Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

5 juillet 2022 2 05 /07 /juillet /2022 07:49

Participants : Bruno et Sarah
Temps : 2h

« Cela faisait un bon moment déjà que Bruno et moi parlions d'aller faire un tour au fond des Pierres Blanches. Il me disait qu’après certainement 200/250m de première, ils s’étaient arrêtés dans un long laminoir rapetissant et bien humide... Et qu'il lui fallait une personne svelte et motivée pour y retourner. Je ne comprenais pas tellement… ! »

Le jour J est arrivé, le temps a l'air optimal. Après un ravitaillement bien mérité à notre sortie du Breuillot 2, nous filons revêtir nos néoprènes et nos combinaisons déjà mouillées sur le parking attitré.

Il ne doit pas être loin de 15h30 quand nous croisons quelques chaises empilées et investies par les ronces sur le sentier descendant au fond de la perte où l'eau coule très timidement. Quelques vestiges pas totalement oubliés de désobeurs qui ne lésinent pas sur le confort des troupes !

Sans autre matos qu'un pied de biche et un piochon nous entamons la descente. Ça parpine un peu, Bruno aura le droit à son cailloux dans le dos « j'ai raté mon tir » . Dès le début c’est plutôt joli, le travail de l'eau se devine aisément, et nous arrivons vite au premier passage bas. Pour le moment nous sommes à quatre pattes dans l'eau « tout va bien ». De superbes plafonds se dessinent déjà, tantôt en chenal de voûte, tantôt lisse comme une conduite forcée. De nombreuses cheminées jalonnent le parcours jusqu'à la première salle. Inattendu je dois le dire ! Quand on ne fait quasiment que de la quadrupédie on ne s'attend pas à atterrir dans une salle aussi haute. Je suis le guide pour une visite des lieux, c'est beau, c'est concrétionné, c'est grand... Mais ça ne va pas durer !

La suite ne se poursuit quasiment qu'en laminoir, des rares quatre pattes sont possibles et me servent de repos. Ma combinaison est tellement neuve que je suis le coude à nu contre la roche, ça frotte, ça rappe, il me lamine, ce laminoir ! « Thierry étant absent, je me dois de perpétuer la tradition des jeux de mots improbables »

Quelques essoufflements et bleus plus tard, nous voilà enfin là où Nanard, Thierry et JM s’étaient arrêtés la dernière fois. Il s'en suit le terminus de Bruno où je comprends très vite pourquoi ils n'avaient pas poursuivis ! C'est plutôt large mais c’était aussi très bas et ça ne va pas en s'améliorant. Pendant que j’attends allongée un peu en amont dans une vasque d’eau, Bruno tente de faire une amorce de chenal pour que la prochaine crue emporte le talus de gravier qui rend la suite inaccessible. Ça continue derrière c'est sûr mais ça demanderait bien trop d’effort et surtout d'autres outils dans une telle position pour creuser tout à la main. Après un petit moment nous repartons pour la surface avec l'espoir que la prochaine crue fasse sont effet et en sachant qu'il est fort probable que ce terminus de première reste ainsi jusqu'aux générations suivantes. « Peut-être quand les chauves-souris seront aguerries aux travaux manuels ! » Il y a cependant peut-être un départ à gratter et une escalade à faire pour espérer choper un fossile un peu plus accueillant. Ou peut-être qu'un jour, pris d'un coup de folie, nous retournerons au fond à 3 ou 4 pour essayer de passer !

A notre retour en surface nous évitons de peu un gros orage mais par chance nous sommes sortis à temps.

Bien que sportif c'est tout de même un très joli réseau, donc merci à Bruno de me faire galérer un peu  et de me perfectionner en technique de limace ! « Je garde cette cavité sous le coude dans le cas où quelqu'un m’agacerait quelque peu.. ! »

Après quelques courbatures déjà oublié je vous dis à tous, à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Sarah

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2022 5 01 /07 /juillet /2022 07:29
Participants : Sarah, Bruno
Temps : 2h30
Visite et découverte de ce réseau de 300 m non encore publié et ouvert il y a...18 ans, 20 ans?

Les 3 petits puits sont équipés rapidement avec la corde de 41 ( rab de 5 m), enfin sauf le dernier P10.

Malgré les deux belles plaquettes en place en tête de puits, plus rien de rien en dessous, et ça tourne en  décalant de 2 m au moins. Je décolle des plaques d'argile pour chercher les spits, je monte, descends, rien !
Les gros malins de l'époque finissaient avec un bout d'échelle fixe. Thierry me l'annonce au tph, le soir...
Bon, avec une sangle en AN et un petit frottement sur coulée lisse, on y arrive quand même après 10 minutes à chercher. (photo Sarah en bas du puits)
On arrive à -20, presque au bord d'un grand bassin de 15x3 avec une énorme diaclase noyée dessous ( Sylvain avait plongé à -10 m sans avoir trouvé la suite dans la touille).
Hésitation, il va falloir se mouiller en longeant la berge sur le talus d'argile pentu et sans néoprène. C'était pas indiqué comme cela non plus.
Bon, l'objectif étant de l'autre côté, allons y quand même. On limite la trempette à mi-cuisse, la zone sensible étant plus haut, ouf. (photos)
Quelques mètres de reptation dans une galerie devenue laminoir avec l'argile charrié par les crues et nous voici devant la vasque du siphon aval ( photos pas trop nettes)
Pas spectaculaire la vasque, un départ de chenal de voute au ras de l'eau au premier tiers, et seulement un petit mètre de hauteur de galerie. Le tout sur lit d'argile bien épais.
Mais on aperçoit sur le talus à gauche, au moins deux traces "récentes" d'un niveau d'eau. Environ 1 m et environ 50 cm au dessus du niveau de l'eau.
Intéressant, serait-ce les deux niveaux correspondant à la baisse en deux étapes du siphon amont côté Breuillot 1 ? La taille et le profil de la galerie se ressemblent également très fortement.
Réponse lors du pompage à organiser, un jour, côté Breuillot 1. Nous y avons déjà pensé, pas très compliqué.

Avant de remonter, un tour dans l'amont ? Retour au bas du puits, il faut passer sous une lame et ça mouille beaucoup cette fois. Le nombril est touché. Tant pis, on se réchauffera dehors.

Au sortir du grand laminoir à 150 m du puits (belles formes d'érosion), Sarah est légèrement essouflée ( CO2??) et fait demi tour. Je sprinte vers le fond voir les derniers bassins avant de la rejoindre rapidement. Aucun symptôme de mon côté, c'était sûrement l'émotion de la beauté du conduit. Un bel échauffement avant l'après midi.
Sortie sans difficulté vers 13h, dans une chaleur bienvenue en surface.

L'après midi, une "pointe" aux Pierres Blanches, CR de Sarah à paraitre. A l'issue de cette épreuve qui a "piqué" légèrement, le jury a décerné à l'unanimité le diplôme de "Limace Professionnelle en milieu souterrain" à Melle Sarah B. Elle en a bavé un peu...

Bruno
Creux Breuillot 2, jeudi 30 juin 2022
Partager cet article
Repost0
30 juin 2022 4 30 /06 /juin /2022 04:34

Sortie découverte à la Grotte de la Beune à Rougemontot – 25.

Participants : Véronique Garret, Isaac, Salomé, Antonin et Damien Grandcolas.

Mercredi est le jour des enfants comme chacun sait ! L’occasion de faire découvrir la spéléologie à Isaac, mon petit-fils, 3 ans. Nous l’emmenons donc, lui et sa sœur, à la grotte de la Beune. C’est une résurgence dont les cinquante premiers mètres sont très spacieux et facilement visitables jusqu’à un barrage de gours étagés. A son sommet, plusieurs petites galeries sont pénétrables sur une dizaine de mètres dont une s’arrête sur siphon. L’eau est claire et on peut y voir des niphargus et des têtards de tritons ou salamandres. Les enfants sont ravis. Isaac prendra plusieurs bains dans les gours pleins d’eau et s’amusera à prendre des cailloux au fond d’une petite galerie et à les transporter jusqu’à l’entrée de celle-ci. Un spéléo « désobeur » est né ! Après une série de photos, tout le monde ressort après une bonne heure passée sous terre. Une petite marche d’environ 300 m nous ramène au moulin de Chèvreroche, jolie petite propriété où nous avons laissé nos voitures avec l’autorisation du propriétaire.

Damien

Grotte de la Beune, Rougemontot, mercredi 29 juin 2022
Partager cet article
Repost0
27 juin 2022 1 27 /06 /juin /2022 07:42

Participants : Thierry V.; Jean-Marie J.: Thomas L.; Nanard

N'y étant pas allé depuis 3 ans suite au confinement, on se décide à faire un tour à la bourse aux minéraux de Sainte Marie aux Mines;

De 10 H à 18 H, on défile devant les stands et vitrines où fossiles et minéraux sont exposés. On en prend plein les yeux.

Nanard

Sainte Marie aux Mines, bourse aux minéraux, dimanche 26 juin 2022
Partager cet article
Repost0
24 juin 2022 5 24 /06 /juin /2022 05:38
Participants : Nanard, Bruno
Temps : 4h30

Quasiment 6 mois sans travaux au fond, pas si facile de motiver les troupes...

Cette trémie 3 est un gros obstacle certes, mais on va la passer !
A l'entrée, ça pulse fort. Le courant d'air est important avec seulement 22 °.
Le trou est sec, très sec, le plus bas jamais vu depuis l'ouverture l'an dernier. Ce qui nous a permis de travailler quasi sans se mouiller.
Juste avant de passer la trémie 2, nous installons 3 fers à béton pour accéder à la grande salle située au dessus de la trémie. Nanard est donc le second à la parcourir. Nous en profitons pour réaliser quelques photos. Il y a des concrétions en trois couleurs, assez esthétiques. Tout le monde pourra en profiter désormais, sans escalade un peu difficile auparavant. Il manque également un fer à béton au premier ressaut équipé derrière la trémie 2, à faire une prochaine fois.
Puis, en 15 minutes, nous sommes au chantier, avec chacun un kit peu chargé.
Les galeries sont toujours aussi plaisantes à parcourir, c'est magique à chaque fois !

Le chantier:

Pour aller au terminus, il faut ramper sur quelques mètres entre blocs et talus, c'est pas très propre. Puis à genoux dans les graviers du ruisseau. En face, c'est un "bloc/ mur", donc il nous faut le contourner. A droite, c'est talus et  paroi instables donc niet, mais Nanard semble voir du vide en hauteur. Donc, c'est 2x2 pailles dans le second bloc à gauche et une dizaine d'évacuation de bacs. Nous ouvrons un passage qui semble franchissable après avoir retiré encore deux grosses dalles, débitées sur place au marteau.
Je tente et ça passe. Debout derrière, c'est un nouveau chaos de blocs. Il y une lucarne en hauteur qui semble redonner à droite en direction du vide aperçu par Nanard. Deux micro pailles pour l'élargir un peu, et ça passe encore, dans le style "boite aux lettres" entre deux gros rochers !
Un espace 2x2x2 fait suite. C'est bien  le vide aperçu d'en bas, mais rien d'évident. Pas d'air. C'est bien pourri et argileux, aucune suite ici.
Par contre, au niveau du ruisseau, dans l'axe, il y a enfin beaucoup plus de vide entre les blocs. Et on "voit" facilement sur 4/5 mètres. C'est tout lavé et corrodé par les crues.
Egalement dans l'axe, mais trois mètres plus haut, il y a également beaucoup de " vide " entre les blocs. On mettra quelques pailles à ce niveau pour mieux voir et envisager d'avancer plus vite. Sinon ce sera au niveau du ruisseau. Au moins, le plancher est stable.

Agenda

-Pas de sortie dimanche, c'est foire aux minéraux à Ste Marie aux Mines.
- selon météo, mercredi ou jeudi, on envisage de faire une pointe aux Pierres Blanches dans le laminoir terminal ( Bruno et Sarah). Nous avons ouvert le trou en 2020, fait 200 m  de première en une fois, et jamais retourné ni topographié...Arrêt sur rien après au moins 20 m en solo et sans casque.
-Le dimanche suivant(?), grande traversée à Cerre les Noroy pour ceux qui ne connaissent pas ( Sarah, Rodolphe..?) Thierry souhaite aller revoir l'aspect de l'aval, que nous avions " recalibré " tout gabarits en 2016 ou 2017. il n'y a plus d'étroitures. Pour autant, nous n'avons quasiment rien fait au laminoir terminal ensablé.
- Le samedi 9 juillet, plongée par Didier L. au Breuillot 1
Bruno
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022
Perte de Vallerois, mercredi 22 juin 2022

Légende des photos 

escalade avant la 2° trémie et installation des marches métalliques 

salle en haut  de l'escalade après installation des marches 

éboulis en haut de l'escalade

travaux dans la trémie finale 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 20:50

Participants : Nanard, Thierry, JM, Sarah, et J-Luc qui passe nous rendre visite.

Temps : Environ 5h30

Le point notable de cette matinée est que Thierry et moi arrivons avant tout le monde, sans doute un scoop pour le SCV.

Nous installons la table et sortons la café et les croissant pour attirer les collègues. JM arrive à 10h00 tapante, suivi de peu par Nanard et J-luc qui constate rapidement que nous sommes tous empreints d'une grande motivation.

Vers 12h, Il doit déjà faire plus de 30 degrés quand nous enfilons péniblement nos combinaisons, un vrai challenge ! C'est parti pour à peine 100m de marche qui paraissent en être 1000. Aujourd’hui nous avons 4 missions et 4 kits : Continuer la tranchée pour baisser encore le niveau d'eau de la voûte mouillante. Revoir l’équipement des puits et les installations nécessaires pour qu'un plongeur puisse venir explorer le siphon en toute quiétude. Et bien sûr faire la topo et quelque images.

Pendant que JM gît dans le foin fraîchement coupé, les quatre fers en l'air,  j’équipe le premier puits afin que Nanard prenne la suite. Sans doute une mauvaise blague de ma part étant donné qu'ils ne sont pas venus au Creux breuillot depuis 2019 « ? » ! Et qu'a l’époque Nanard était descendu par le grand puits instable de 20m qui visiblement lui fait encore de l’œil. Il résiste finalement à son attraction et équipe la vire qui conduit aux puits parallèles. Je le suis de près pour lui indiquer la première dév ou je m'enchevêtre royalement. La suite se fait plutôt bien mais des frottements subsistent. Donc nous sommes tous d'accord pour rééquiper tout ça de manière définitive et plus adapté pour les plongeurs et nous même.

Une fois en bas, Thierry nous envoie son décamètre dans le puits parallèle, non sans mal, il atterrit enfin sur la talus d'argile dominant le siphon ! Très difficile de s'entendre dans cette belle et grande salle qui fait écho au moindre bruit. Cette première mesure faite Thierry et JM peuvent enfin venir se mettre au frais avec nous. Ils nous retrouvent en train de surcreuser la tranchée que le talus d'argile instable avait rebouché partiellement.

Je constate vite que le niveau de la vasque a encore baissé depuis les derniers travaux avec Bruno.

Mais ça ne passe toujours pas et nous avons oublié le kit photos de Nanard en surface ce qui nous empêche de prendre le siphon encore propre en image.

Après un petit moment, l'eau de la vasque coule de nouveau et répend son liquide saumâtre dans l'eau claire du siphon. Le niveau baisse bien d'un côté et s’élève doucement de l'autre. Les topographes nous rejoignent pour les dernières mesures et nous aident à creuser, la pente disponible n'est plus vraiment efficace, le débit baisse, donc Nanard et Thierry jouent des pieds dans la pataugeoire afin d'aider l'eau à couler. Ils se mouillent également pour aller voir la suite, le niveau a bien baissé de « 40cm ? » supplémentaire, ce qui laisse apercevoir un nouveau morceau de chenal de voûte qui continue sur « 1/2 » ? mètres avant de replonger à nouveau.   Nous entendons deux ou trois fois des glouglou de décompression au loin ce qui confirme bien que la galerie continue. Et devinez quoi, il semble y avoir de l'air ! « Un futur pompage au creux Breuillot ? »

Jm et moi commençons à avoir un peu froid « Le comble du spéléo en pleine canicule » , nous sommes tous trempés et bien poisseux, le matériel est déjà dans un état pitoyable quand nous commençons à remonter. Une ascension pénible pour tous avec des bloqueurs en grève de blocage et même d’ouverture.

Le debriefing se fera changés et « propres », tel quatre mousquetaires autour d'une table, armés d'un couteau et d'une baguette.

 

Bilan :

  • Une topo de plus de faite !
  • Les récents travaux laissent supposer une suite derrière la VM, l’installation d'un tuyau d’évacuation et a prévoir dans la tranchée ainsi qu'un pompage pour résoudre ce mystère.
  • Un rééquipement à faire et une préparation d’aménagement pour un plongeur. « L’équipement pourrait être descendu directement par le P20 et des bâches et des cordes installés pour garder le matériel propre jusqu'à la mise à l'eau » Nous lançons donc un petit clin d’œil, aux plongeurs intéressés que nous serions ravis d'aider dans cette exploration ! « Nous parlons tout de même du bassin d'alimentation du célèbre Frais puits »
  • Dimanche prochain pas de désob, C'est visite du SCV a Sainte-Marie-aux Mines, départ pour 7h depuis chez Thierry.
  • Dans la semaine, mercredi : Sortie désob a la perte de Vallerois avec « Bruno, peut être Nanard, et ? » RV 13 h 30.

Encore une bonne après-midi bien au frais chez les Niphargus !

Sarah

Creux Breuillot 1, dimanche 19 juin 2022
Creux Breuillot 1, dimanche 19 juin 2022
Creux Breuillot 1, dimanche 19 juin 2022
Partager cet article
Repost0
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 12:11

Participants : Joël, Pascal, Akim, et JLG
TPST : 2 h 15

J'avais proposé à mon beau frère, Joël, qui a déjà fait de la spéléo avec moi, d'amener ses deux copains pour une petite sortie d'initiation. En arrivant sur place, il y avait déjà des voitures. On retrouve Guy Decreuse, JLuc Kammerer, Philippe Crochet et Anne Guiraud. Ils viennent de sortir, après avoir fait une séance photo. (https://www.facebook.com/photo?fbid=1617754135275006&set=a.114566945593740). Il y a encore 2 voitures, j'appends que c'est Romain Venot qui accompagne un couple et deux enfants.

Visite de la cavité sans problème, on est content de se mettre au frais avec la canicule qui règne à l'extérieur. On croise Romain et son groupe qui reviennent de l'ex-siphon. On continue un peu, et on s'arrête à la cascade. Au retour, petit tour dans l'amont, et sa jolie rivière aux berges si découpées. On retrouve la chaleur extérieure, qu'on essaie de mieux supporter avec une bière bien fraîche.

JLG

Gonvillars, samedi 18 juin 2022
Partager cet article
Repost0
17 juin 2022 5 17 /06 /juin /2022 19:06
Participants : Bruno, + Joël, Christophe et Paul des Spiteurs Fous Besancon
09h30/16h30h- TPST 7 h00
Poursuite des travaux avec les copains du Doubs, acharnés pour accéder au collecteur de ce gouffre...
Après 20 séances difficiles, le "fossile" au bas du P19 terminal est abandonné. Nous avions élargi une vingtaine de mètres et descendu encore de presque 10 mètres. Impossible de ressortir les déblais, il faudrait être une dizaine pour s'étaler. Le fond est infâme et le bruit du chantier dans l'actif de l'autre coté est assez perceptible donc proche. C'est dans ce dernier que Christophe et Joel vont avancer aujourd'hui jusqu'à "l'étroiture terminale" franchie par deux personnes seulement à ce jour. Cela permet de shunter une branche siphonnante et d'accéder à la suite pour d'autres travaux d'agrandissement.

Avec Paul, nous allons dans la salle terminale du fossile, au dessus du P 19, tenter de voir une suite contre paroi dans l'axe de la grosse galerie.

Argile, blocs et quelques pailles pour calibrer. ça mérite de poursuivre encore quelques séances.
Coté technique, j'ai essayé le bourrage avec de la ficelle de lieuse ( pas la bleue en synthétique, l'ancienne en fibres naturelles). Efficace, ça fond pas, et c'est réversible en tirant dessus.
Si quelqu'un du club en a, ou bien peut en récupérer dans une ferme ? Nous sommes preneurs. Ce sera moins fastidieux que de faire des bourres papier. Une photo prise devant le lac vers -190, avec le départ de la première Slackline, l'autre à la sortie du trou. Dans le Doubs, il y a encore pas mal d'eau sous terre; l'étiage est encore loin.
La coloration du mois dernier est ressortie au Grand bief à Lods, plus loin que prévu mais  direct.
Bruno
La Légarde, jeudi 16 juin 2022
La Légarde, jeudi 16 juin 2022
Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 16:09
Présents : Thomas, Jean-Marie, Thierry V, Bernard, Sarah (+Jean-Luc pour
le café et Rodolphe à 17h pour aller chercher Sarah)

TPST : 4 h

Après un long café/gâteau au sucre, Thomas, Sarah et Bernard s'équipent pour descendre dans le trou vers 12h. Jean-Marie et Thierry restent en surface pour topographier la distance entre la perte des Fèves et le gouffre où on bosse (puis ils font une sieste).

Au fond, le dernier tir de Bruno a été efficace : il reste trois gros blocs coincés dans le méandre. N'arrivant pas à les faire bouger, Bernard met une petit paille dans celui du milieu, puis Thomas va retirer les morceaux. On creuse à environ un mètre du sol, avec encore 2 m au dessus, donc les morceaux tombent en dessous.

Thomas fait remarquer que la paroi à gauche, 2 m après la petite cheminée, est très instable sur une grosse section (2 m x 1,5m). Bernard va percer le fond (deux pailles) et prépare un trou dans la zone instable. On fait péter au fond (ça marche bien) puis on fait péter la paroi. Ça marche pas bien et la paroi bascule et vient s'appuyer de l'autre côté de la fissure, bouchant la galerie. N'arrivant pas à le faire bouger, Bernard fait péter au milieu avec un petite paille, ce qui permet de se retrouver avec un gros morceau en haut et un gros morceau en bas, toujours coincés.

On est donc obligé de reprendre une paille pour le bloc du dessus, avec beaucoup de difficulté pour la mettre en place (manque de place, risque d'écrasement sous les blocs). Après ce dernier tir, on évacue les morceaux dans la petite cheminée, qui est presque pleine. Il reste un gros morceaux coincé en bas et le résultat du tir au fond.

Au final on a progressé d'un mètre seulement, la sécurisation de la paroi nous a occupés un bout de temps. On a utilisé toutes les petites pailles qu'on avait, certaines étaient mal remplies. En remontant à 16h, on retrouve Jean-Marie à l'ombre dans le foin, mais Thierry a profité de son sommeil pour partir en douce. Il ne répond pas quand on l'appelle. Après avoir remonté tout le matériel aux voitures pour boire une bière, on finit par le voir revenir de la perte où il avait été creuser seul.

Thomas

 

Gouffre des Fèves, dimanche 12 juin 2022
Gouffre des Fèves, dimanche 12 juin 2022
Gouffre des Fèves, dimanche 12 juin 2022
Gouffre des Fèves, dimanche 12 juin 2022
Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 10:14
Participants : Bruno, Rodolphe

TPST : 4h30 pour Bruno, 2 h pour Rodolphe

En solo, je pars avec deux kits commencer le chantier. Rodolphe rejoindra en sortant du kiné, et sortira avant midi pour aller bosser.
Le kit matos est très lourd aujourd'hui, j'ai égaré la pile 9V donc c'est accu au plomb de 2 kg et trois accus perfo. Un de trop, même pas fini le second malgré 21 forages divers.
12 pailles pour fignoler les passages que l'on avait pas eu le temps de faire la dernière fois. On oublie de se baisser désormais, sauf Jean luc désolé.
Rodolphe a assuré un premier gros rangement de blocs, il en reste.
Le vrai boulot du jour était au terminus. 3 à droite, 3 à gauche et ...les copains devront faire du ménage pour continuer à ce niveau. Le gros marteau va encore chauffer. La paroi de gauche au départ du  méandre mérite aussi quelques coups de burin ici et là.
Il est temps de quitter cette zone bien collante, devant, c'est propre partout.
Aucun gain territorial ce jour. Le courant d'air était très marqué, avec 20° dehors. Et jamais vu le trou aussi sec. Les pluies d'orage n'ont pas traversé.
Bruno
Partager cet article
Repost0