Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 18:22

Participants : Geneviève; Thierry V.; Thierry G; Nanard            
TPST  : 7 H

Rendez-vous 9 H 30 sur place. J'arrive à 10 H et je retrouve l'équipe devant le camping car avec croissants café dans leurs chaises longues: où va t-on ??

On se remet à discuter et boire le café et on se décide. Début des hostilités à 11 H 00.

Ge et TV déblaient le stockage de la désobstruction précédente; je tire les seaux depuis l'extèrieur (130 pour cette fois -ci). Thierry G poursuit la désobstruction dans la diaclase aval.

Vers 14 H une grosse partie est évacuée, mais il reste les déblais de Thierry G. Retour pour manger au camping car où on ne voit toujours pas notre TG arriver. On crie, on klaxonne, ... et finalement on commence l'apéro et le repas. Finalement, après s'être égaré dans le bois, TG débarque 1 petite heure plus tard et arrive par la nationale à pied; il a voulu faire un petit détour par chez Wicky. On lui a précisé que c'était l'occasion de chanter la "cathédrale" et qu'on aurait pu l'entendre.

On repart avec TV poursuivre la désob dans la mini salle. TV s'acharne sur les parois en place avec le gros marteau  et nous éclate tout. La mini salle est  bien creusée, mais finalement nous avons bien du mal à sortir et nous frayer un chemin à travers les déblais.

Un petit croquis déscriptif est en PJ.

Dimanche prochain, sortie au Pinard pour éliminer la voûte du siphon aval.

Nanard

 

gouffre TNNP, dimanche 9 juillet 2017
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 20:26

Quelques petites précisions quant à la radio-localisation sans succès de dimanche:

Après vérification en pointant précisément sur carte la salle du bar-tabac et la cheminée des Brevetés, la zone de recherche était bien la bonne.

Si nous n'avons rien pu capter, c’est à cause de la hauteur à traverser de cette zone : la balise sous terre a été posée à environ - 55 m à l’aplomb de notre zone de recherche (+ 35m/entrée des petites Chailles et la base de la cheminée est à environ - 20m/entrée des petites Chailles).

Ca fait peut-être un peu beaucoup pour la petite balise. 

Je suis retourné avec Peter lundi 3 pour sécuriser l’entrée du Chaland : pose de tôles et rubalise. Et un écriteau “Travaux d’aménagement et de sécurisation de l’entrée du Chaland. Comité Départemental de Spéléologie de Haute-Saône”.

J’ai envoyé un mail à Hervé lui demandant de nous chiffrer 4m50 de buse avec échelons et 1 couvercle. Dès que nous avons son devis et l’accord du CD du CDS 70, on prévoit une date pour finir les travaux.

Damien.

 

Le Chaland, suite, dimanche 2 et lundi 3 juillet 2017
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 22:32

9 h – 17 H

Présents : le matin : Jean-Paul 

               l’après-midi : Stéph. Guignard ; Peter

toute la journée : Bruno ; Jean-Marie ; Damien ; Thomas L. ; Véro ; Valbert ; Thierry V. ; Nanard

Rendez-vous 9 H pour le rituel café  - croissant (sans le café). Grandes discussions avec les premiers arrivés, puis acheminement du matériel au trou. D’autres arrivent avec les croissants-café et on rediscute …. Pleins de choses à dire et on prend surtout des nouvelles du genou de Bruno. On s’éternise et Damien tape du pied ; il voudrait qu’on se bouge…

Le SCV est efficace, mais il lui faut son rituel et son temps de chauffe. Puis, ça y est, on se décide et on se retrouve tous au-dessus du Chaland.

Une équipe attaque la surface pour décaper dans l’axe du puits, mais le matériel ne résiste pas (le manche de pioche est cassé dans les 10 minutes) ; il faudra prévoir du matériel de pro !! Bruno et Jean-Marie piochent en alternant avec le passage de Véro et Valbert qui évacuent les gravats. Tout roule !

Dans le trou, Jean-Paul et Nanard décapent le plafond au burin puis au burineur (merci le groupe !) ; ça descend et ça avance. Thomas évacue les gravats.

Damien suit les opérations (les mains dans les poches) : il ne va pas user ses gants.  Mais il fait confiance au SCV.

Finalement Jean-Paul s’acharne, ne veut plus lâcher le burineur et nous effondre la voûte restante. Le trou change de gueule.

On voulait boire l’apéro, mais Damien cache les bouteilles : la condition, c’est que tout soit évacué avant boissons et casse-croûte.

Finalement on commencera par les Bourgognes ; Bruno sort les verres à pied : respect chef !

Stéph.  nous rejoint pour le casse-croûte, puis Peter.

Pour le reste de la journée, une équipe descend dans le chaland poser une balise dans la cheminée des Brevetés (Steph  et Véro). En surface, 4 cadres sont mis en œuvre pour localiser la zone de la cheminée (Thierry V. ; Valbert ; Damien ; Nanard).  Nous les localisons lorsqu’ils passent sous le chemin vers les véhicules et percevons leur déplacement.  Nous partons nous positionner dans la zone où devrait se trouver la cheminée d’après la carte et le report topo. Mais rien !!

Chacun patrouille et se déplace sur un périmètre de plus en plus large afin de déceler la moindre perception de balise, en vain. La balise devait être en place de 15 H 30 à 16 H. Finalement, le temps passé nous abdiquons : soit l’épaisseur de calcaire est trop importante, soit la zone de recherche n’est pas la bonne.

Il serait préférable pour une prochaine fois, soit de travailler avec une balise plus puissante, soit les suivre au cadre depuis l’entrée de la cavité et ne pas les perdre.

A 17 H on rejoint l’entrée du chaland qui a été métamorphosée par l’équipe de surface (aménagement avec palettes ; mise au gabarit pour les buses ; …). Il faudra prévoir 4 M 20 de buses de 20 cm de hauteur  de 0.80 m de diamètre (avec barreaux ?). Il faudrait livrer les buses et les matériaux dès que le champ sera moissonné ; Damien gère avec le propriétaire du champ.

Nanard

 

Présents : JP Servette, JMJ, Bruno Pernot, Thierry Vircondelet, Thomas Lebon, VOL, Valbert, Bernard Détouillon

Damien Grandcolas, Peter Boyle, Stephane Guignard

Le SCV se retrouve le matin devant le trou du Chaland, Damien nous attend. Café tardif et croissants on se met à l’œuvre.C'était pourtant bien travaux CDS non ?

Je m’auto proclame chef de travaux et Damien superviseur des travaux. Bruno est à la pioche et Thierry à la barre à mine, Jean Marie à la pelle, Véro et Valbert au ramassage de cailloux et seaux. On creuse à 1 m de l’heure, à la cadence ça chôme pas.

Par en dessous Jean-Paul fait équipe avec Bernard au marteau burineur, Thomas récupère les gros cailloux.

Damien ne fait rien… heuuu il supervise bien sûr.

A 12h30 les deux équipes se rejoignent avec une poignée de main qui fera date.

Jean Paul file a un rendez vous familial, on descend dans le trou avec Bruno pour déblayer les palettes destinées à bloquer la terre et empêcher les cailloux de descendre dans le puits. Les garçons boivent l’apéro et papotent en tirant les seaux. On s’empiffre de saucisson et de bon vin. Peter et Stephane arrivent.

Je pars avec ce dernier pour la cheminée des brevetés. Pas beaucoup d’eau en bas et formidablement claire. L’entrée de la cheminée est un talus d’argile je dois m’y reprendre à 4 fois pour m’y enfiler ça m’épuise et me fait ronchonner grave. On pose la balise qui clignote qui clignote pas … on sait pas.

On part visiter la Furieuse en attendant. Pendant ce temps Damien, Bernard, Valbert et Thierry courent au dessus des champs pour localiser la balise. On sort à 17 h pour s’entendre dire qu’ils nous ont perdu. Tant pis. Mais c’est groumfant.

Le reste de la troupe a sécurisé les parois, reste à mettre une buse bien droite.

Véro

 

 

le Chaland, dimanche 2 juillet 2017
Partager cet article
Repost0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 20:54

Le stage bio spéléo .

 

Le stage bio spéléo commence le vendredi 23 juin. Nous arrivons à 18h, le temps que Jean Luc aille chercher Bernard Lebreton à la gare. Ensuite, arrivent Josiane et Bernard Lips qui installent le matériel pour commencer les recherches sur les insectes et autres bestioles hideuses et dégoûtantes mais cela ne nous a pas fait peur.

20 h, le matériel est monté pour les recherches. Plus tard, Alice arrive vers 20 h 30, nous nous présentons et commençons a manger, nous discutons, nous rigolons et nous  partons nous coucher pour la grande journée du lendemain qui nous attendait. Le lendemain préparation du matériel et nous partons à l’aventure des grottes. Nous allons aux Equevillons, descendons au descendeur, tranquillement. Nous ne trouvons pas beaucoup de bestioles ; on a plus tracé le chemin que  chopé des insectes. On relève les pièges, on ne trouve pas grand-chose, mais c’est un bon début. On revient.  Véronique, du haut du puits de 8 m, fait glisser le piochon sans faire exprès et le laisse tomber, il atterrit sur le dos de Bernard Lebreton. Il a eu beaucoup de chance sur ce coup là, une bosse mais pas blessé, et heureusement, sinon un secours s‘imposait . Mais bon nous remontons à la surface et nous revenons à la base pour utiliser les microscopes (binoculaires). Chaque personne avait ses petits insectes, devait les identifier et les mettre dans des fioles d’alcool. Bref le lendemain nous ré-identifions d’autres insectes. Moi, Valbert Lamboley, je suis parti chercher des araignées pour les identifier,  sauf que je suis tombé sur un trou qui était en plein sur le côté d’une butte, juste derrière la salle où on était. Alors je me suis approché,  j’ai un peu agrandi le trou, j’ai mis ma main dedans, un courant d’air frais arrive sur ma figure. Je suis parti chercher une lampe torche pour regarder si le trou continuait plus profond. Effectivement, ça continuait plus profondément,  je préviens ma mère avec la joie aux yeux, ensuite à Jean-Luc mais qui ne me croyait pas. Alors je lui ai montré le trou. Il me répond qu’il faut appeler le maire pour pouvoir faire une désob. Résultat le maire est d’accord pour qu’on fasse un trou plus grand et qu’on l’explore. Ma mère passe la première, il y avait beaucoup de déchets et d’autres trucs périmés et moisis, mais ce n’est pas très important, alors elle a continué plus profond, revient … elle a fait 2 allers-retours et nous dit : «ça continue, il y a un puits de l’autre côté ! » Je suis super content, je viens de trouver un trou à 12 ans, ça n’arrive pas tous les jours ! Le trou s’appelle  le ''trou VALBERT’’. Il ne reste plus qu’à enlever quelques pierres pour aller plus loin.

Ce fut un week-end super cool et très amusant ! J’espère revoir mon trou et aller plus loin encore. Sinon le stage était sympa, les plats de Jean-Luc* étaient délicieux et bravo à tous ceux qui ont participé.

Valbert

*Je n’ai pas préparé de plats, juste trouvé le traiteur et transporté les plats ! (note du correcteur)

A part ça quelques précision sur le stage bio : 

11 participants : comme cadres : Josiane et Bernard Lips, Bernard Lebreton et Jean-Pascal Grenier
comme stagiaires : du SCV : Véro, Valbert et moi, + Alice Gros des Spiteurs, Carole Pusterla de la CPEPESC, Arnaud Garlan de la région parisienne et Jean-Pierre Villégas, président du GIPEK, du GSD.

Trois trous ont été inventoriés : Les Equevillons, Combe l'Epine et le Moulin au Maire.

Et, cerise sur le gâteau de ce stage studieux et bien sympathique, la découverte d'un nouveau trou à Montcey par Valbert : de la désob en perspective !

  JLG      

              

 

Stage bio et découverte du trou Valbert, les 23, 24 et 25 juin 2017
Partager cet article
Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 07:05
Participants : TV, BD, TG
La canicule étant annoncée nous préférons chercher une climatisation naturelle au trou sans nom (bientôt le trou sans fond on espère !). La fête des Pères se transforme en fête de la Terre pour les Thierry’s rejoint par Nanard en début d’après-midi (plus d’un mètre cube fut déplacé). Nanard cherche de la main d’œuvre pas chère pour la déterrer (l’extraire du sous-sol) dimanche prochain. On frôle l’ouverture de carrière illicite !
Prévoir des seaux pour les pas sots : en effet il n’y en a plus de dispo dans la cavité. Ils sont non seulement pleins mais en plus enterrer. Nanard a dû croire que c’était des endives !
TV ne parlait que poudre mais la poudre n’a pas parlé. En simple tenue de spéléo multi-rapiécée, il ne jetait pas de poudre aux yeux non plus. TG muni d’un simple burin LEBORGNE et de son marteau préféré SAM de 2,5kg a sapé la base du bloc jusqu’à l’affaisser. Puis il ne restait plus qu’à s’immiscer dans l’ouverture créée et faire 4 bons mètres de première. Puis rebelotte dans un autre passage pour 5m50 de première avec arrêt à 1m50 du terminus visible avant virage (cause fatigue et faim surtout). En effet TV m’a fait faire le ramadan (avec une dérogation pour une bière au vu des conditions de travail). Nous avons en effet mangé vers 18h30.
Le géologue suppose la présence d’un puits colmaté au carrefour des 3 galeries (endroit le plus spacieux). A vérifier, à suivre...
GT
 
Gouffre TNNP, dimanche 18 juin 2017
Gouffre TNNP, dimanche 18 juin 2017
Gouffre TNNP, dimanche 18 juin 2017
Gouffre TNNP, dimanche 18 juin 2017
Gouffre TNNP, dimanche 18 juin 2017
Partager cet article
Repost0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 20:19

Participants : BD, TV, JMJ, TL, JLG

14 h / 18 h

Traditionnel et annuel nettoyage du sentier karstique de Neuvelle lès Cromary cet après-midi. On a eu chaud, on s'est fait dévorer par les taons, mais, avec 3 débroussailleuses, on en est venu à bout. Heureusement Nanard avait prévu ce qu'il fallait pour nous désaltérer ...

JLG

 

   

Nettoyage sentier karstique, samedi 17 juin 2017
Partager cet article
Repost0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 19:54

Participants : Thomas L.; Jean-Marie J.; Thierry V.; Nanard

Rendez-vous 10 H pour le rituel café/croissants. Début des manipulations de seaux avec la chèvre vers 11 H 00. Fin des travaux vers 18 H 30. Thomas a arrêté de compter les seaux.

Essai de fumée dans la cavité pour percevoir le courant d'air. Le courant vient du fond du trou et ressort par le conduit inférieur en milieu de doline. Tous les déblais entreposés dans les passages depuis nos derniers travaux ont été évacués.

Dans le rôle des gros bras à la poulie et aux seaux : JMJ et TL; dans le rôle des taupes : TV et nanard.

L'essai avec la caméra n'est pas très concluant : éclairage limité et profondeur de champ réduite (voir essai avec un éclairage à rajouter en bout de flexible).

On a de la place pour restocker des déblais pour les prochains travaux en nombre limité. Poursuivre les travaux au fond vers trémie et déblayer le boyau à droite vers la mini salle (encore une bonne journée à prévoir).

Nanard

Partager cet article
Repost0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 14:45

Participants : Thierry V.; Nanard 
TPST : 8 H 30

Rendez-vous 10 H avec Jean-Marie Frossard pour lui remettre 2 combis CDS taille XS

Enfin Thierry arrive !! Pas de croissants, mais le rituel café : ça se dégrade !!

Nous dégageons le début de la galerie qui communique avec la doline afin de nous faire un peu de place pour stocker le matériel (belle galerie bien érodée). Puis nous décapons le sol pour retrouver la roche en place dans la galerie principale qui mène à la petite salle. Nous extrayons tous les déblais dehors.

Travail terminé et après un repas léger, nous entreprenons de dégager le méandre qui mène sur la gauche au courant d'air. Thierry s'acharne sur les deux blocs au milieu de la galerie pendant que je creuse le fond du méandre et décape le passage pour accéder au dessus de l'éboulis. La terre s'accumule et à deux, si nous voulons ressortir, nous sommes obligés de renvoyer tous les déblais dans la galerie d'entrée décapée.

Enfin nous accédons à l'éboulis. La partie supérieure doit être assez près de la surface : cailloux et terre en suspens. Après réflexion, nous hésitons à attaquer par le haut de l'éboulis, voire ouvrir une cheminée d'accès, ou creuser par dessous ???

On devine bien le méandre, pas très large juste derrière cet éboulis et surtout le courant vient bien de là.

On va devoir faire parler les tubes pour élargir quelques rétrécissements et attaquer la trémie.

Prochaine sortie il faut du monde : 4 minimum pour extraire tous les déblais et décaper la salle jusqu'au calcaire.

Nanard

Partager cet article
Repost0