuivre. C'est situé 80 m au dessus d'une résurgence sans réseau trouvé pour l'instant. TPST 6h.
 
Un peu de première au final et des trous variés. ça va finir par payer.  Prochain périple la bas début aout, ou en octobre.
 
Bruno
Espagne, monts Cantabriques du 1 au 12 juin 2021
Espagne, monts Cantabriques du 1 au 12 juin 2021
Espagne, monts Cantabriques du 1 au 12 juin 2021
Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 21:57
Participants : TL, TV, JMJ, TG et François de Dijon
 
N'ayant pas assez monde pour continuer le TNNP, Thierry et Jean-Marie ont décidé de répondre à un appel lointain et d'aller renforcer les Dijonnais qui travaillent dans la vallée de l'Ouche, à 30 km à l'Ouest de Dijon.
 
Il s'agit d'une petite grotte située en pied de falaise sur Baulme la Roche, au dessus de la source de la Douix.
 
Rendez vous à 7h30 chez Thierry pour les vésuliens, arrivée à 10 h sur place. Les Dijonnais ont déjà fait un aller-retour pour monter du matos.
Café + chaussons aux pommes, puis nous montons le reste du matériel (petite marche de 15 min, mais pente marquée et cailloux qui glissent par endroit).
 
On s'équipe devant le trou, qui consiste en une petite galerie forcée (1 m diamètre environ) qui s'enfonce sur une vingtaine de mètres et se termine sur une cheminée remplie de terre. Les Thierrys vont au fond pour dégager l’accès à la cheminée : TG présente ce qu'il veut faire, TV perce et prépare les pailles. Pendant les mise en place, TG en profite pour remplir des bacs que Thomas tire jusqu'à un premier virage. JMJ et François qui sont restés en surface les sortent et les vident. TG avait bricolé des roues pour ces bacs, mais le fond de la galerie présente un sillon marqué qui coince les roues. Au bout d'une heure, on change pour un bac classique et utilise certains chargements de terre pour combler la rigole.
 
Après 4 tirs de 1 à 3 pailles, vers 12h,  l’accès à la cheminée est dégagé. Thierry Gilles monte dans la cheminée pour faire tomber la terre. L'autre Thierry la met en bac (mais pas assez vite pour ne pas se faire en partie enterré vivant) et Thomas tire les bacs. François et Jean-Marie restent en surface pour les vider.
A noter une souris qui nous tombe dessus avant d'aller se cacher dans une petite galerie latérale.
 
A 12h40, Gégé arrive et on casse la croute dehors, à l'ombre. A noter que TG ressort par le haut de la cheminée, qui communique avec la falaise par une petite galerie (50x50) qu'il avait reconnue auparavant. La souris essaie aussi de sortir dehors, mais on fait trop de bruits.
 
Après manger, vers 13h45, TG emmène François dans la galerie supérieure pour poursuivre la progression de l'autre coté du sommet de puits, qui fait environ 2 m de diamètre.
TL et TV essaient eux de dégager la base du puits pour aller voir la suite de la galerie inférieure pendant que Gégé et JMJ ramènent les bacs dehors.
Malheureusement, les deux blaireaux du haut renvoient les débris de leur fouille dans le puits, et le remplisse plus vite qu'on ne le vide. Donc pas de progression en bas dans l’après midi malgré beaucoup de bacs sortis. En haut, ils avancent de 2 m environ au perforateur, arrivant dans une petite salle qui permet de se retourner. TL a peur que la suite de la galerie supérieure ne revienne vers la falaise, mais il y a un fort courant d'air qui ne vient pas de dehors.
 
On sort vers 17h15, et on va voir la source et la perte avant de partir. Un beau porche de 5m de haut par 3 m de large est présent 5 m au dessus de la source. La perte, sur le plateau, à environ 1 km à vol d'oiseaux, présente aussi de beau volume souterrain, mais sans suite évidente.
 
Dimanche prochain, première au TNNP (contacter Thierry pour l'heure)
 
Ne pas oublier l'AG du CDS Vendredi soir.
 
Thomas
Baulme la Roche, dimanche 13 juin 2021
Baulme la Roche, dimanche 13 juin 2021
Baulme la Roche, dimanche 13 juin 2021
Baulme la Roche, dimanche 13 juin 2021
Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 18:41
Fin des travaux de fouilles archéologiques dans la grotte de Fouvent... 2 semaines de travaux intenses.
Faune quaternaire abondante : mammouth, cerf, ours des cavernes, hyène, rhinocéros
Quelques rares objets lithiques
Mais re découverte de la grotte Cuvier, dont l'étude des ossements est à l'origine de la paléontologie scientifique.
Le site (terrain + maison) est en vente pour 30 000 euros environ. La mairie devrait faire son possible pour acquérir le site.
 
Hélène et Denis
Grotte de Fouvent, juin 2021

Grotte Cuvier après décombrement des gravats qui obstruaient l'accès

Grotte de Fouvent, juin 2021

L'accès actuel

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 22:41

Présents : Thierry V.; Jean-Marie J.; Sarah B.; Nanard

On se retrouve comme d'habitude au parking du Breuillot vers 9 H 30. Sarah nous a rejoint. Elle tapait du pied à force de lire nos comptes-rendus sur le blog.

Après de nombreuses discussions, on part au TNNP et on en profite pour lui faire découvrir nos travaux le long du chemin (Breuillot 1  et 2: Replan; réseau du TNNP (avec 3 entrées).

Sur place on décide de remplacer la corde en place (hyper glaiseuse), pour faciliter la remontée. Tous arrivés en bas du P20, on attaque l'orifice qui nous permet d'accéder au P8. 12 pailles seront nécessaires. Le courant d'air important ventile la cavité et nous permet de rester vers l'entrée du puits et de reprendre les activités aussitôt. Thierry, comme d'habitude s'acharne au marteau burin. Enfin la margelle cède sous les coups de barre à mines de Jean-Marie et le chemin est libre. Amarrage en place Jean-Marie  suivi de Sarah (pour sa première "Première") pourront découvrir le puits (moins volumineux qu'on pouvait le deviner à travers la fissure de départ) ; ça s'arrête, car nos cailloux jetés dans le puits ont convergé vers l'entonnoir final. Pendant que Sarah et Jean-Marie remontent à tour de rôle en surface, on descend avec Thierry, ausculter les lieux. Beau puits avec de nombreuses cheminées. Le fond semble bouché, mais vu le courant d'air qui sort du fond, on s'atèle à vider le bouchon. Finalement on perçoit un vide qui laisse présumer une suite et on entend des cailloux tomber bien plus bas. Devant le gros bloc en équilibre qui commence à s'affaisser et sans matériel sous la main, on décide d'arrêter là. Il faudra dégommer ce bloc aux éclateurs avant de poursuivre la suite. Un vide à proximité devrait nous permettre de stocker une partie des déblais sans les ressortir en haut du puits.

La remontée est toujours aussi fastidieuse avec les bloqueurs qui n'accrochent pas vu l'épaisseur d'argile. Le matériel est d'ailleurs méconnaissable. Sortie réalisée à 19 H 00.

 

Sortie dimanche : Thierry V.; Jean-Marie J; ....?      Lieu ?    (Topo TNNP?)

Contacter Thierry ou Jean-Marie pour connaître le lieu et le type d'activité.

Nanard

TNNP, dimanche 6 juin 2021
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 22:50

Présents : Jean-Luc G. ; Bruno P. ; Thierry V. ; Nanard  et Jean-Marie J. pour le portage du matin.

TPST : 7 H

 

Rendez-vous 9 H 30 sur place et café/croissants jusqu'à 10H. Ensuite direction la cavité avec Jean-Marie qui nous donne un coup de main pour le portage.

Objectif du matin: élargir les passages du nouveau puits pour que toute l'équipe puisse descendre sans difficulté. 9 pailles seront nécessaires.

Après-midi : descente de toute l'équipe pour découvrir le fond de la cavité (visitée uniquement par Bruno la semaine dernière : gabarit oblige).

Grande diaclase avec puits parallèles accessibles par des lucarnes. On s'acharne sur le "Menhir" qui avait empêché Bruno de poursuivre dimanche dernier. Avec les 3 pailles et surtout après l'acharnement de Thierry au marteau/burin, le gros bloc est disloqué. On commence à évacuer les gravats et creuser la galerie vue par Bruno; mais en fait c'est colmaté. Finalement, le courant d'air étant perçu dans une petite fissure juste en face de nous, Thierry retire l'argile et finalement c'est l'écho.

Une paille, puis le marteau/burin reprend de l'action. C'est l'écho, le vide sous nos pieds. On discerne un puits de 5 x 3 qui descend de 7 à 8 mètres avec 2 galeries  qui entrecoupent le puits à sa base. Encore trop étroit, on prépare 6 forages pour dimanche prochain. Actuellement à environ - 27 m on devrait être vers les -35 m qui correspondent au niveau de la rivière. 

La remontée est assez laborieuse avec l'argile sur la corde et les bloqueurs qui accrochent avec difficulté.

Bruno profite de la remontée pour repérer à nouveau les lucarnes. Celle qui se trouve à 2 mètres du fond descend de 4 à 5 mètres et fini sur un cul de sac. Celle qui se trouve au niveau de l'amarrage semble descendre d'une bonne dizaine de mètres (à revoir).

Sortie dimanche prochain pour accéder à la base du puits et du nouveau réseau (en espérant que la rivière ne soit pas loin,  et accessible).  Prévus : Thierry V. ; Jean-Marie J. ; Nanard.    Rendez-vous à 9 H 30 sur place.

Nanard

TNNP, dimanche 30 mai 2021
Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 20:37

Participants : TV, BP, JMJ, BD, JLG
10h-20h

"On a marché sur la Lune"
 
7 gros kits bien lourds à mettre dans la fusée ! Normal, il fallait du carburant pour atteindre notre objectif du jour. Il y avait même un cubi de rouge et un litre de poire...
Pourtant, on a pas beaucoup consommé et le posé lunaire a bien eu lieu!
 
Beaucoup de matos donc, porté sur un petit km à travers bois sans sentier : avec la bouffe, les multiples accus, les perfos, les outils et une ventilation 12V etc. Jean Luc a même failli se perdre en suivant le mauvais thalweg. Il va falloir trouver un accès 4x4.
 
Le matin et après la pause déjeuner, c'est perçage, paillage, nettoyage. Il y a environ 1,50 m à élargir pour atteindre un premier palier à 3 m dessous. C'est ouvert vers 16h, assez facilement puisque tout part dans le puits. Le moins épais, Bruno, tente le passage pendant que Bernard plante les deux premiers spits en tête de puits ; ça passe à l'aise mais il faut purger partout et ca colle assez vite. Bruno récupère le matos pour équiper et ajoute un premier fractio puis un second vers -13 (le sol de la première salle est à -7). A cet endroit, c'est assez serré et un petit mikado inquiète un peu. Une longue séquence de purge se poursuit pendant une heure avant de poursuivre. Troisième spit juste dessous pour décaler la corde et le premier vrai puits spacieux se découvre.
NB : la petite perfo est top pour spiter, très légère et efficace. Idéale pour choisir un bon emplacement en hauteur, qu'il eut été impossible de faire à la main. Pour autant, avec l'argile récolté au dessus, c'est pas si facile de gérer l'équipement.
Vers -17, c'est propre et un palier oblige à un nouveau planté de spit. C'est une grosse diaclase étirée qui forme ce puits.
Je demande à Nanard  de rejoindre pour des photos mais ça passe pas après le premier mètre en haut.
Ce sera un posé lunaire en solo pour cette fois, au moins pour voir s'il y a une suite et la rivière ? Au début, les cailloux des travaux tombaient dans de l'eau mais il s'agissait en fait d'une grosse flaque au sol, qui s'est remplie au fur et à mesure du chantier.
 
On pose les pieds presque au centre de la base de la grande diaclase. Un rapide coup d'œil mais ça semble pincer des deux côtés, rien d'évident.
Cependant, une belle lucarne est visible en hauteur. L'escalade en oppo est facile. Il y a une diaclase parallèle derrière, plus petite.  Et un nouveau puits juste en face. Pas gros mais environ une dizaine de mètres. Pas de corde et plus d'amarrage, ce sera pour les suivants (un ou une svelte...). Pas d'eau en bas.
De l'autre côté, derrière un bloc/lame de 1,50 de haut, bingo, un courant d'air sortant d'un soupirail à sa base. C'est à angle droit, assez argileux et pas super gros. Je tente les pieds, il y a une pente derrière. Stop, en solo, c'est pas raisonnable. Retournement pour mettre la tête en bas et jeter un œil partiellement: c'est le début d'une galerie d'accès dans la bonne direction (le collecteur devrait se situer à une dizaine de mètres). Ca résonne fort et on entend des gouttes d'eau tomber à plusieurs endroits dans du volume. Pas de bruit de rivière, mais les niveaux sont hauts actuellement.
 
Remontée et déséquipement partiel, pour éviter d'abimer corde et amarrages lors des prochains travaux. Une seconde lucarne est découverte en hauteur, à +7m environ du sol. Il faudra penduler et aller voir, il y a un semblant de départ de galerie. C'est toutefois le point haut de la diaclase parallèle.
Aucune gêne pour sortir, mais il faudra à nouveau élargir deux passages pour calibrer XXXL.
Croquis joint pour un aperçu des lieux.
Ce sera pour dimanche prochain 10h, afin de poursuivre l'exploration. Enfin !!
Et Bravo pour le début de la désob, 7 m entièrement vidés au seau + un bel étayage avec une buse en acier.
 
Bruno
 
TNNP, dimanche 23 mai 2021
TNNP, dimanche 23 mai 2021
Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 22:43
Thierry, Bruno, Jean Marie
10h-17h
Thierry et Jean Marie au tirage vidage dans la salle intermédiaire, Bruno au remplissage vers la baignoire.
10 bacs pour évacuer le dernier tir et les abords. Puis 4 pailles au plafond en sortie de baignoire. On sort grignoter pendant que ça décante.  Résultats impressionnants et très efficaces. Au moins 35/40 bacs de plus et tranchée sur deux mètres après le virage pour baisser le seuil. Pour finir et anticiper sur le lendemain, deux mini pailles tout au fond du méandre. Thierry est passé à l'aise dans la diaclase, en frottant à peine !
Déblayage demain puis pailles pour ouvrir et passer enfin.
Le ruisseau était très bas.
Bruno
Partager cet article
Repost0