Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

8 novembre 2022 2 08 /11 /novembre /2022 08:24
Participants :Th.V. J-m J
T.P.S.T. 8h.

 

      Grosse sortie ! 2m. au gabarit présidentiel de gagnés. On a suivi la fissure à l'horizontal histoire de trouver une possibilité d'élargissement permettant de descendre. Tout l'arsenal y est passé, burineur, éclateurs, 7P.et marteau-burin, barre à mines. En fin de séance on repère en haut et à gauche un petit "vide": Not' président un peu énervé (c'est pas clair derrière!!!) décide d'insister un peu . On finit sur une "lucarne"de50cm sur 20 de haut qui permet d'entrevoir la suite... une galerie visible sur env. 5m, largeur 2m H. 1,5m. La première est garantie en pas 2h de boulot ! C'est plus que contrariés qu'on plie bagage ... Ce sera pour vendredi, faites de beaux rêves !!! 
J-m.

 

Grotte de la Côte de la Baume de Conflandey,  dimanche 6 novembre 2022
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 09:12
Participants : Nanard, Bruno
TPST : 8 h 00

Grosse sortie à deux, sans temps mort...

A l'aller, pose de trois fers à béton en U pour encore plus de confort ( derrière la trémie 2). On prends le temps de refaire quelques photos.
Un peu d'eau arrive de la perte principale lors du passage dans la trémie 1 à l'entrée. Au fond, ça reste très bas, tant mieux pour nous. Le courant d'air était quasi inexistant le matin, il s'est enclenché quand la température extérieure est montée au dessus de 12°. Nous avons observé des centaines de niphargus ou assimilé dans les zones d'eau sans courant, impressionnant! ça grouillait. Essentiellement dans la portion trémie 1 - trémie 2.
Puis on attaque le chantier. 22 Pailles au total dont 6 pour élaguer encore les angles et faciliter les allers et venues. Le terminus est situé après une chicane et c'est désormais difficile à deux de sortir les bacs. Il y a donc eu plus de va et vient pour charger ce qui vient du fond et entreposé après la chicane, revenir au départ, tirer, décharger, repartir etc. Et presque autant pour rouler les blocs qui ne rentrent pas dans le bac.
Mais, enfin du changement. On a dégagé une zone qui comportait beaucoup de vides entre les blocs. Au final, on tient presque debout sous un toit de grosses dalles plates.
C'est même trop large et le côté gauche n'est pas rassurant. Il va falloir étayer avant de poursuivre. Besoin d'une sortie "portage de tarrières". Il en faudrait 6 en plus de celle déja sur place et posées ( 2 en 100 et 4 en 130). Car la sortie de cette trémie 3 n'est possiblement plus très loin. On voit enfin "du noir" derrière une mini lucarne en hauteur, et ça résonne différemment.
C'est au niveau du sol qu'il faudra bosser. Un boyau, largeur 25/30 cm avec 10/15 cm d'eau au sol, entre deux très gros blocs qui se font "bisou" est le seul passage "sain". Il y aura quand même deux gros mètres à claquer, pas si facile et pas en une fois à priori. Les kilomètres de première derrière et les jonctions ne seront pas pour cette année.
Avec chacun un kit, nous avons mis 35 minutes pour sortir tranquillement.
Bruno
Perte du Château de Vallerois, travaux, jeudi 03 novembre 2022
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2022 2 01 /11 /novembre /2022 08:25

Participants : Thomas L.; Jean-Marie J.; Thierry V.; Nanard
10 h à 19 h

Rendez-vous donné à 10 H sur le parking à l'aplomb de la cavité. Après une petite mise en condition avec notre rituel café/croissants, on équipe le revers d'une corde pour sécuriser notre descente jusqu'à l'entrée de la cavité.

On se relaie régulièrement quand Thierry veut bien laisser sa place, et on aménage spacieusement la galerie. Progression de 2 m avec un dénivelé de 50 cm. le sol étant stratifié, les pailles ont peu fonctionné. Burin et burineur + éclateurs ont fait l'affaire. 

On est désormais à l'aise pour pouvoir progresser après avoir descendu le plancher et élargi les parois. Le courant d'air est toujours présent. On est devant un décollement de paroi sur la droite avec vision sur 2 m de profondeur et recran à - 3m. La résurgence est 12 m en dessous de l'entrée de cette cavité.

Il faudra poursuivre la descente sur 2 à 3 m pour voir ce qui se passe plus bas. Les conditions de travail sont bonnes, car la cavité est sèche.

Nanard

Grotte de la Côte de la Baume de Conflandey,  lundi 31 octobre 2022
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2022 6 29 /10 /octobre /2022 22:12

Participant : TV 
(15h30  18h30)                                           

Sortie en solitaire au porche de la source de Conflandey. Topo de la grotte pour la recaler par rapport à la source en contrebas. Ensuite,  j ai commencé à agrandir le passage étroit fortement ventilé aujourd'hui. Derrière le soupirail impénétrable, on aperçoit une galerie en laminoir longue d'environ 4 mètres et large de 1 mètre (hauteur  15 à 20 cm). 

La suite lundi ....

Thierry V

Grotte au dessus de la source de Conflandey,  samedi 29 octobre 2022
Entrée encombrée

Entrée encombrée

Le soupirail impénétrable

Le soupirail impénétrable

La suite ...

La suite ...

J'ai bien travaillé !

J'ai bien travaillé !

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2022 7 23 /10 /octobre /2022 20:38

Participants : Thierry V, Jean-Marie, et moi

10 h 19 h

Quand on arrive au rendez-vous, il y a déjà 3 voitures de chasseurs sur le parking. Le temps de s'installer pour le café/chausson aux pommes, les chasseurs reviennent à leurs voitures, on discute un peu, ils repartent chasser plus loin, on est tranquille !

On descend à la grotte après avoir mis en place une corde pour aider la progression, c'est vrai que c'est pentu et qu'on est bien chargé. Thierry est au perfo, avec JMarie, on déblaie le résultat des tirs, et on évacue les cailloux.

Vers 15 h, on remonte manger. Après le repas, grosse fatigue ! On se remotive et on y retourne vers 16 h. Les pailles mises en place ne font pas le boulot voulu, 2 font long feu. Thierry change de méthode et attaque au burin/barre à mines-marteau. La léthargie de la reprise s'estompe peu à peu, la forme revient et le marteau fait de plus en plus de boulot, surtout que des vides apparaissent. Un courant d'air sensible arrive d'un petit trou à l'horizontal. Thierry ne se retient plus ! Il explose les blocs qui le gênent, et descend dans la cavité pour faire de la place et pouvoir mieux poursuivre l'agrandissement de ce petit trou. Vers 18 h 30, il finit par déclarer forfait, après avoir un peu agrandi ce trou et vu sur environ 2 m : la suite est assez large (50 cm), semble descendre au delà, et est belle blanche.

A poursuivre la semaine prochaine, en n'oubliant pas le groupe et le burineur, et la grande barre à mines de Jean-Marie ! De son côté, Jean-Paul doit appeler une connaissance à Conflandey pour pouvoir demander au maire l'autorisation de continuer nos travaux.

Jean-Luc

Grotte au dessus de la source de Conflandey, dimanche 23 octobre 2022
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2022 6 22 /10 /octobre /2022 18:54

Puits des Erreurs – Réseau de la Rigotte – Fouvent-St Andoche.

Participants : Jos Beyens (SC Avalon-Belgique), Geert De Sadelaer (SC Cascade-Belgique), Damien Grandcolas.

Début de semaine, je reçois un mail de Jos m’offrant le privilège d’aller visiter une partie du réseau de la Rigotte par l’entrée la plus en amont, le Puits des Erreurs. Il me donne rendez-vous à Farincourt. Avant de m’y rendre, je passe voir le ruisseau de la Rigotte dans le village. À la suite des grosses averses de cette nuit, le niveau d’eau est haut. Ça doit pulser dans la perte. Je me dis que c’est mal barré pour aller loin dans le collecteur ! Jos et Geert me retrouvent à notre point de rendez-vous et nous continuons en voiture à travers le bois de Fouvent-le-Bas. Une courte marche d’approche et nous arrivons au Puits des Erreurs. Son entrée est fermée par une plaque métallique et un cadenas. Ce nouvel accès a été complètement désobstrué par les spéléos belges à la suite d’une radiolocalisation. Une première échelle fixe mène à un palier et une autre suivante dans la galerie reconnue à l’origine par les plongeurs. Nous partons vers l’aval dans une galerie basse qui va s’agrandir rapidement pour buter au bout d’environ 100m sur la rivière active qui est en crue. Jos et Geert ne s’y attendaient pas, contrairement à moi qui avais quelques doutes. Passage impossible sans nager et surtout revenir à contre-courant ! De plus, nous n’avons pas prévu les néoprènes. Après quelques photos, nous retournons et remontons l’amont jusqu’à un passage bas, boueux et semi-noyé non loin d’un siphon passé dernièrement par Stijn Schaballie (plongeur de SC Cascade) et débouchant sur une galerie d’environ 400m en direction de la perte de la Rigotte. Le réseau fait actuellement environ 7300m et celui-ci n’a pas fini de faire parler de lui ! A la suite de cette sortie trop rapidement abrégée, Jos me montre une petite cavité qu’il a trouvé et désobstrué sur la commune de Valleroy (Haute-Marne) et qui pourrait faire partie du système Rigotte.

Damien

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2022 6 08 /10 /octobre /2022 06:57

 Participantes : Céline « GCPM » et Sarah

Suite a une annulation de sortie dans le Doubs nous décidons à la hâte de se faire une sortie entraînement en Haute Patate !

Je jette mon dévolu sur l’entrée historique du réseau de Cerre les Noroy car nous sommes bien décidées à devenir entièrement autonome a l’équipement. C'est pas le tout de faire des sorties, il s'agit aussi de mettre en pratique tout ce qu'on nous a appris et ce que l'on s'apprend entre nous.

A deux, pas de pression. Personne ne va faire d'hypo ou d'hyperthermie à cause de nous ! Donc c'est sereine et à peine en retard que Céline arrive à Port sur Saône. Nous arrivons en début d’après-midi au parking que j'ai pu retrouvé grâce à Base Karst. Petite collation avant de préparer les kits et de réviser quelques nœuds.

Toutes de bleu vêtues, nous arrivons devant la grille... Fermée ! L'occasion de retourner un petit coup en enfance en escaladant la grille, est fort bien mise en valeur avec cette pancarte « Accès interdit ». Nous équipons l’entrée avec un point sur le piquet métallique et un point avec sangle sur la souche morte qui semble avoir fusionné avec le trou. C'est ensuite que Céline se lance à l'assaut de ce puits qu'elle ne connaît pas du tout. Elle descend le premier jet avant de se rendre compte qu'il manque un fractio pour éviter les frottements. Là encore, une belle occasion de pratiquer une conversion en temps réel.  Remonter jusqu'aux deux broches, qu'elle équipe rapidement : j'ai le feu vert pour descendre d'un cran avec vue sur le magnifique empilement de roche qui surplombe nos têtes. Fort heureusement l'instabilité n'est que de courte durée, c'est dans une belle roche toute lisse que Céline installe une dèv pour accéder au dernier fractio. 

Une opération rondement menée, nous sommes vite en bas et vous le savez tous...  après l'effort, le réconfort ! Un crapaud nous accueille et nous prenons un réel plaisir à déambuler dans cette belle rivière à l'eau turquoise , aux concrétions mirobolantes bordée de sapins d'argiles. L'aspect déchiré des parois nous fait vite oublié les passages boueux ou trop mouillés et bas de ce dédale de galeries. Nous nous arrêtons un croisement en amont avant la jonction qui mène au gouffre Schoenig. C'est décidé, nous reviendrons en néo pour faire la traversée !

Nous sommes bien mouillées malgré le peu d'eau donc nous ne traînons pas sur le retour. Je déséquipe pour laisser Céline un peu frigorifiée aller  se réchauffer « au soleil ».

Une très bonne sortie en duo, ludique, sportive et pleines d'humour, comme on les aime !

Bien joué à l'irréductible doubiste !

Sarah

Cerre lès Noroy, classique, samedi 8 octobre 2022
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2022 3 05 /10 /octobre /2022 06:47
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 08:18

Participants : SCV : Sarah et Damien. Nyctalos : Constant, Paul, Alex, Dylan, Chinois, Poual et Christophe.

En fin d’après-midi, à l’heure de fermeture des JNS pour ce samedi, nous décidons, quelques Nyctalos et moi-même, d’aller nous dégourdir les jambes jusqu’au fond de la Baume. Sarah se joint à nous, attirée par le fond de la cavité, ou alors, par le contenu des sherpas qu’emportent 2 des jeunes Nyctalos !?!

Au cours de la descente, nous croisons les derniers « clients JNS » encadrés par Thomas L et Manu. La progression se fait rapidement et après un moment, les Nyctalos qui ont optés pour le bas de Néo, commencent à avoir bien chaud. Sarah et moi sommes en sous combinaisons normales. La première vasque d’eau profonde est donc bienvenue et c’est avec délectation que les « Nyctanéopréneux » s’y plongent. Sarah dépose au sec son paquet de cigarettes avant qu’il soit détrempé.

A environ 150m du siphon 4, terminus de la cavité avant plongée, nous nous arrêtons pour une pose et c’est là que le contenu des sherpas est dévoilé ! Entre les hauts de Néo, des bières ont été stockées ! Après un cours instant, Christophe, Poual, Chinois et moi laissons les jeunes et Sarah à leur ingurgitation et partons voir le siphon terminal. De retour du fond, nous les croisons. Ils vont à leur tour voir le S4. La Desperado ne les a pas anéantis. Sarah les abandonne et remonte avec nous. Nous passons à l’endroit où nous les avions laissés et c’est une ambiance de bar des bas-fonds de Chicago qui y règne. Un nuage de fumée a envahi toute la galerie. Quelques cigarettes ont accompagné les bières.

Tout au long de la remontée, Christophe fait des commentaires géologiques sur les galeries parcourues et Sarah me rappelle régulièrement de penser à lui dire de ne pas oublier ses clops lorsque l’on arrivera à l’endroit où elle les a laissées. Elle est tourmentée car elle ne se rappelle plus le lieu. La téquilla qui aromatise la Despé aurait-elle fait effet ! Christophe et moi laissons l’angoisse de Sarah monter d’un cran lorsque nous lui disons que l’endroit a été dépassé depuis longtemps. « Mais non, elles sont là, tes clops, juste derrière toi ».

Malgré la remontée assez lente, les 4 du fonds ne nous rattrapent pas et nous ressortons juste pour l’heure de l’apéro. Après environ 2 heures, Sarah est inquiète de ne pas voir ressortir les retardataires et est interloquée par le fait que leurs compagnons de club qui ne s’inquiètent pas, ni les autres d’ailleurs ! Derrière son air de dure, cacherait-elle un cœur altruiste et plein d’empathie ! Peu de temps après, les jeunes Nyctalos ressortent. Ils ont visité l’ensemble des galeries et boyaux de la Baume mais se sont aussi vraisemblablement un peu trompé à certains passages ! Le lendemain, ils iront visiter la grotte « 2h30 », et comme je suis parti avant leur sortie, je ne sais toujours pas s’ils sont ressortis ! Et je ne m’en inquiète pas pour autant, vu les gaillards !

Damien

Gonvillars, samedi 1er octobre 2022
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 12:11

Participants : Thierry V. ; Jean-Marie J. ; Nanard

TPST : 7 H

On se contacte pour la sortie de dimanche 25 ; la perte des Pierres Blanches était prévu au programme pour finaliser la topo découvrir la suite, mais not' président pas trop « chaud » pour y aller. Risque de pluie ! Mais surtout pas envie de se mouiller et de se « cailler » dans ce réseau bas, étroit et humide.

Bref, on sait aussi qu’il n’a pas fait travailler le marteau/burin, ni fait « causer » les pailles depuis un certain temps et que ça le démange.

Comme on avait évoqué le porche au-dessus de la source des Côtes de la Baume depuis quelques temps, on part pour cette option.

On se retrouve avec Thierry et Jean-Marie à 10 H au parking.

Repérage de la source qui est à son niveau bas avec une eau très claire. On perçoit bien les blocs au fond avec quelques vides. On sonde et finalement on descend une perche sur 3,50 m à 4 m entre les cailloux pour sentir le fond. On est presque au niveau de la Saône qui est 4 mètres en contrebas.

Vu le contexte du site, on peut supposer qu’il y avait un porche en hauteur et qui aurait été enseveli sous l’éboulis. Finalement, on entreprend les travaux dans la grotte supérieure qui mesurait 1 m 50 de long. On perçoit au fond une petite conduite d’ancienne arrivée d’eau sur 2 m. Thierry s’attèle à l’élargissement de la galerie et commence à nous créer une salle d’entrée.

Avec Jean-Marie, on creuse un chenal à l’extérieur pour abaisser le niveau du sol à l’entrée de la cavité ; on tombe rapidement sur la roche en place et on devine l’érosion due à l’écoulement de l’eau dans des temps très anciens.

On ne peut plus arrêter Thierry, qui s’acharne à la barre à mine, et au marteau burin. Finalement il nous laissera quelques créneaux  pour le remplacer.  Les blocs sont évacués et dévalent la pente. Le revers commence à se remplir de gravas.

Les pailles font de l’effet en début de séance, puis elles fusent l’une derrière l’autre (4) en fin d’après-midi. Auraient-elles pris l’humidité ? Finalement Thierry s’énerve et le résultat est là.

On terminera par une cloche aménagée, devant une fissure en partie colmatée qui semble se poursuivre et d’où on perçoit un courant d’air malgré le peu d’écart de température avec l’extérieur.

A poursuivre prochainement.

                                                                                                                             Nanard

Source des Côtes de la Baume, Conflandey, dimanche 25 septembre 2022
Partager cet article
Repost0