Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 11:02

Présents : Jean-Marie J. ; Thierry V.; Mathieu; Nanard.

Arrivée sur place 10 H. Café - Galette.   Ah ! c'est Jean-Marie et Nanard qui ont eu les fèves !

Matinée occupée à sortir une trentaine de seaux, pour aménager le dernier ressaut avant le puits en bas du talus. Jean-Marie s'insurge car nous ne devions plus remonter de seaux. Thierry fore et installe deux grandes barres qui viendront maintenir les tôles. Nous voila déjà à 14 H . Arrêt des hostilités pour faire cuire canard/saucisses et profiter du froid en surface. 

On repart pour s'ocupper du puits et déblayer la galerie d'accès au puits. 

Thierry commence par s'occuper avec la perfo d'assainir et finir d'aménager le puits dans sa partie supérieure et notamment dégommer la coulée de calcite. Il sera remplacé un peu plus tard par Jean-Marie qui finalisera la partie inférieure  (arrêt environ 1m au dessus du fractio). Enfin Nanard reprend la suite et retire de gros pans d'argile sur les côtés juste avant le fractio et histoire de retrouver la paroi en place. Il faudra encore recalibrer cette zone jusqu'en bas du fractio. Essai de remontée avec poignée/croll : impossible; le matériel est non identifiable et une fois mis en place impossible de le faire accrocher. Finalement se sera remontée en oppo.

Pendant l'aménagement du puits, avec Mathieu le bas de la galerie d'accès au sommet de puits sera nettoyée jusqu'à la roche et les remblais installés derrière les tôles de soutènement.

Prochaine sortie : élargir la zone au niveau du fractio pour se donner de l'aisance et finir de nettoyer le tas d'argile en bas du fractio. Encore deux séances avant de rejoindre le fond du puits.

Prévus dimanche 6 janvier 2019 10 H : Thierry V.; Nanard ; Jean-Marie 

Meilleurs voeux à tous pour 2019.

Nanard

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 15:02
Participants : Thierry V,JMJ, Nanard, Bruno.
10h-19h
 
Le matin, préparation de la VMC et sortie d'une centaine de seaux pour nettoyer le talus situé avant le puits. Un aller retour suffit dans ce passage suffit pour ressortir tout marron…
L'après midi, reprise des hostilités vers 15h00 après une excellente choucroute accompagnée d'un riesling.
Bruno gère les forages et remonte de quelques mètres à chaque fois juste le temps de déclencher la ligne. Bernard pioche, décolle, déblaie ce qui est encore au pied du talus pour le passer à JMJ et le faire remonter par Thierry. Encore une dernière centaine de seaux. FINI les seaux!!. Nanard a repris contact avec la roche en place, il reste à étayer un pallier pour sécuriser la pente et "faire propre".
 
Côté pailles, toujours des soucis de roche pourrie par l'eau et donc environ 80% de réussite seulement. Les trois premiers mètres sont quasiment bons. Un gros coup de burineur sera bienvenu à la prochaine sortie.
 
Deux photos, une prise depuis le haut du puits en direction de la sortie ( VMC et Nanard de dos), l'autre en direction du fractio situé au niveau d'un talus d'argile bien visible.
Le puits a été mesuré au décamètre à 14 m, mais le tas de gravas en bas a dû monter un peu. Le pallier est bien à -12. C'est mieux d'être un peu moins profond qu'envisagé. Il y aura 1 ou 2 m pour rejoindre la rivière, en 2019...
Rdv dimanche 10h parking pour continuer d'agrandir. Prévoir au moins une ceinture pour s'assurer lors des travaux dans le puits.
Prévus : Thierry, Nanard, JMJ, Mathieu, et ?
 
Bruno
Bois du Replan, jeudi 27 décembre 2018
Bois du Replan, jeudi 27 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2018 1 24 /12 /décembre /2018 22:11
10h-16h, Thierry V et Bruno, et JMJ pour ramener le groupe à 16h.
 
15 pailles dont quelques ratées, certaines zones comportent des trous et  fissures non visibles. Le sommet du puits est calibré à 120x100 environ sur presque 2 mètres. Tout est parti en bas. Encore un gros mètre pour filer direct au fractionnement situé vers-7. Dans cette zone, il est possible que l' on utilise l artillerie lourde, ce sera seulement pour dimanche. Jeudi, on installera la vmc car je suis ressorti encore bien essoufflé. C' est pas trop sale pour bosser, on a mis deux petites planches. Mais il faudra évacuer un peu le talus, trop crade et encombré.
Rdv jeudi 10h parking.
Bruno
Bois du Replan, lundi 24 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 22:45

Participants : Thierry V. ; Thomas L. ; Nanard

10 H - 18 H 30

Visite courtoise de Jean-Marie à 10 H pour rapporter le kit de vertical à Thierry.

Thierry équipe le puits et descend les 3 premiers mètres. Il se retrouve sur la margelle qui donne accès au P14. Le voilà qui court dans le réseau actif et ne sait plus ou donner de la tête : amont ou aval ? Galeries spacieuses de 5 x 6.  2 Kms de réseau. !!!!  ..... Finalement, il s'était assoupi au bord de l'entrée après avoir bu café et digestif. Réveil agité, ce n'était qu'un rêve ..... qui deviendra peut-être réalité.

Revenons les pieds sur terre ou sous terre !!  et à la réalité des travaux de ce jour.

Arrivée sur place à 10 H avec prolongation du traditionnel café- croissants. Pas de 4x4 aujourd'hui. On porte tout le matos à dos d'homme.

Arrivés sur place Thierry casse les blocs du dernier chantier et on évacue avec une corde plus que glissante ; les seaux sont remplis à 1/3. Pendant que Thierry perce les premiers trous, avec Thomas, on évacue les gravats en bas du dernier ressaut.

Une paille ne part pas et l'autre fait peu d'effet.

Deuxième séance par Nanard ; les trous rencontrent des vides (strates) qui vont réduire l'efficacité des pailles. Plusieurs trous débouchent. Finalement encore une paille non déclenchée.

Thierry reprend les hostilités, mais rencontre également des trous débouchants et des vides. 

Fin de journée, on est assis devant le puits, les jambes dans le trou.

Semaine prochaine, il y aura un élargissement à faire sur 3 zones, dont un pont de roche en milieu de puits. On perçoit nettement un élargissement 2.5 m plus bas, qui doit être un gros palier. On devrait y accéder dimanche prochain. Derrière, le puits d'un dizaine de mètres supposé (d'après la chute des cailloux et l'écho) devrait être visible. Suspense pour le week-end prochain.

Pour le repas de midi, on a apprécié l'abri et le repas chaud : lentilles saucisses. On commence a être bien organisés.

Doivent venir dimanche prochain : Thierry V. Bruno ; Jean-Marie ; Nanard et .... ???

Nanard

Bois du Replan, dimanche 16 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 21:56
présents : la bande VOL PAU, Valbert et Fred Martin
TPST : 7h30
On part dimanche matin de bonne heure chercher Fred puis direction Besançon quartier Chamars au local spéléo du club de Fred. On fait trois kits de cordes bien tassés (rouge 1, jaune 2, bleu 3) avec des tonnes de mousquetons bien lourds.
On trouve le trou sans difficulté. j’équipe avec la C90 tout le départ. On a décidé de faire une main courante tendue. C’est pas facile. J’équipe aussi vite que droopy … le premier pendule est incroyablement … pendulant. J’arrive vraiment pas à atteindre les broches et percute environ chaque centimètre carré des deux côtés de la paroi. De guerre lasse Fred me dit qu’il prend le relais. Je descends en bas du puits et le laisse jouer a Tarzan. Il y arrive à la quatrième tentative. Je remonte pour équiper la suite, une main courante autour d’une arête saillante. On bricole comme des pov’ pendant 20 minutes à se marcher sur les pieds la tête, rallonger les longes avec des mousquetons mais quel bazar ! Je dévisse deux fois sous Fred juste retenue par ma poignée crollée sur la corde, avec un grand cri qui fait peur genre "je vais lâcher ! HAAAAA »,  pendant que Philippe et Valbert nous serinent "C’est libre ?? » tout là-haut. Je vais changer mes longes je crois.
On poursuit dans des méandres et d’autres petits puits (je ne sais plus combien) le kit jaune y passe. Pause casse-croûte et on repart dans un réseau paumatoire. J’équipe un puits, le descends, je vois une flèche qui me dit c’est par là, pointée vers le haut. Je ne passe pas, tellement l’étroiture est étroite, je suis vexée ! Fred non plus. On enlève toute la quincaillerie pour passer tous, on transfère tous les baudriers, kit et minikit mais qui pèsent un maximum, en faisant une chaîne humaine dans l’étroiture. On est fier ! Valbert part devant et me dit "C’est malin, on est rendu au point de départ"  : on a bouclé avec la tête de puits que j’avais équipée… super. On remet tout l’attirail pour redescendre ledit puits et chercher une autre voie. Fred s’enfile dans une autre gorge étroite et déclare finalement la fin des opérations. Y’en a marre on rentre. Il est 15 h déjà aussi. Valbert déséquipe le puits mais finalement sa mère à côté c’est bof. Fred le prend avec lui et ils remontent ensemble pendant que Philippe déséquipe les cordes du kit jaune. J'enchaîne sur le déséquipement kit rouge et retombe sur la super arête saillante et le pendule de 6 mètres. ça me prend un temps de fou avec un tas de combinaison pour rallonger les longes avec des mousquetons, rajouter des points d’ancrage avec de la dynemaa. Pouif. Je sors du trou à 18 h 30. Valbert est dans la voiture depuis une heure et les gars m’attendent à l’abri dans la baume. Il pleut des hallebardes. On rentre content, c’était très sportif !
 
Véro
 
 
Gouffre du Vauvougier, dimanche 9 décembre 2018
Gouffre du Vauvougier, dimanche 9 décembre 2018
Gouffre du Vauvougier, dimanche 9 décembre 2018
Gouffre du Vauvougier, dimanche 9 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 21:08
 
Participants :8 ! Th.V, J-M J, BP, TL, TG, Mathieu, BD et J luc en visite
9h30h/18h.
 
Gagné!!!! ...Presque.
 
Le matin, une centaine de seaux sortis en mode intensif. Thierry, Mathieu et Bruno au fond, les autres au tirage. Le trou était gras, très gras. Avec les précipitations de la nuit, c'était humide, voir ruisselant l'après midi. Un volume correspondant à 2 m de long, 0,80 de large, 50 cm de hauteur est vidé. La lucarne à gauche est atteinte vers 13h30. La taupe dijonnaise doit aller chez l'ophtalmo absolument. Une vraie taupe modèle qui nous a mis le moral en berne pendant l'apéro et le casse-croûte. Miro a frappé : derrière la lucarne, il voit une diaclase aux parois boueuses, bouchée par des cailloux un mètre plus bas…
Heureusement, Nanard nous l'a remonté un peu le moral, avec 3 boîtes de cassoulet, réchauffées dans une cocote minute via un réchaud.
 
Après les délires rituels sous la bâche et un ban bourguignon tonitruant qui vaut une battue avec 12 chiens, une équipe réduite retourne gratter un peu le fond.
Pour gagner de la place et éviter la boue collante au sol, Bruno dégomme le plafond en 2x2 pailles. C'est confort, Nanard prend le relais au grattage, Jean Marie au tirage. Les deux autres font la chaîne pour que les seaux atteignent le bas du puits. Les -12/-13  m sont en effet atteints ou dépassés.
Après 1 heure de boulot, Nanard repasse la tête dans la lucarne et balance un premier caillou. Et là, surprise, il descend direct sur au moins 4 m et tombe sur un plancher ou une banquette d'argile (bruit). Un second, idem. Le troisième, plus rond, roule beaucoup, beaucoup plus bas. Environ 10 m. Gagné, 3 cris non concertés au fond. Encore quelques seaux, puis Bruno fore à nouveau 2x2 trous en paroi gauche, efficaces pour élargir la tête de puits (voir photos).
Ce qui permet de voir mieux la suite et d'obtenir une belle résonance à la voix en bas.
La première attendra donc le dimanche 23 décembre….
Dimanche prochain, peu de monde disponible. Thierry et Nanard iront peut être faire une courte séance le matin. Il faut étayer le talus qui est instable sur 3 m de haut (ferraille et tôles), remplir derrière pour faire deux paliers, et selon le temps restant forer quelques trous.
Ensuite, plus rien à remonter, seulement des trous à forer pour rendre la diaclase franchissable, 3 ou 4 x 2 ?
Pas de bruit de rivière pour l'instant, les niveaux souterrains sont encore très bas. Et l'on est situé, en théorie, à une dizaine de mètres de l'axe d'écoulement (baguettes).
 
Bruno
Bois du Replan, dimanche 9 décembre 2018
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 09:21
Participants : Th.V. +J-M J.
10h/18h.
 
   Mise en place de l'étayage du gros bloc (Il ne restera qu'à cimenter les extrémités) puis on continue à descendre à l'opposé du bloc. A deux, on doit se contenter de stocker les déblais sur les paliers. Ce qui semblait être 2 diaclases distinctes est en fait une seule galerie avec lame centrale (vérifié à la lumière). Après la pose...3P. simultanées pour négocier un bloc au sol + la lame et....Bingo! A 2m et descendant...le trou noir mais impossible d'approcher plus car trop de cailloux dans le passage. Il faut du monde dimanche prochain....on est pas loin de passer!!!
 
JMJ
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 09:17
Travaux en solo de not' président : TV
16h/18h.
 
   But : vérifier la mesure de l'IPN à mettre en place sous le gros bloc. Il en profite pour fracasser quelques blocs.
 
JMJ
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 21:51
Participants : TV, JMJ, TL, BD, BP+JLG en visite éclair à midi.
"Changement de dimension"
2 en bas, c'est le minimum désormais pour gérer les seaux. Les binômes Bruno/Thomas et Bernard/Thierry vont se succéder chacun deux fois dans la journée. Papy soigne son bras convalescent avec le tirage de corde en alternance avec un autre. Au moins 130 seaux remontés, la corde glisse pas mal mais ça passe. C'est très collant au fond, avec de nombreux blocs et morceaux de paroi, et deux loirs. 
Vu ce volume extrait, c'est 1,50 m gagné en hauteur! Une accélération foudroyante vers la rivière! On tient à 3 en bas sans problèmes. Le méga bloc à droite a reçu une première tarrière de soutien, un IPN viendra en plus la semaine prochaine.
Nous avons donc ouvert à gauche une diaclase 15/20 cm x 60 de haut à minima,  avec du vide qui jonctionne en bas de la diaclase découverte la semaine  dernière au bout. Mais 1,50 m plus bas… La suite est-elle là? Le courant d'air n'a pu être testé à la fumée (pas de briquet…), mais il semble bien provenir de cette direction.
Cependant, il va falloir passer d'une largeur  de 15-20 cm au double…. Les pailles vont entrer en action dimanche prochain. 
BP et TL ne seront pas présents, un RDV à 9h30 sera à confirmer par mail ou via Thierry.
 
Le carburant n'est pas un problème dans le milieu spéléo. Le rouge a mérité d'être "chambré" naturellement, pour une dégustation spéciale Mamelles à Nanard !! (photos).
Bruno
 
Nanard, parti après Bruno, me demande de préciser : Un coup de barre à mines à gauche en bas de la diaclase à travailler a laissé apparaître un vide qui ne communique pas avec le premier et qui descend de 50 cm. A voir la prochaine fois.
 
Bois du Replan, dimanche 25 novembre 2018
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 14:58
Participants : la bande VOLPAU
TPST 4h30
 
On arrive à 13 h 30 près du trou toujours très beau et je montre l’entrée à Philippe qui angoisse déjà de cette première étroiture. Pourtant elle passe bien !
C’est tout broché et j’ai 12 mousquetons pour toute la sortie. Heureusement plein de dynemaa.
J’équipe et je suis très fière de mon bel équipement très propre je trouve. Philippe trouve que mes boucles sont trop grandes et que si ça se trouve on aura pas assez de corde avec une C80 (on préconise C85 dans les belles du Doubs). Je lui dis."t’as qu’à défaire et faire plus court", mail il ne veut pas. Le dernier ressaut, bon… comme il fait deux mètres et qu’on n'est pas manchots on le descend en oppo.
Poursuite de la progression et arrivée sur un nouveau puits avec des broches tout là haut là haut. On échaffaude un tas de suppositions pour atteindre cette tête en sécurité mais en fait le mieux est de descendre le ressaut et de remonter en oppo jusqu’à elle, plutôt que de tenter à l’horizontal. J’ai déjà plus de mousquetons. On décide d’équiper toutes les mains courantes en ficelle et de garder les mousquetons qu’on a sur le corps (mousqueton de kit, de clé de 13 etc. pour les têtes de puits.
c’est bien joli la ficelle mais ça fait un peu clochard comme résultat je trouve et surtout, ça prend du temps à installer lisiblement, manque d’exercice je pense.
On arrive à la sale mare qui pue. Il me reste ma corde de 10 m de secours et pas grand chose. J’équipe une vire de bric et de broc avec ma pédale et tout ce qui traîne encore sur Philippe (il avait encore DEUX mousquetons !!). Ca me prend pas loin d’une heure pour ne pas mettre le pied dans ce que nous avons décidé être une mare d’acide sulfurique habitée par des sangsues venimeuses. Je tiens à souligner qu’au final j’ai mis un demi pied dedans et Philippe les deux tout entiers, néanmoins il a réussi à me récupérer ma pédale dont je n’avais pas besoin mais c’était gentil. On file vite jusqu’au coin sculpture où on découvre que voilà, nous ne sommes pas des artistes. Je fais une oeuvre sentimentale de gonzesse et Philippe un truc hardcore métal.
On repart parce qu’il faut bien rentrer, je ne touche plus à rien c’est monsieur qui déséquipe. Et grâce à mon équipement génial, c’est facile :-)).
Sortie tranquille et confortable grâce aux différents fractios. Cavité très bien brochée, il faut emmener nos élèves de l’EDS ! en plus on peut équiper en double.
J’ai adoré cette sortie !!!
VOL
La Belle Louise, jeudi 22 novembre 2018
Partager cet article
Repost0