Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 18:04

Petite sortie de désobstruction dans une entrée de cavité à Fretigney, au lieu dit "Les Chaillots".

Un petit porche, à droite, en bordure de route qui mène à la source des Dhuis, ne mesure que 8 à 9 m et se termine sur un cul de sac avec un remplissage. De l'autre côté de la route, légèrement en contrebas, ressort une petite résurgence;

Le lieu doit être partiellement habité par du blaireau (litière de mousse et odeur d'animaux , quelques traces de griffes dans le sol argileux).

Au fond, se dessine une lucarne qui semble être empruntée par des animaux. On devine un vide un peu plus loin.

Je décide d'y jeter un œil, de creuser le fond. Après 2 bonnes  heures de désobstruction, un conduit semble apparaître sur la partie droite de la galerie. Progression de 2 petits mètres.

N'ayant plus de place pour stocker, je décide d'arrêter. Une aide sera nécessaire la prochaine fois pour évacuer au bac, les déblais.

Nanard

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 08:29
Participants :Bruno, Damien, Philippe, Véro.
09h45/13h45 TPST 4 h00

C'est sortie découverte de ce nouveau réseau ( en cours d'exploration) pour les trois "invités".

Véro et Philippe font quelques mesures au disto dans la zone d'entrée, histoire de manipuler avant une prochaine expédition.
Pendant ce temps, trois fers à béton en U sont posés dans la zone d'entrée. c'est au niveau d'un cran vertical de la trémie, avec un passage un peu plus étroit. Pas facile à franchir pour certains, on manque d'appuis. C'est résolu.
On se regroupe au début du collecteur pour la visite.
Damien dégaine l'appareil et fait quelques clichés dans les galeries.
Puis une main courante en vieille corde est déroulée dans la seconde trémie, c'est important pour ne pas aller dans les zones "chaudes". Deux morceaux de 20 mètres y passent, attachés à chaque extrémité.
Au dernier ressaut à équiper vers les draperies, Véro se remet " dedans" avec la pose de 4 spits, emplacements, noeuds, mise en place etc.
C'est nickel, avec une vire suivie d'une verticale avec un noeud pour se hisser. Deux fers à béton sont également posés, pour compléter le cheminement et progresser de l'autre coté des belles draperies.
Un coup de brosse sera à donner, on ne devrait plus y poser les pieds.
Au fond du réseau, le talus à gauche est encore descendu. C'est encore plus pénible pour repasser dans la "niche". Deux pailles sont forées de l'autre coté. Cela permet d'élargir le passage ouvert la semaine dernière.
On évacue un peu d'argile du talus et tous les blocs  des pailles.
Damien retire également les blocs de la première zone de travaux au niveau du ruisseau, et récupère la mèche de 40. Suite à une chute de caillou, elle était restée.
Au retour, nous tentons une petite désob au niveau de l'arrivée d'eau 100 m avant le fond. ça ressemble à un griffon, mais comme ça coule fort...
On a mis une paille pour un bloc et bien commencé à dégager. Mais il nous manquait une barre à mine, le marteau/burin n'était pas suffisant. A revoir quand même vu le débit.
Bruno
Perte du Château de Vallerois, jeudi 20 janvier 2022
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 14:12
Participants :Bruno, Rodolphe, Rudy, Sarah.
09h30/14h00 TPST 3 h30

C'est passé, mais on n'a pas couru loin.

Un premier temps d'équipement et d'apprentissage pour les trois jeunes. Premiers plantés de spits, à la perfo certes mais beau travail !

Quelques conseils sur la qualité de la roche à évaluer, la zone de mise en place en hauteur et les angles, les distances entre spits, les noeuds en Y etc...
Chacun a pu s'exercer tour à tour.
Ils attendent vos retours quand vous irez en visite ou travaux.
Après avoir constaté que c'est presque parfait sur les deux premiers petits ressauts, je pars avec Rudy au fond. IL ne connait pas le trou, c'est l'occasion de découvrir.
Sarah et Rodolphe vont faire les deux ressauts suivants en autonomie. Le dernier, qui nécessite une petite vire préalable sera fait une prochaine fois, on avait plus assez de spits. Il en faudra 5 de plus. Ce passage évitera de toucher les superbes draperies à la sortie du conduit fossile sup.

Au fond, le bloc qui gêne l'accès  au début du boyau est négocié en deux pailles. Puis deux autres en paroi droite pour élargir le passage sous le pont rocheux. Ensuite, c'est très difficile de taper efficacement les fissures.  Rodolphe et Sarah nous rejoignent. Les deux "R" ayant des impératifs horaires, ils repartent vers la sortie, en posant au passage quelques affiches de mise en garde dans la grande trémie( "Ne pas toucher, danger, trémie).

Une paille de plus se consume, trop  de vide avec la fissuration. Il faut biaiser et taper un peu en dessous dans la roche saine. Quelques efforts plus tard, c'est le dernier bloc pendu dans l'axe en hauteur de l'autre coté, qui reçoit une dernière petite paille (gaine thermo pour tester, super efficace comme prévu et sans bourrage).
Après avoir sorti les derniers morceaux, le passage semble possible. C'est un coude à angle droit 1 m+ 1 m avec passage étroit à la sortie, ça se tente.
Un peu de soupleté et d'agilesse, frottements limités en sortie, ça passe!
Mais, déception, on arrive dans une grosse niche de trémie. 1,50 x 1,50 x 1,50 environ. Un très gros bloc au dessus en face, un autre à gauche, d'autres plus petits pendus au dessus de la sortie étroite, c'est pas la suite espérée. Le bruit du ruisseau en dessous devant néanmoins, mais rien de folichon pour continuer.
Le mauvais effet de surprise passé, on voit quand même une possibilité de suite coté gauche, avec encore du vide plus loin, mais moins gros. Et c'est la seule zone qui craint le moins pour travailler.
Il faudra d'abord faire de la place en sortant un max de cailloux après avoir mis au gabarit le passage, puis quelques pailles pour voir plus loin.
Nous avons également testé les piles 9 V pour les pailles, c'est Ok. Plus besoin de porter l'accu de 2 kg.
Deux sacs étanches épais ont été donnés pour les perfos, cela évitera l'humidité du transport ou préviendra une chute dans l'eau.
La perte a coulé fort, beaucoup de feuilles et quelques gravas contre la grille. Il a fallu batailler pour ouvrir, tout était gelé.
A l'intérieur, belles traces de surcreusement dans les premiers mètres. Et le nouveau shunt est parfait avec les kits.

Les photos seront commentées après mise en ligne.

Prochaine sortie, à confirmer et selon météo. Mecredi ou jeudi, à la Dent probablement pour Bruno et Nanard + Sarah?

Bruno

Perte du Château de Vallerois, jeudi 13  janvier 2022
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 08:13
Participants : Th. V. J-m.J.
10h/17h.

 

    Café + chaussons aux pommes bien au chaud chez Th. But de la sortie : affiner nos mesures du matos nécessaire à la fabrication de la plate-forme devant supporter la buse (cela devient urgent au vu du remplissage de terre qui s'accumule au niveau de l'accès vers la suite. On va ensuite griller une quinzaine de pailles dans le méandre : avancée de 2 m, avec de bons espoirs pour la suite peut-être à peine + large, courant d'air froid venant du fond + bruit de circulation d'eau semble-t-il  trop fort pour qu'il soit imputable au "pipi" du fond du méandre bien qu'il coule + que d'habitude. En une séance on devrait être fixé. On est sorti bien" pourris"...C'était vraiment gras ! On projette d'équiper le puits en échelle rigide !

   Au passage et au vu des précipitations, nous passons en allant à la perte de Vallerois : ça poussait fort dans la grille !!! En sortant des "fèves" Th. pousse une pointe à la perte située un peu en amont (où se déverse le drainage des terrains) : surpris car le secteur a été bien défriché et laisse apparaître une ancienne perte comblée par des cailloux, briques etc. En s'approchant il a clairement entendu à travers le remplissage une circulation d'eau assez forte ! Décidément on ne peut pas le laisser seul 5 minutes sinon il nous trouve un nouveau chantier....au cas où on se sente à cours de premières !!!

J-m.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 05:38
Participants :Bruno, Rodolphe, Bernard, Sarah.
11h00/17h00 TPST 6 h00

Suite en vue !

Belle première sortie de l'année, sans première toutefois.
Lestés de deux kits, nous débutons par le calibrage du shunt. Tout le monde s'étale sur les zones à agrandir. Deux pailles pour l'accès à la petite salle entre les blocs, une troisième à l'extrémité du shunt. Entre les deux, c'est abaissement du plancher d'argile et extraction de quelques blocs enchâssés. C'est XXL désormais sur les 4 m. Deux heures plus tard, on file vers le fond.
Au passage, on ouvre un shunt à gauche à la sortie de la seconde trémie. Ce qui évite le passage le plus bas au ras de l'eau.
Impossible de se mouiller en faisant un peu attention maintenant. Le niveau d'eau était plus conséquent aujourd'hui, mais relativement bas. Une petite crue est passée très vite.

Second chantier du jour, la trémie terminale. Avant de poursuivre sous le méga bloc, on cherche un autre accès.

A gauche contre paroi, à environ 2m50 de hauteur, une lucarne laisse entrevoir du vide. Problème, c'est mikado juste au dessus, avec du gros.
On décide d'essayer de passer un peu plus bas, en sécurité sous un pont rocheux très épais. Il y a l'amorce d'une petite diaclase bien remplie d'argile et de blocs.
Il ne nous reste que des demi-pailles, la roche n'est pas très compacte, c'est donc laborieux. Et le premier mètre est très gras, contre un talus d'argile instable.
Malgré tout, après plusieurs tirs entrecoupés de quelques vieilles pailles défectueuses (à filament), le passage est bien ouvert.
Il nous a manqué une paille pour un bloc au plafond à la sortie. Il devrait être possible ensuite de forcer et d'accéder à la suite. Le reste des blocs sera à déplacer par l'autre côté.
Un calibrage du passage sous le pont rocheux sera également à réaliser avant de courir le plus loin possible derrière.
Le courant d'air n'était presque pas perceptible, quasi aucun delta de température aujourd'hui.
Côté matos, un burin cassé, un autre retrouvé. Il va falloir alléger sérieusement le poids à porter au fond, la zone d'entrée et les trémies sont pénibles à passer avec les kits. Les axes d'amélioration ont été évoqués chez Thierry. Il nous a offert le champagne et la galette !
Nous en avons profité à l'aller pour faire un petit safari photo dans les galeries derrière la trémie. Vous avez les clichés de Bruno et Rodolphe, avec un aperçu des différentes morphologies et des nombreuses zones à concrétions. S'ajoutent les travaux du shunt et la zone de la trémie terminale.

Bruno

Perte du Château de Vallerois, dimanche 2 janvier 2022
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 15:14

Participants: Thierry Gille, Thierry Vircondelet, Quentin
10h/17h                                         

 Réveil  difficile au petit matin. Après une soirée bien arrosée, nous  prenons la direction de Baulme la roche sous un soleil magnifique et une température printanière exceptionnelle.        La journée  s'annonce bien. La grotte est constituée d'une galerie supérieure longue de 10 m qui donne accès à un puits de 4 m, jonction avec une galerie inférieure. Cette dernière débouche rapidement au pied des falaises. Un méandre en cours de déconstruction termine provisoirement la cavité qui donnera peut-être accès à la grosse résurgence qui jaillit en contrebas. Le but de la sortie est de recalibrer l'étroite galerie supérieure pour faciliter le passage des bacs de remblais et des désobstrueurs.                 

 Vers 17 heures, après avoir grillé douze pailles , l'objectif est atteint.   

                                                            TV                                                

Baulme la Roche, samedi 1er janvier 2022
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 20:13
Participants :Bruno, Sarah.
9h30/14h30
Objectifs atteints, mais...

Il fait moins 5 degrés pour s'habiller au parking, c'est chaud!

Avec le kit bien plein, direction le méga bloc au terminus. Sarah entame le talus d'argile à gauche et le lit de graviers du même côté avec la barre à mine. C'est le plus court observé pour passer sous le bloc ; ça ressemble fortement à une paroi du méandre qui aurait basculé ?

Puis forage allongé pour 2 pailles au plus loin. Pas simple, c'est rongé par l'eau en dessous, avec de grosses amorces de lames. Sarah déblaie puis forage pour une nouvelle paille solo afin de gagner de la place. On tape les fissures, on gagne quelques cm de plus. Je tente de forcer, en grattant les graviers au sol avec la barre à mine. Comme la dernière fois, ça passe!
Mais, à peine sorti, nouveau mur en face. A peine 1 mètre entre les deux, largeur un gros mètre, hauteur à peine 2 m au plus haut.
C'est le petit frère ? A part une petite lucarne au plafond à droite, aucun vide en vue. Le bloc trempe dans l'eau qui passe en dessous, rien au ras du sol ni sur les cotés.
Je demande la perfo et les mèches pour refaire un tir avec plus d'aisance de ce côté. Quelques instants avant, j'ai entendu un léger bruit dans les blocs derrière moi. Rien d'inquiétant à priori, j'avais inspecté assez longtemps le secteur avant de bouger les blocs au sol.
Cependant, une pointe vient me percuter l'omoplate, mais rien ne suit immédiatement. J'ai dû bloquer la chute du bloc ou caillou, que je n'ai même pas pu voir.
Une seconde plus tard, j'étais repassé en sécurité sous le premier méga bloc. Plusieurs petits cailloux tomberont ensuite, aléatoirement.
La perfo est récupérée en douceur, mais pas la grande mèche posée plus loin. Il manque aussi le burin, non retrouvé dans les graviers.
Plus de peur que de mal finalement, malgré une belle bosse assez peu douloureuse.
On fore donc un dernier trou du côté amont pour pouvoir passer sans ramper, et secouer ce qui voudrait descendre facilement plus loin. Il faudra apporter une sangle et 5 m de corde pour tirer les deux gros morceaux résultant du dernier tir la prochaine fois. Trop lourds à la main.
A noter des traces de mise en charge ( bois) à un mètre de hauteur avant le fond.

Retour vers l'entrée en admirant à nouveau le nouveau tronçon vu dimanche, c'est vraiment BEAU!

Au passage, Sarah se glisse dans le départ de méandre en hauteur côté droit en sortant, situé 50 m avant le fond: bouché à 6m.
Et une arrivée d'eau dans ce secteur, issue d'un talus de terre cachant un départ ?
Idem pour le départ fossile à la sortie côté droit en entrant dans le "canyon": bouché à 4 m, avec de belles concrétions.

Comme il nous reste un peu d'énergie, on s'attaque au chantier du shunt par l'intérieur. L'air froid du dehors est présent, il oblige à porter la cagoule.

4 trous pas faciles à forer, en trois fois, et on est dans la salle de l'autre côté....
Sauf qu'un petit bloc gêne vraiment tout au bout. Nous remballons à nouveau tous le matos pour le ressortir après le tour par le passage bas et humide.
Je passe par le passage réouvert par Nanard pour aller claquer ce petit bloc avec une demi paille.
Puis c'est le tout gros avec les trois trous qui en reçoit une grande.
Désormais, c'est toujours tout droit juste avant le dernier cran avec le ruisseau. Horizontal, direct dans le fossile amont et presque confortable.
Bon, il faudra quand même fignoler un peu pour que tout le monde n'accroche pas. Débiter le gros morceau laissé en plan ( plus de burin), arrondir les angles, enlever encore de l'argile au sol du shunt à l'entrée et à la sortie etc.
Pas de photos  cette fois, c'était pas prévu.
A peine inquiet pour la suite, l'eau et l'air passent. On mettra le temps, et plein de trous à forer.
Merci à Sarah pour son assistance technique pendant les forages, et sa grande motivation sous terre.
Bruno
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 06:17

Participants : Jean-Luc G. (le matin); Jean-Paul S. (le matin); Thierry V.; Jean-Marie J.; Nanard

Après le rituel café/croissants de 10 H, on s'équipe pour la visite de la cavité ouverte récemment. L'objectif est la découverte de la cavité pour Jean-Paul, Thierry et Jean-Marie; on en profitera pour rapporter quelques photos et essayer de passer la trémie du fond.

On passe tous le laminoir dans l'eau sous la trémie, sauf Jean-Paul qui coince ; n'arrivant pas à retrouver la sortie, je le rejoins pour le guider. Il découvrira la cavité une autre fois lorsque les passages seront mieux aménagés. 

On en profite pour faire la jonction à la lampe et à la voix, dans la galerie supérieure à la trémie. Nanard, côté entrée et Thierry + Jean-Marie côté grande salle. On arrive même à se serrer la main, mais le passage à aménager dans l'éboulis ne semble pas évident (trémie instable). L'objectif serait de shunter le passage bas au niveau du ruisseau sous l'éboulis. Finalement départ pour l'explo. Thierry et Jean-Marie apprécient les volumes. On arrive à la galerie de la perte, qu'on remonte jusqu'au terminus de l'autre jour. On fait quelques photos et Jean-Marie gratte le sol et réussi à passer sous un bloc. On poursuit dans un méandre sur 50 m qui se termine dans une cloche, mais dans une diaclase étroite sur la droite, ça résonne fort (à voir plus tard). De retour dans la galerie principale, on chemine vers le fond jusqu'à l'éboulis. On trouve le passage éclaté par Bruno mardi dernier, on retire les blocs et on réussit à passer. Quelques zones sont très instables; on préfère passer au ras de l'eau. On débouche finalement dans le canyon puis rejoignons la galerie principale. On est ébloui par les volumes, les formes des galeries, le concrétionnement. Arrivés au terminus des collègues  (sortie de ce mardi), devant la coulée de calcite, on grimpe dans le méandre surélevé qui nous mène directement dans une galerie plus spacieuse et concrétionnée.

On fera 250 m de première, de plus dans des galeries qui ne s'arrêtent pas pour finalement se retrouver devant un énorme bloc de 5 m par 5 m qui nous bouche le passage. C'est une zone d'éboulis à nouveau, mais l'eau passe sous le bloc et on ne perçoit pas de zone d'embâclement (boue). La galerie doit se poursuivre derrière sans obstruction. On cherche un shunt éventuel, sans succès. Il faudra creuser le lit du ruisseau et attaquer le bloc en voûte pour poursuivre. On décide de faire demi tour et on en profite pour apprécier toutes les formes d'érosions sur notre chemin de retour.

Avant de ressortir Thierry me montre la passage que l'on pourrait shunter dans la galerie amont supérieure. De retour de l'autre côté, je lui indique la zone où on a jonctionné à la main et à l'éclairage ; il confirme que c'est instable pour effectuer des travaux dans cette zone. Finalement je déblaie les cailloux qui obstruaient la salle du dessous et je réussis à m'y enfiler. Au fond, on devine un vide qui semblerait plus adéquat et moins dangereux pour shunter le passage bas dans l'eau. A priori, ce serait le même passage vu par Sarah, mardi dernier.

On ressort vers 17 H 30 et on finit chez Thierry pour manger notre repas de midi. On estime à environ 800 m de galeries dans cette nouvelle cavité.

Les photos ont été réalisées au début dans la galerie amont de la perte, puis dans le réseau principal avant le gros éboulis. Pas de photos de faites dans le nouveau réseau du jour.

Bruno doit sortir mardi 21/12 à la perte du Château de Vallerois (vers 9 H 30-10 H) avec Sarah. Objectif : voir le passage final du bloc  et le shunt.

Nanard

Perte du Château de Vallerois, dimanche 19 décembre 2021
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 17:09

participants : JMJ, BD, TV, JLG
15 h / 17 h

Récupération de la buse PVC chez MC Réseaux TP à Vesoul. Elle mesure 6 m de long, diamètre intérieur 80 cm et extérieur un peu plus de 90 cm. Pour pouvoir la transporter, il a fallu la couper en deux à la disqueuse. Ensuite, installation sur les 2 remorques et transport jusqu'à Villers sur Port. On les a stockées dans l'écurie de François Meudre, en attendant leur utilisation.

JLG

Gouffre des Fèves, vendredi 17 décembre 2021
Gouffre des Fèves, vendredi 17 décembre 2021
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 17:52
Participants : Bruno, Rodolphe, Sarah
9h/12h30

"Seconde exploration sur Mars..."

Il y en a qui ont du bol ! Ce sera probablement une des plus belles premières de leurs débuts en spéléo.

Le premier objectif est de trouver un shunt hors crue pour le passage bas et humide. Rodolphe reste donc en arrière et nous partons avec Sarah contourner la zone.

Pas si facile, il y a des départs partout entre les blocs de chaque côté. A la voix puis à la lumière, on trouve une première zone rapprochée. Mais ce n'est pas le bon moment pour des pailles aujourd'hui, trop de "copines" tout près. Néanmoins, le passage ne me plait pas et on en trouvera un autre plus direct et horizontal en fouillant à nouveau en sortant. Cependant, est-il vraiment indispensable d'ouvrir au vu de ce qui va suivre? A débattre.
Nous avons légèrement mouillé la combi au niveau du ventre, puis les avants bras et les genoux dans la suite.

Nous partons tranquillement vers la trémie de la salle terminale, avec notre reporter du jour : Rodolphe et son portable. Les photos jointes sont dans l'ordre de progression, du débouché dans la première salle (blocs) jusqu'à la base de la grande salle au dessus de la trémie ( gros blocs-150m)

Auparavant, Rodolphe et Sarah veulent fouiner un peu dans la seconde salle, au niveau du plus gros affluent. 20 m de boyau en première pour le premier, et cinq de plus pour Sarah dans un amont se divisant.

On file ensuite voir notre second point du jour, les blocs sous la trémie avec l'eau et l'air.

Le ruisseau coule bien juste sous nos pieds mais c'est pas gros. On remue délicatement du caillou à l'endroit vu par Nanard. Mais deux gros demandent des pailles. Rodolphe indique que ce serait peut être mieux 1 m avant, mais c'est plus chaud et instable. On monte un petit mur sous le gros pavé, on bouge un autre très gros et j'essaye une sorte de boite aux lettres. ça passe direct dans le ruisseau et ça continue presque à 4 pattes. Vu l'instabilité, Rodolphe attend la reconnaissance.

Après une douzaine de mètres entre les blocs et au ras du ruisseau, je retrouve le collecteur !!! Merci dame nature pour nous avoir laissé un passage humain dans cette grosse trémie d'une quinzaine de mètre au total, un gros bol !
J'appelle donc les deux en attente, le passage est un peu tordu mais praticable sans souci, hors la boite aux lettres du début qui frotte à peine.
Par contre, en crue ou niveau d'eau très haut, ce sera sous l'eau car les blocs font barrage et on voit nettement le niveau atteint.

On trouve un collecteur très différent : laminoir en bas avec l'eau, superbe méandre serré au milieu, et gros drain fossile avec une belle  voûte cintrée et lisse 4/5 m plus haut.

Le méandre est pile à la bonne taille pour nous, sur une trentaine de mètres. Puis tout fusionne après un virage, et là, ça devient franchement gros.
Une arrivée fossile à droite est bouchée dix mètres plus loin, il y aura l'autre branche à faire au dessus en face.
Le méandre étant tantôt étroit tantôt large, nous progressons sur la banquette du fossile en haut. Les concrétions sont nombreuses et superbes, coulées et plusieurs très beaux piliers blancs.
Toujours aussi gros et constant, 5 m au plus haut, 4 m au plus large en haut, la galerie serpente presque sans pente. Il n'y a d'ailleurs aucune cascade, presque pas de dénivelé.
Au bout de 120/150 m , on arrête la ballade au niveau d'un coude marqué partant à gauche, avec une belle coulée stalagmitique en face. La galerie se divise en deux à cet endroit. Un beau méandre fossile en haut, un laminoir avec l'actif en dessous ( hauteur 30/50 cm, largeur 4 m).
Pas de photos de ce nouveau morceau, trop humide pour le tph dans la poche.
C'est superbe par ses formes très variées et la richesse des concrétions de multiples couleurs, je crois que le Pinard est largement battu...
A vos flashs pour ceux qui sortent dimanche et qui pousseront plus loin l'exploration du premier kilomètre?
Croquis joint.

Bruno

PS : un balisage serait le bienvenu pour préserver les concrétions, et à noter que 2 pailles ont été utilisées pour shunter la boîte aux lettres de la trémie, mais qu'ils ne sont pas allés voir le résultat.

Perte du Château de Vallerois, mardi 14 décembre 2021
Perte du Château de Vallerois, mardi 14 décembre 2021

Le croquis d'explo de Bruno 

Perte du Château de Vallerois, mardi 14 décembre 2021
J'ai ajouté quelques départs pour éviter de se poser trop de questions dimanche...
  • - le fossile bouché en sortant du grand méandre après la trémie
  • - l'autre fossile en face en haut, à faire via une petite oppo
  • - le passage " Sarah croche" vers la salle sans suite dans le virage à gauche juste après. Gabarit "Sarah", sans casque.
  • - la mention "à poursuivre" dans l'affluent du pré,  il doit manquer au moins 100 m pour atteindre la perte. Le début est très beau.

Bruno

Partager cet article
Repost0