Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 09:53
Participants : Bruno, Sarah.
TPST 2h30
Pour mémoire, gouffre ouvert en 1953 et refermé en 1954, descendu deux fois dont la seconde avec un petit bateau en novembre 53. Le niveau du lac était très haut.  4 m de moins lors de sa réouverture puis busage en 2019.
Nanard et moi étions les seuls à être descendus à nouveau au lac par le P27 initial pourri. Puis nous avons ouvert un P 27 parallèle, décalé et fractionné sans risque. En bas, sur la gauche du talus, vers -29 ( le lac était vers -30 hier, on l'a déjà vu un peu plus bas), on avait repéré un petit filet d'eau débordant d'un bassin (régime étiage). On a pensé alors à un petit affluent. Le lac étant percé d'un gros trou noir, que nous avions interprété comme étant un regard sur le collecteur amont du Frais Puits/Font de Champdamoy. Affairés à d'autres trous moins gluants, nous n'étions jamais retournés voir.
Et bien, non! On s'est bien plantés, c'est pas du tout cela.

Retour à la sortie du jour:

Malgré le même petit frottement connu,  4 m avant le bas du P27 latéral ( j'ai pas trouvé d'AN pour un dévia), on pose les pieds sur le talus mouvant, menant à la berge du lac.
Sarah sera donc la troisième de ce millénaire à l'admirer...

On attaque très vite le talus d'argile qui barre la sortie d'eau. Une tranchée sur quasiment 3 mètres, avec 60/70 cm de profondeur max, sur 25 de large.

Dès l'ouverture des vannes, un flot bruyant se déverse vers le lac, entrainant sans effort toutes les boulettes d'argile non extraites.
Pendant nos 45 minutes de présence, ça va couler ainsi très fort.(50l/s?)
Par deux fois, de gros "glouglous" sont entendus en provenance du fond, décompression de cloches à priori.
Problème, les m3 libérés vont faire monter le lac d'au moins 30cm dans le même tempo, sans limiter la vidange. Pour l'instant, pas de niveaux égaux possible. Et le flux était encore très fort à notre départ. On peut encore creuser pas mal la prochaine fois. Le lac devrait redescendre d'ici là. Il doit y avoir un beau siphon aval pour freiner l'écoulement? Inertie du flux? Qui connait mieux l'hydrodynamique des fluides?
C'est un évènement rare de vidanger partiellement une galerie noyée, aussi rapidement et facilement. Encore une belle première vécue par Sarah.

Eh oui, c'est bien une belle galerie amont qui se dévoile, après avoir assisté à une baisse assez rapide du niveau sur 60 cm. Questions? c'est court? Peu profond?

Sarah tente d'avancer sur des banquettes, avec encore environ 1m50 d'eau en dessous. Mais le niveau d'eau rejoint encore la voûte quelques mètres plus loin, on insiste pas sans néoprène.
La galerie doit mesurer 2m de large pour 1,50 au moins de haut. Mais on voit pas bien sous l'eau.
Est ce cet amont qui rejoint la vasque aval du Breuillot 2, situé à environ 100 m à vol d'oiseau? ( Vasque plongée sur qq mètres par B Lebihan, arrêt sur touille).
Un bel objectif de jonction pour un plongeur....la roche au plafond est très blanche, parfait.
L'aval est donc au fond du lac, siphon vierge également. Et le collecteur avec la jonction de toutes les branches du coin?
Le trou n'étant pas encore topographié , sauf le P27 initial et le lac niveau 1953, nous devrons trouver une demi journée pour cela. Avec une équipe bis pour creuser à nouveau.
Pas facile en ce moment, trop de première, trop d'objectifs. Mais ne nous plaignons pas, on aime ça!
Bruno

 

Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Gouffre du creux Breuillot 1, lundi 6 juin 2022.
Partager cet article
Repost0
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 17:22

Participants : Jean-Marie, Jean-Luc

TPST : Vallerois : 1 h 15 et Fèves 1 h.

Ce dimanche avec JMarie, c'était sortie en amoureux...des grottes. Il passe me chercher et on part avec son nouveau véhicule, enfin opérationnel. Au programme, tourisme. Il me fait l'honneur de me servir de guide pour me montrer les deux derniers chantiers que je ne connais que depuis la surface (sauf Vallerois, les 15 premiers mètres). Donc Vallerois : on commence par respecter les traditions;, avec un petit café/pain au chocolat. Les orages de la nuit n'ont pas suffi à amener de l'eau dans le ruisseau, et on remarque que vu l'état de la grille, il n'y a rien qui a coulé dans la grotte.  Belle cavité, propre, le shunt de la première trémie est plutôt sympa (et apparemment beaucoup plus simple et sécurisé que l'ancien passage). Derrière c'est gros, beau, de la spéléo comme j'aime ... On s'arrête à l'entrée de la deuxième trémie, avec sa corde en fil d'Ariane. Elle n'inspire pas confiance à JMarie. Sortie, puis direction les Fèves. 

On casse la croûte sur le parking (pratique, le pick-up, qui peut se transformer en table et/ou en siège, JMarie a des projets pour encore améliorer le confort des casse-croûtes). On descend ensuite sans problème jusque dans la diaclase. Jean-Marie me disait "tu verras, on est debout tout le temps, c'est de la balade". Ben pas pour moi : trop grand, trop épais, ça racle fort et je suis obligé de me mettre à 4 pattes dans certains endroits. Jean-Marie pousse jusqu'au chantier, pour voir ce qui a été fait, et pense que not' Président va grogner, il va trouver ça pas assez large. Une bonne suée de plus pour ressortir, et on retrouve la voiture et des bières fraîches, bien méritées.

Content de cette remise en jambes, et après Gournier, gros et propre, de reprendre contact avec la spéléo haut-saônoise, sale et étroite (j'exagère, Vallerois, c'est beau et propre aussi, mais pas partout).

JLG!

Perte de Vallerois et gouffre des Fèves, samedi 5 juin 2022

Les autres photos (des Fèves, j'avais oublié mon appareil photo, et j'ai utilisé mon téléphone que je n'avais pas pris à Vallerois)

Partager cet article
Repost0
4 juin 2022 6 04 /06 /juin /2022 21:12

Participants : Damien Grandcolas et Véro Garret.

Prospection dans les bois de Confracourt pour repérer la Source Pourrie citée par Fournier dans 2 de ces ouvrages :"Les eaux souterraines, sources, résurgences, exsurgences et nappes aquifères - 1926" et "La recherche et le captage des eaux potables en Franche-Comté - 1924". Elle est indiquée sur la carte IGN et à l'aide du GPS, nous la trouvons facilement. Sur place, différents ouvrages d'art : le captage, des canalisations et un petit tunnel (voir photos). Non loin, nous repérons une source (non indiquée sur la carte IGN) en bordure du ruisseau de la source des Mourizets. Je la nomme source du Maquis car elle est à proximité du monument du Maquis de Confracourt. Enfin, nous finissons par le repérage de la Fontaine de la Goutte Vetet, toujours dans le Bois de la Régie entre Confracourt et Combeaufontaine.

DG

Confracourt, prospections, samedi 4 juin 2022
Partager cet article
Repost0
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 09:16

Participant : Damien

Je commence ma prospection en essayant de retrouver en vain une petite cavité aperçue en 2012 sur la commune de Scey-sur-Saône à proximité de la jonction D23 – RN16 (fiche BK existante sous le nom de Trou Vé avec une photo) : Trou Pas Retrouvé !!! Etant dans le secteur du gouffre-perte de la Goutte, j’y vais faire un tour. Le retrouve ainsi qu’une perte et une petite doline à proximité. Je prends des photos et les coordonnées de l’ensemble. A part quelques traces de blaireaux, le gouffre-perte ne semble pas être fréquenté.

Ensuite, je vais dans les bois au Sud-Ouest de La Neuvelle les Scey pour revoir des pertes vues il y a une dizaine d’années. Je retrouve les pertes 1 et 2 du Bois du Prince malgré l’environnement qui a beaucoup changé (travaux forestiers et chemins modifiés). Je n’arrive pas à retrouver le Trou du Bois du Prince (fiche BK existante avec une photo) qui est une profonde doline avec un petit effondrement au fond que j’avais aussi repéré à la même époque. Je repère une autre doline aussi profonde mais sans l’effondrement et les coordonnées ne correspondent pas !

Comme je suis dans le secteur, j’en profite pour reconnaitre la Fontaine au Taureau et la source de la Ferme de Provins. La Fontaine au Taureau est une source qui prend naissance sous un arbre entre ses racines : étonnant et original ! Photos et coordonnées des 2 sources.

Sur la route du retour à la maison, je fais une halte au gouffre de la RN 19 pour vérifier si son accès est toujours existant ! Thierry m’avait dit que Rodolphe ne l’avait pas trouvé et qu’il pensait que l’ouverture avait été rebouchée ! Le trou est toujours là et la grille de protection à moitié camouflée par les ronces et autres herbes aussi (voir photos). Le gouffre ne semble plus être fréquenté actuellement.

Damien

Prospection Secteur Scey sur Saône et La Neuvelle les Scey, dimanche 29 mai 2022

Les autres photos ici

Partager cet article
Repost0
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 08:55

La journée commence bien au gîte, Comme d’habitude nous avons le droit à un petit déjeuner de rois et nos petites têtes du matin se réveillent doucement à la fraîcheur du Vercors.

Aujourd’hui nous avons rdv avec la grotte de Bournillon bien connue pour avoir le plus grand porche d’Europe. Nous partons vers les 10h à deux voitures, la route n'est pas bien longue mais de merveilleux paysage défilent tout du long. Arrivés au parking, rien ne laisse deviner l’ampleur du site.

Nous croisons quelques collègues spéléos, dont un Allemand venu tout seul mais surtout beaucoup de randonneurs qui montent à l’assaut de Bournillon. Après une bonne marche d'approche qui fit office d'échauffement nous comprenons vite pourquoi tant de monde viennent se balader ici. Le porche démentiel s'ouvre au dernier moment devant nous, 120m de calcaire rose en voûte s'offre à nos yeux ébahis.. Nous loin de là, dans le cirque rocheux, une cascade de 300m dégringole en petits filets jusqu'au sol. Un paysage atypique et très sauvage qui offre de bon moment de rêverie en attendant JL et JM qui finissent leur ascension en nous offrant une pause bienvenue.

C'est décidé depuis le début, ils ne nous accompagneront pas sous terre, aujourd’hui c'est repos aux voitures !

Bruno commence à équiper la vire sous l’œil amusé de spectateurs, nous le suivons rapidement. Nous nous retrouvons bien au dessus du niveau de l'eau, la galerie commence par une chatière et une zone assez plane suivi d'un éternel enchevêtrement de blocs. Monter, descendre, enjamber, grimper, glisser, un vrai parcours du combattant version KO dans les strates ! Des trémies comme ça on en voit pas tous les jours, mais la progression se fait à sa surface et tout a depuis longtemps été tassé par le torrent impétueux qui règne en ces lieux lors des crues. Ici et  là d’énormes concrétions toutes noires tel des monticules de pétrole se dessinent dans cette fameuse salle dont le nom a crée controverse.

Quasiment toute la moitié du parcours jusqu'au lac se révélera être une vrai pouponnière a moucherons, nous sommes véritablement envahis, on les mange, les aspire, les frotte dans nos yeux, les retire de nos oreilles, pas franchement l’idéal avec des lampes qui les attirent par nuées comme des moustiques. A ce moment là, nous regrettons tous la bonne vieille acétylène ! 

Nous mangeons dans une accalmie et l'arrivée au lac sera plus douce, une belle eau bleue qui contraste fort bien avec la noirceur des lieux sonnera notre point de retour.

Rodolphe et moi partons en tête et tapons une pointe jusqu'à la sortie. En attendant les copains je m'amuse un peu sur la vire et je repère quelque chose d’intrigant sur une paroi, une croix et une flèche désignant un gros interstice rocheux. J'escalade un peu pour aller voir ce qu'il s'y trouve et je tombe sur une pièce de 2€ bien cachée sous des cailloux !? Chasse au trésor ?

Bournillon ne nous révélera pas tous ses mystères ! Les copains arrivent et la vire est libérée de ses entraves, nous retrouvons les deux gardiens de voitures avant d'aller nous désaltérer au troquet du coin.

Bravo à Évelyne qui a su aller jusqu’au bout de cette aventure malgré le caractère informel de la progression sur blocs. ET merci à tous pour l'ambiance de ce séjour !

Sarah

Grotte de Bournillon, samedi 28 mai 2022

Les autres photos ici.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 08:51

Participants : Philippe & Véro, Melody Convers  et Quentin Tisserant 

Melo a débarqué à l’improviste vendredi soir avec son nouveau chéri chéri.  Quentin nous parle de son grand-père qui a fondé un club de spéléo dans les Ardennes…ha oui il est le petit fils de Jacques Tisserant qui est un des pionniers de la spéléo dans le 08. Et il a jamais fait de spéléo ?? bingo demain initiation.
Le samedi matin après un solide petit déjeuner écossais (j’ai ramené des tonnes d’ingrédients de notre séjour) on les équipe pour une visite de Gonvillars en passant par les salles blanches. Très à l’aise dans la boue, les passages étroits et le nez en l’air pour admirer les plafonds, où de l’eau jusqu’à la barbiche vers le siphon terminal, on en fera quelque chose de ce garçon, c’est sûr. 
Il y a un nid de grand corbeaux sur le rebord de la baume à gauche.
En sortant on rencontre un Allemand et son fils de 10 ans qui nous explique en anglais qu’il est très déçu, il a fait demi tour devant un puits de 10 mètres alors qu’il voulait emmener son fils dans une grotte facile ??? Bon on accompagne le père et le fils et on se rend très vite compte que c’est pas des spéléo et c’est même pas des sportifs. Le gamin tient la roche sur le bout des phalanges pour ne pas se salir et le père se traine comme un sénateur en plus essoufflé. C’est une très très mauvaise idée je pense. Philippe est bien plus pédagogue et patient que moi. Finalement on arrive à les descendre jusqu’à la rivière, je porte le sac à dos du gars. A l’origine on devait leur montrer le chemin jusqu’à la rivière et les laisser se débrouiller seuls pour la visite mais franchement c’est pas pensable. On les fait remonter avec nous et puis c’est tout. Bière enfin et quelques chips avec Melo et Quentin qui nous attendaient tout baignés de soleil.
VOl
Gonvillars, initiation, samedi 28 mai 2022
Partager cet article
Repost0
22 mai 2022 7 22 /05 /mai /2022 09:43

Participants : Véronique Garret et Damien Grandcolas.

Qui a dit qu’il n’y avait pas de grotte en Ecosse et qui aurait pu deviner que différents membres du SCV se trouveraient en même temps dans cette région du Royaume Uni sans le savoir !

Je m’étais déjà rendu en Angleterre y faire de la spéléo dans le Yorkshire mais n’avais jamais poussé jusqu’en Ecosse.

Après une halte chez Peter Boyes, spéléo anglais qui a vécu durant vingt ans en Haute-Saône et qui est retourné vivre depuis deux ans à Felton près de Newcastle dans le Northumberland (certains spéléos du SCV ont rencontré Peter qui a été inscrit à l’ASHVS pendant de nombreuses années), nous nous rendons en Ecosse pour parcourir les montagnes écossaises. Entre deux sommets (« ben » en écossais), je prends le temps d’aller voir des zones karstiques repérées grâce à quelques documents sur le karst écossais.

La première cavité visitée se trouve dans l’extrême nord de l’Ecosse dans les Highlands près du bourg de Darness. Il s’agit de la grotte de Smoo (Smoo cave) qui est une gigantesque caverne côtière au pied d’une falaise calcaire (son porche d’accès est le plus important de toutes les grottes marines des iles britanniques). Cette cavité est une grotte aux origines multiples. Son porche d’accès haut de 15m a été ciselé au fil des siècles par les changements de niveau de la mer alors que sa partie interne a été formée par le ruissellement d’eaux vives. Le porche donne accès à une grande salle (L : 60m x l : 40m x h : 20m) suivi d’une salle plus petite où arrive une impressionnante chute d’eau de 24m de hauteur. Celle-ci provient du ruisseau en surface qui se perd dans un gouffre en amont de la cavité. La troisième partie de la cavité est une galerie démarrant au niveau du réceptacle de la cascade et qui part en amont. Cette partie ne sera pas accessible ce jour car la cavité est en crue. Les premières explorations datent de 1814 et aujourd’hui la zone d’entrée aménagée et facilement accessible est très prisée par les touristes.

La deuxième zone karstique que j’avais repéré se trouve dans la région du Ben More Assynt où se trouvent « The Bone Caves » ou Creag nan Uamh, Uamh an Claonaite, Rana Hole, Allt Nan Uamh Stream Cave et bien d’autres. Nous sommes dans le secteur le mercredi 11 mai ; 2 jours avant la venue de Véro Olivier et Philippe Auriol qui font aussi un périple en Ecosse sans que, ni l’un, ni l’autre le sache. A quelques jours près, nous aurions pu nous croiser. Véro et Philippe visiteront Allt Nan Uamh Stream Cave le vendredi 13 mai (voir le CR de Véro dans le blog SCV). Quant à moi, je me limiterai à la visite des grottes Creag nan Uamh qui n’ont pas de grands développements. Mon objectif était de repérer l’entrée de Uamh An Claonaise, la plus grande cavité d’Ecosse avec ces 2868 m. La météo exécrable ce jour m’en empêchera et nous avons déjà pas mal crapahuté pour atteindre les 1ères cavités. Véro Olivier parle d’une demi-heure pour atteindre la cavité qu’ils ont visité ! Ils ont dû prendre un supersonique ou trouver un autre chemin plus court !

Les Bone Caves que j’ai visité sont une série de 4 grottes situées dans une haute falaise calcaire.

Après un arrêt rapide aux gorges de Corrieshalloch ; impressionnant canyon avec la chute d’eau de Measach, nous continuons notre périple en randonnant dans différentes régions. Lors l’une de celles-ci, nous aurons la curiosité d’aller voir la grotte de l’Ermite (Hermit’s Cave) qui nous est indiquée. Celle-ci est en fait un tunnel qui a été construit au 18ème siècle avec 2 entrées et une sortie sur un balcon révélant une vue saisissante sur une cascade dans un canyon.

Un autre de nos objectifs était aussi d’aller voir la grotte de Fingal sur la petite ile de Staffa à proximité de l’ile de Mull. Premièrement, il n’est pas facile de se rendre sur Mull avec le camion sans avoir réservé la traversée. Deuxièmement, la météo laissait présager une mer houleuse et donc peu praticable en bateau. Véro et Philippe ont pu prendre un ferry et s’approcher de l’ile de Staffa mais ils n’ont pas pu accoster et y débarquer ! (Voir le CR de Véro) J’avais vu juste, donc pas de regret !

D’autres cavités marines m’intéressaient sur l’ile d’Arran mais le temps nous a manqué. Ça sera pour une prochaine ! Il ne nous reste maintenant qu’à se programmer une bouffe avec Véro et Philippe pour partager nos différents périples dans le Scotland, le tout arrosé de bières et whisky.

Damien

Balade karstique en Ecosse du 7 au 21 mai 2022.
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:44
Participants : Bruno -Sarah

TPST : 5 H

On déblaie rapidement les restes de la dernière paille en envoyant tout dans la cheminée atteinte dimanche. Il nous a fallu paver le sol en trois couches superposées pour ne plus patauger dans l'argile.

Mais on a su plus tard pourquoi il y en avait autant.
Puis c'est forage direct pour un premier gros mètre à franchir dans le méandre. Il s'oriente à nouveau en azimut 250°, comme le précédent, malgré le décalage d'un mètre en plan.
Les 2 premiers trous se passent bien. Ensuite, plus rien. Le fil a cédé au niveau d'un domino de jonction non protégé. Pas facile à identifier dans la bouillasse. Impossible à desserrer au couteau, donc c'est découpe et rafistolage provisoire. Enfin, c'est reparti, avec un kg d'argile sur la combi au passage. Ensuite, ce fût laborieux. Surtout, ne donnez pas trop longtemps une barre à mine à Sarah pour triturer la paroi. Elle ne la lâche plus, c'est une spécialiste !
Finalement, seule une grande gaine thermo achèvera efficacement le découpage de la paroi.
Juste avant, nous sommes passés jeter un œil, par le plus bas. Sarah en tête,  debout rapidement  et  sans toucher les parois, sur...3 mètres !
Avant de se relever pleinement, il faut monter sur un barrage d'argile avec deux trous de soutirage. Des blocs ont du se coincer ici et retenir tous les dépôts en amont.
C'est bienvenu, les parois sont très propres en aval. Mais le méandre se resserre à nouveau sur 1m50, avant d'être praticable dans sa partie supérieure plus loin. On voit sur 4/5m, pas plus. Il y a un nouveau virage plus loin.
Si ça continue comme cela, on va avancer beaucoup plus vite à chaque séance. Avec peu de blocs à évacuer. Si besoin, la seconde cheminée peut en accueillir un paquet.
Nous sommes ressortis avec une combi ayant quadruplé de poids. Les scratchs de fermeture inopérants, il était temps d'arrêter.
Deux photos : l'arrivée du méandre dans la cheminée 2 (gros bloc au milieu); et la diaclase pincée au bout de la cheminée.

Le matos est chez Thierry, allez le chercher pour une sortie éventuelle dimanche ( il part samedi..)

Pour les 7 qui partent dans le  Vercors jeudi prochain, nous avons évoqué un rendez vous au Col du Rousset pour 14h30/15H max.
Une lampe frontale petit modèle, de couleur grise a été ramassée dans l'herbe, à qui?
Bruno
Gouffre des Fèves, jeudi 19 mai 2022
Gouffre des Fèves, jeudi 19 mai 2022
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:43
On a trouvé un récit intéressant sur une monographie de l’île de Mull dans la bibliothèque de notre hôte à Kilchoan.
On prend le ferry avec la voiture pour partir à sa recherche.
1 h 15 de route rurale plus loin, juste après Calgary, on se gare pour partir avec nos explications en poche. On marche au milieu des moutons en explorant chaque anse en comptant les cascades et les rivières à traverser. Mais comme il y a de l’eau partout les passages « évidents » ne le sont guère.
Un mouton est accroché à la corniche et on envisage toutes les possibilité pour le secourir car il bêêêêle avec un certain désarroi. On ne sait pas faire de lasso pour lui attraper les cornes. Philippe n’imagine pas remonter la bête à bout de bras, je suggère de plutôt la faire descendre. On descend jusqu’en bas de la paroi rocheuse pour voir. On a trouvé la grotte !! Tant pis pour le mouton, on file l’explorer. Je dresse une topo à main levée. 37 mètres de développement et une jolie cuvette à 5 mètres de l’entrée en pierre taillée. On est content. On la pointe au GPS et l’enregistre dans Google map : Whisky’s cave. Puis  on poursuit le long du littoral pour rejoindre la voiture. Temps de balade 5 h quand même, on s’est un peu perdu dans les tourbières du retour.
Vol
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Grotte des contrebandiers de whisky sur l’île de Mull, jeudi 19 mai 2022
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 18:41

18 mai Fingal’s cave île de Staffa (ECOSSE)

Notre traversée devait avoir lieu lundi mais la mer est trop « rough ». Je comprends roof comme un plafond. Bref on attend sur la jetée mercredi qu’un bateau nous prenne, on est juste en dessous de "avis de grand de frais", mais on y croit. On nous embarque sans garantie de pouvoir débarquer à Staffa. On fait partie d’une cohorte d’ornithologues amateurs et la première étape ou bout d’une heure de navigation très agitée (on est beige pâle ou vert selon la lumière) est Longa, une île de l’archipel Trennish. On remet le cœur et les tripes à l’endroit et on pique-nique au milieu des puffins (macareux) Puis direction Staffa. Splendide, austère, la cavité s’ouvre sur une mer démontée. On ne pourra jamais accoster. Dommage, mais le pilote est assez excellent pour nous amener trèèèèès près. Retour maison bien contents.

Philippe et Véro
Spéléo écossaise 3, mercredi 18 mai 2022
Partager cet article
Repost0