Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

10 août 2022 3 10 /08 /août /2022 14:52

Participants : V. Garret – D. Grandcolas

Dimanche 7 août : Départ de Pierrefontaine les Varans pour faire une boucle en passant par le belvédère de Belmont, point haut de notre randonnée. Le tracé est parsemé de phénomènes karstiques dont de nombreuses cavités. Nous passons au pied de la Roche Percée qui est un site d’escalade quelque peu hors des sentiers battus et rejoignons la grotte de la Fontaine Boudot. Sa petite entrée, difficile à trouver, conduit à une belle salle de 10m x 10m concrétionnée. Une colonne d’un blanc immaculé trône au centre de celle-ci (voir les photos sur Basekarst pour ceux qui y ont accès). Passage vers l’abri du bois de Belmont avant de nous faufiler dans la glacière du Bois du Roi. Il s’agit d’une large diaclase tectonique de 70 m de longueur parcourue par un courant d’air froid. Retour en passant près de la source du Val où une nouvelle passerelle en bois a été installée Nous remontons à Pierrefontaine en passant au pied de la Grande Cascade et en longeant une barre rocheuse avec de belles baumes et petites grottes insignifiantes.

Lundi 8 août : Boucle aux environs d’Avoudrey et Flanchebouche où nous visitons au passage la grotte de la Borne. La galerie d’entrée descendante aménagée avec un escalier métallique mène à une grande salle de 20m de diamètre qui se finit par un éboulis. Nous repérons aussi le Creux d’Orcheval. Celui-ci n’est pas accessible car il est entouré par des grilles et la porte d’accès est cadenassée. Ce gouffre de 35 x 18m pour une profondeur de 21m est impressionnant (voir photos sur Basekarst).

Damien.

Balade karstique dans le Doubs, 7 et 8 août 2022
Partager cet article
Repost0
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 08:42

Participants : SB, JMJ, BD, TV, TG 

Baulme la Roche, travaux, dimanche 7 août 2022
Partager cet article
Repost0
7 août 2022 7 07 /08 /août /2022 06:27

Participants : Bernard Détouillon, Jean-Luc Géral, Damien Grandcolas, Jean-Marie Josso et Thierry Vircondelet.

Que fais-je cet après-midi ? Je vais voir les niveaux d’eau au Chaland où je vais rejoindre les forçats du travail à la Perte de la Dent ? J’opte pour le 2ème projet en me disant « tu sais à quoi tu t’attends ? » : béton, cailloux, seaux, pelle, marteau, portage, buse… Tyrannie du président, esclavagisme… Même pas peur, j’suis syndiqué !

L’objectif de cet après-midi est d’aménager la perte en rive gauche pour faciliter l’absorption de l’eau par cette perte latérale et éviter ainsi l’écoulement du ruisseau dans la perte principale. Ce jour, le lit du ruisseau est à sec. Cette opération permettra d’œuvrer dans le terminus actuel de la perte principale en toute quiétude.

Rendez-vous sur place à 13h30 et parking des 5 voitures. Nous sommes 5, encore une fois, bravo le covoiturage ! A 14h00, nous sommes à pied d’œuvre. Réassemblage de pierres, nettoyage de celles-ci, gâchée de béton, maçonnage, pose de la buse à la verticale, calfeutrement du pourtour avec du béton et des pierres, pose de la grille et réalisation de murets de dérivation. A 16h30 environ et après 10 sacs de 25kg de béton, le tour est joué. Peu de réflexion, beaucoup de rendement, ça me va bien. Thierry, président et chef de chantier peut admirer l’ouvrage d’art avec contentement et satisfaction. Après la bière de fin de chantier, il nous libère et chacun d’entre nous rentre là où bon lui semble et selon les projets de soirée à chacun.

Damien

Perte de la Dent, samedi 6 août 2022
Partager cet article
Repost0
5 août 2022 5 05 /08 /août /2022 17:33

 Participants : Jean-Marie J. - Thierry V. - Nanard
10 H - 20 H

Sortie à la Dent pour déblayer la perte latérale et favoriser l'écoulement du ruisseau pour les prochaines arrivées d'eau.

La perte latérale du ruisseau de la Dent permet d'absorber les eaux du ruisseau en cas d'écoulement et ainsi, préserve l'accès au réseau par la perte principale pour poursuivre nos travaux du fond en toute tranquillité. Mais les épisodes pluvieux "lointains", ont colmaté totalement cette perte latérale.

Il a ainsi été décidé le la vider complètement et d'aménager une buse de protection avec grille de décantation pour prévenir tout futur embâclement.

A pied d'oeuvre à 10 H (pour le rituel café/croissants), nous acheminons le matériel sur place (buse, béton, outils,...) et commençons à poursuivre la désobstruction attaquée quelques jours plus tôt. Après 2 m3 de déblais retirés, l'emplacement prévu pour la buse est atteint. Il est tard, et on décide de revenir éventuellement samedi pour cimenter et coffrer la buse équipée d'une grille.

Nanard

Perte de la Dent, jeudi 4 août 2022
Partager cet article
Repost0
5 août 2022 5 05 /08 /août /2022 11:35
Participants : VOL, PAU
TPST : 5 heures 
On décide d’aller voir des pas de dinosaures collés au plafond. Ces traces ont été découvertes en 2015 de façon tout à fait inopinée dans une classique connue depuis très longtemps par les Lozériens. Comme elle est très chaotique on a plutôt tendance à regarder par terre. Alors des traces de dinosaures au plafond c’était un peu insolite. C’est décrit dans le spelunca spécial UIS.
Il nous faut deux heures de voiture pour rejoindre les causses et nous stationner dans le petit village de Prades. On utilise pour se guider un compte rendu speleo de 2005. on commence par demander à des gens où est la grotte. On a beau lire et relire le descriptif en pénétrant dans la cavité, ça ne ressemble pas du tout. Il y a des cordes en place une vire …bref on se rend vite compte qu’on est dans castelbouc 1. Demi tour on n’a pas nos baudriers. On croise un BE avec un groupe qui nous indique l’entrée 4.
A 11 h on est dedans ouf. La baume pince vite : étroitures, désescalade machiavélique, le ton est donné : on va beaucoup se contorsionner. On s’extirpe d’un boyau pour arriver à la salle du sous préfet. On rencontre un groupe qui nous permet de trouver la fameuse boîte aux lettres qui, je trouve, ziguezague trop pour en être une. Question de ressenti. On finit par arriver dans les grands volumes, salle de minuit, salle rouge, (on peut contourner la vire par la droite au fond en haut). on colle la scurion au plafond pour voir les papattes mais bon, sans guide paléontologue ce n’est pas évident. On en voit sûrement plus qu’il n’y en a. Retour grâce aux cairns posés par Philippe parce que c’est quand même paumatoire. À la salle du sous-préfet on est planté. Pas de Cairn, on tourne pour chercher l’étroiture qui nous mène à la sortie en vain. on repart en sens inverse sans s’en rendre compte jusqu’à la salle des petits gours où on se dit qu’il y a un problème parce que ça, c’est direction le siphon terminal. On s’assoit on réfléchit et je reprends le descriptif aller ligne par ligne. On repart dans le bon sens de la sortie. Retour dans cette foutue salle du sous préfet. On tente tous les endroits de roches élimés qui partent sur notre droite après avoir laisser le sac sur notre lieu de départ. (Pour pas rebrousser encore chemin sans s’en rendre compte). Ça paye. On trouve l’étroiture de m… ascendante qui nous mène au pincement initial. Là, une BE de Cévennes Évasion briefe un groupe et rigole en voyant ma combi polaire. Ben oué, en plus les grottes sont tempérées en Lozère et j’ai eu bien chaud. Pas Philippe en teeshirt et en slip qui avait oublié dans la voiture la fameuse polaire complètement inutile. Une belle sortie. Faudrait faire une sortie club sur les causses parce qu’il y a de tout niveaux et les cavités sont belles. Et j’ai vu une géode dans la roche !
Vero
Grotte de Castelbouc 4, mercredi 3 août 2022
Grotte de Castelbouc 4, mercredi 3 août 2022
Grotte de Castelbouc 4, mercredi 3 août 2022
Grotte de Castelbouc 4, mercredi 3 août 2022
Grotte de Castelbouc 4, mercredi 3 août 2022
Partager cet article
Repost0
2 août 2022 2 02 /08 /août /2022 05:04
Participants : ThV. J-mJ.

Après l'habituel "échauffement" nous attaquons la topo : le trou est toujours aussi... confortable mais pour une fois sans une goutte d'eau ! La baignoire est pleine mais de terre. Au fond Th. en profite pour enlever quelques blocs et a la confirmation...cela continue bien en dessous, plutôt + large(pénétrable) sur au moins 2m, une coulée ne permettant pas de voir plus loin. On y respire bien, un léger mouvement d'air y est perceptible. Il semblerait qu'on soit à la sortie du siphon : présence de quelques gros morceaux de bois. Cela nous a pris 3h...On sort manger avec Sarah en visite.

Not' président ayant peur qu'on s'ennuie avait prévu de quoi creuser, comme c'est étonnant ! En fait la perte latérale est colmatée "ras la gueule" : On la débouche et tire des plans pour la protéger rapidement.

J-m.

 Rappel:5/8,réunion-repas chez moi à partir de 19h.

Partager cet article
Repost0
2 août 2022 2 02 /08 /août /2022 04:55

Participants : Véro Garret, Zélie, Anouk et Damien Grandcolas.

Ce jeudi, direction Montivernage avec les filles pour visiter la grotte des Orcières ; grotte que je n’avais pas encore explorée ! Cette modeste cavité se prête particulièrement bien à une séance de découverte du milieu souterrain pour des enfants de 5 et 7 ans. J’équipe le ressaut d’entrée pour permettre aux filles de descendre le puits en rappel que je gère depuis le haut et pour qu’elles puissent le remonter seules à l’aide d’une poignée. Nous allons jusqu’à la trémie terminale de la galerie Est où les filles continuent dans un boyau désobstrué espérant y trouver une suite ! Tout le long du cheminement, elles s’extasient devant les concrétions qui sont étonnement encore bien blanche ! Au retour, Anouk et moi allons voir le fond de la galerie Ouest où se trouve le passage désobstrué et volontairement réobstrué permettant d’accéder au nouveau réseau. Pas facile de déterminer où celui-ci se trouve. Pendant ce temps, Zélie et Véro qui nous attendent à la base du ressaut se passent le temps en faisant des prélèvements d’argile pour de futures poteries, dixit Zélie et Anouk !

Après cette visite bien agréable, friture à la Capitainerie de Baume les Dames et nous posons le camion au bord du Doubs au pied des falaises de Baumerousse. Comme par un fait exprès, se trouve juste derrière le camion la résurgence de Baumerousse dont le niveau d’eau est bien bas (voir photo). À la suite de pompages réalisés en 2011 et 2015 par le CDS 25, 120 m de réseau ont pu être explorés dans cette cavité.

Vendredi matin, balade le long des falaises pour repérer les voies d’escalade pour une future grimpe avec le papa des filles. Ces dernières ne peuvent pas s’empêcher d’explorer les petites grottes dans la falaise.

L’après-midi sera consacré au repérage du tunnel de dérivation du Gour à Champlive et, éventuellement d’une visite de la première partie horizontale de celui-ci. Son accès ne me semble pas simple dans les friches longeant le ruisseau. L’entrée n’est pas loin mais j’abandonne, me disant que le cheminement jusque là sera un peu compliqué et éprouvant pour les filles. Nous partons pour la vallée du Doubs au niveau du village de Laissey pour repérer à son tour la sortie du tunnel. Nous en trouvons un pensant qu’il s’agit de la sortie ; il s’avéra par la suite après contrôle sur BaseKarst que c’est l’entrée de la mine de Jay-Rouge. Retour à Besançon pour retrouver maman et papa.

Damien.

Les Orcières, Montivernage, 28 et 29 juillet 2022
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2022 4 28 /07 /juillet /2022 16:05
Présents : Thierry G et Gege, Bruno.
TPST :2h30

Un jour à marquer d'une....Pierre Blanche ! Environ 130 m de première, le bouchon a sauté, et arrêt sur rien.

Préambule: LE RATEAUGRATOR ( Cf photo hors chantier)

Un outil monstrueux, révolutionnaire, issu du croisement raté entre un râteau et un manche à balai alu de l'HP ( NDLR L'Hôpital Psychiatrique)
Unique, comme son créateur à l'imagination sans limite. Léger, maniable, télescopique avec goupille, et des dents d'acier, un monstre de métal !
Bientôt à la norme ISO 9021, brevet en cours. Les derniers tests ont été validés aujourd'hui. Article dans Science et vie à paraitre.

Thierry ne connait pas le trou ouvert le 10 aout 2020, il la joue donc sécurité. La difficulté envisagée a été bien entendue. Il emporte un petit kit avec de l'eau, une frontale de secours, et quelques gâteaux. Nous convenons avec Geneviève d'un temps de sortie de 4 heures, avec inquiétude à compter de 5. Je gère le Rateaugrator de mon coté, en mode replié. En néoprène, dans ces conduits de petite taille et bien humides, il n'est pas aisé de respirer facilement sous l'effort. La première salle et les quelques cheminées offrent de souffler debout heureusement quelques instants. Le ruisseau est un filet d'eau, mais les reptations dans les bassins inondent très vite la moitié du bonhomme.

Le passage un peu serré dans le laminoir terminal ne pose pas de problème, le dijonnais est en forme et suit facilement. Les 30 derniers mètres de ramping sont avalés et nous sommes dans la "niche" concrétionnée devant l'obstacle. Nous avons mis une heure pour environ 200 m. Thierry attend sagement quelques mètres derrière. Le rateaugrator peut être cruel pour le curieux trop près : un coup de manche est vite arrivé. Le monstre sort les dents et attaque le sol furieusement. Tellement gourmand qu'il faut déployer la rallonge rapidement. En un quart d'heure, le sol est décaissé côté droit sur 15 cm de hauteur et 2 m de longueur. Le bout de plancher calcité gênant, pendu à gauche, est démonté à coup de concrétions. Thierry se rapproche et prend la relève. Il achève le plancher et dompte la bête pour terminer le travail.
Il passe à l'aise. Le plafond se relève et ça continue à 4 pattes, ouf. Le laminoir serpente encore sur 20 m avant de buter sur un passage bas, avec une vasque, sur un gros mètre. Thierry franchit sans casque, la tête au ras de l'eau et sort dans une belle galerie de 2x2 minimum. Je rejoins en trempant une oreille. C'est immédiatement concrétionné et gros. Nous avons rejoint un petit collecteur de type Vallerois. L'amont de cette galerie latérale à droite  est très rapidement obstruée par un énorme tas de graviers et d'argile. ça semble passer au dessus au bout de 10 m mais nous n'avons pas insisté.
L'aval était bien trop tentant. Enfin debout.
Immédiatement nous sommes surpris par de très nombreux morceaux de bois au sol, issus de la galerie de droite. Ils sont présents sur plusieurs dizaines de mètres.
Quelques enjambées plus loin, on débouche dans un grande salle avec blocs et talus d'argile, concrétions, plafond à 8 m, environ 15x 5. Au début de la salle, un peu après la confluence,  un os de grandes dimensions est "posé" par une crue sur une banquette. ( env 60 cm, fémur? photo. on le clichera avec une échelle une autre fois). Si le bois et l'os sont arrivés ici, ce n'est pas par le laminoir d'accès.
Serait ce l'arrivée de la Dent ? Il y a beaucoup de bois similaire au fond de la dent. Quid de l'os ? Une cheminée rebouchée dans l'amont ?
Au bout, le ruisseau continue dans un nouveau laminoir, beaucoup plus large ( 3m) mais encore assez bas ( 50/60 cm rapidement). Thierry avance de 25/30 m au même gabarit et décide de laisser la suite pour une autre fois. Nous avons déjà beaucoup rampé et le timing est à respecter.

Cependant, avec l'énergumène, rien n'est jamais surprenant. Avant la descente, nous avions abusé de son café, sans tord-boyaux additionnel toutefois, pour aller dans ces petits conduits ... Il tombe donc la néo et balise le ruisseau avec un excrément dijonnais. Heureusement, un vrai-crémant alsacien est prévu à midi. Bref, il faudra tirer la chasse avec le prochain orage. Le retour s'effectue sans difficulté. Thierry s'offre même 10 m de première supplémentaire dans la zone d'entrée. Nous avions délaissé un affluent amont, barré d'un très gros bloc. Il s'y attaque, le démonte en 10 minutes et envoie les morceaux vers la galerie principale. Plus loin, cet actif continue en 0,60x0,50 ( cf croquis).

Les photos sont de piètre qualité, désolé, c'était compliqué avec l'humidité. La plupart sont prises dans la grande salle. La dernière montre Thierry au départ du laminoir aval, encore assez haut de plafond. On y retournera pour la topo du fond et la suite.
PS : Prévue au départ, Sarah a hiberné toute la matinée. Elle n'a rejoint à midi que pour les bulles, le pinot noir merlot 2017 de Suisse et le vin de noix 2016 final. Ah ben bravo.

Bruno

Gouffre des Pierres Blanches, mercredi 27 juillet 2022
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2022 2 26 /07 /juillet /2022 11:55

Participants : J-M/Thierry/Sarah

Par moment c'est « période de détente au SCV » ! Plus de Boum dans tout les sens, plus d'odeur étrange et de gaz nauséabonde « quoi que »...

Aujourd’hui, c'est avec plaisir que je suis mes guides pour explorer une entrée du réseau de Cerre les Noroy que je ne connais pas. C'est qu'il y a des graviers à récolter pour une futur mission « béton » à fin de consolider la trémie qui fait la jonction pour effectuer la traversée.

Sous une chaleur accablante nous prenons bien le temps de nous préparer, traditionnel nourrissage et abreuvage des troupes à coups de café et de brioches jusqu'à 11h30/12H ?

Sur la marche d'approche nous remarquons que les dernières pluies « quasi inexistantes » ont fait raviner la prairie menant à cette entrée plus qu'improbable, dans un petit affleurement rocheux comme il en existe des milliers dans nos régions. Là où vallées et dolines se succèdent.

La porte en fer forgée et  l’étayage ne laisse aucun doute, le SCV est passé par là ! 

Des débuts difficiles avec un kit au c.. Trois petites portions de galerie en diaclase étroite nous accueillent très chaleureusement. 2  petits ressauts ponctuent la progression jusqu'au P7 où je commets une bêtise corrigée à temps. J'en profite pour tester mon nouveau téléphone « sois disant incassable » en condition réelle, vidéos, photos, la boue, l'eau, tout y passe, sans aucun mal a déclaré.

L'arrivé dans le gros du réseau est bien plaisante, la trémie désobstruée est bien gentille comparée à celle de Vallerois et nous arrivons sans mal dans de belles galeries concrétionnées. Thierry allume sa lampe acétylène et nous plonge dans une ambiance atypique avec son halo orange au dessus de la tête.  Une tradition pour eux et une découverte pour moi.   Nous suivons la rivière jusqu'à un banc de gravier ou nous remplissons 6 sacs avant de se réchauffer les mains au dessus de cette flamme à l'odeur si particulière. C'est que nous sommes tous trempé et bien refroidis !

J-M et ses chaussettes de foot prennent le chemin du retour avec un kit et je continue jusqu'au fond  avec Thierry en passant par la jonction où il va prendre des mesures.

Le retour se fera tranquillement avant de rejoindre J-M vers les 17h30 qui nous attend sagement à l’entrée, le pied soigneusement calé sur la porte fermée, « traître de footballeur » !

Une sortie idéale qui se finira par une bière et des victuailles avant le célèbre, l’attendu... : Entraînement au lancer de couteaux !

Ps : L'arbre était déjà mort !  Aucune victime a déplorer, sauf peut être Rodolphe qui subira un jour les remontrances de la chance que l'on a pas eue. 

Sarah

Perte du Ruisseau de l'Etang, Cerre lès Noroy, dimanche 24 juillet 2022
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2022 2 26 /07 /juillet /2022 11:45
Retour de mission (archéologie minière) en Grèce : chaleurs extrêmes y compris à l'intérieur de certains réseaux souterrains où la progression reste très problématique
Je vous ferai parvenir quelques images dès que j'aurai les autorisations. En effet la législation est extrêmement pointilleuse sur le sujet : toute image issue d'opération archéologique doit bénéficier d'une autorisation ministérielle. Mais vous pouvez déjà vous référer au site suivant car d'autres images vont être publiées.
 
Avec la découverte, l'exploration et la topographie d'une autre mine d'argent souterraine datée de l'Age du Bronze vers - 3000 BC la mission a permis cette année
d'effectuer des prélèvements géologiques pour analyse. Amplitude moyenne des galeries située entre 30 et 40 cm de hauteur.
Cette année nous avons testé à nouveau un appareil de topographie LIDAR entièrement fabriqué à partir des éléments présents sur le site du CAVEATRON
 
Denis
 
Partager cet article
Repost0