Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 10:11
Participants : Th. V., J-M J.
10h/19h
 
     Café+ beignets,comme d'hab. Vu les intempéries récentes nous décidons de descendre vérifier, avant d'acheminer tout le matos, le niveau d'eau : quelques cailloux du haut du puits nous rassurent. Cela ruisselle de partout et la mauvaise surprise est au fond : l'eau est à 1m sous le terminus de la dernière sortie et une coulée de boue venue d'une cheminée a provoqué un cloaque infâme juste devant le "chantier", 
engloutissant les outils que nous retrouvons avec bien du mal ! La suite n'est qu'un combat dans la m.....! Nous ne descendons que de 50 cm mais gagnons beaucoup en largeur et finissons les pieds au raz de l'eau qui est redescendue de 50cm pendant la séance. Le nouveau perfo- burineur est plus lourd et plus encombrant que le Hilti....mais vraiment plus efficace !l La remontée du matos est pénible vu l'état de la corde et des bonhommes !!! Nous avons alterné  éclateurs, marteau-burin et burineur, mais la prochaine fois, il faudra prévoir d'autres moyens...
 
Merci à Nanard pour la grosse révision  du groupe qui a tourné comme une horloge ! Thierry s'est offert une petite partie de pêche au marteau avec un aimant très puissant au bout d'une corde...mais cela n'a pas mordu : cela nous a permis de mesurer la profondeur. Le fond serait à 6 m ! L'eau s'éclaircit assez rapidement et pourtant nous y avons déversé une énorme quantité de boue.  
J.Marie
Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 21:38
Présents : BD, JMJ(début+fin), TV, BP
Temps passé sous terre : 6h
 
Élargissement aux éclateurs de roche en 20 mm toute la séance. Malgré quelques difficultés le matin avec une roche qui n'est plus fissurée naturellement, nous avons "vachement bien" avancé. Le côté droit, percé trop loin la semaine dernière, nous a donné de la roche à retordre pour commencer ! Puis Bernard choisi le poste "argile" pour creuser le sol de la salle en marge de la lucarne, afin de forer horizontalement. ça nous aide bien car la lame extérieure s'élargit très vite et mesure désormais 1 m à sa base. Donc stop, on est pleine roche, trop dur et inutile de descendre plus bas. Par contre, dans la lucarne, on retrouve deux autres lames, une de 30 cm et une de 15 cm , qui nous ont offert de pouvoir descendre nettement. Entre temps, le groupe a calé juste après la pause bière/compte/kitkat vers 13h. Bruno a fait un aller retour éclair pour le relancer deux fois. Puis second calage vers 15h30. Nanard est remonté le relancer, sans redescendre ensuite, nous avions prévu d'arrêter vers 17h00. Il sera nettoyé par lui cette semaine  (vidange réservoir, nettoyage bougie, etc).
Bilan : le sol au pied du puits est monté d'un mètre au moins, avec de gros morceaux découpés presque au cordeau. On voit bien la diaclase en dessous sur plusieurs mètres, et le plan d'eau est à moins de 2,50 m dont environ 2 m à élargir le long de cette diaclase. La place pour travailler va diminuer, mais ça va devrait vite descendre. Encore un peu de boulot aux éclateurs, avant de passer à l'artillerie légère +VMC. Les déblais vont partir dans l'eau en majorité.
Si ce niveau d'eau demeure bas d'ici là… Ci joint un croquis perso de la possible orientation de la salle et de la diaclase.(voir le croquis de décembre et déplacer la salle sous l'entrée... Nous sommes presque certains que la salle est placée sous cette entrée, à l'aplomb du laminoir fossile. Rien n'est évident, car la remontée du puits oblige à faire des quarts ou des demi-tours plusieurs fois sur 12m (pour pouvoir trouver la place de monter les jambes aux bloqueurs).
 
Le week end prochain, Thierry V et JMJ cherchent un 3°, et seulement un 3° (pas de boulot pour 4 au fond). Prendre contact avec eux pour éviter un quatuor inutile. L'aimant de Dijon serait utile pour le gros marteau qui nage au fond, avant que les prochains travaux ne l'ensevelissent à jamais ?
 
Pour info, les poignées et croll de marque " Alpidex", testés actuellement par plusieurs, fonctionnent mieux avec des cordes glissantes ( picots mieux faits, trous d'évacuation plus gros), et surtout, le prix est de 30 à 40% moins cher que la marque leader bien connue. Le descendeur stop sera à tester, il est presque moitié moins cher...
 
Bruno.
Bois du Replan, dimanche 10 mars 2019
Bois du Replan, dimanche 10 mars 2019
Partager cet article
Repost0
5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 08:32
Présents : TL, BD, JMJ
Temps passé sous terre : 6 h
 
Arrivée à 10 h, beignets café puis équipements. On descend dans le trou à 11 h. JMJ commence par remettre en place et caler comme il peut la gaine d'aération, l'échelle et la ligne électrique pendant que TL et BD attaque la diaclase. Beaucoup de difficultés pour Papy parce que le puits et étroit et que sa lampe malfonctionne, mais il arrive à améliorer un peu la situation. L'aération, l'éclairage et l'échelle arrive au fond du puits.
 
L'élargissement de la diaclase avance assez rapidement aux éclateurs, mais il faut nettoyer la paroi en creusant le talus d'argile avant de pouvoir percer les trous. Par endroit la roche est cependant dure et nécessite le burineur.
 
On travaille à trois dans le fond jusqu'à 17h, non-stop, et on dégage quelques beaux monolithes. On a rabaissé la paroi de 70 cm environ, et l'ouverture fait maintenant 30 à 40 cm de large par endroit (on a découvert et cassé un "pont" dans la diaclase). La paroi restante à un endroit bouge pas mal et risque de basculer dans le trou, et éventuellement le boucher. Il faudra voir à le détailler en morceaux.
Le niveau d'eau dans la rivière à pas mal baisser, environ 1 m depuis la semaine dernière, prés de 2 m depuis début février.
 
Par ailleurs le perforateur commence à vieillir sérieusement, avec le bouton qui ne marche pas toujours. Faudrait vraiment en racheter un.
 
Sortie vers 18h, le temps de remonter et de récupérer le matos (corde pour nettoyage). Trop tard pour manger, on finit les beignets (et les tartes de Bernard) avec une bière.
 
Notre président, absent car à la chasse aux fossiles, nous attend à la sortie.
 
Thomas LEBON
Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 13:06

Sortie initiation et familiale avec  ma fille et ses enfants.

Présents : Brigitte, Laetitia, Matthieu, Tilio, Eliot, Bernard

Sortie sous la pluie et avec quelques traces de neige dans les pâtures.

Les petits enfants voulant faire une sortie spéléo, j'en profite en raccompagnant notre petit-fils chez lui, pour emmener toute la famille sous terre à la Baume de Reugney.

Sortie ludique qui a bien plu à tout le monde. Ballade jusqu'à la salle des signatures, dont celle présumée de "Courbet".

Nanard

 

Baume de Reugney, vendredi 1er mars 2019
Baume de Reugney, vendredi 1er mars 2019
Baume de Reugney, vendredi 1er mars 2019
Baume de Reugney, vendredi 1er mars 2019
Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 09:17

Sortie initiation spéléo avec Tilio (mon petit fils de 8 ans) à la Baume de Trésilley ce mercredi 26 février.

Initiation au descendeur pour Tilio sur le premier ressaut et arrêt au balcon avant le P 13. Malgré tout, Tilio est content de sa sortie.

Tous les spits sont HS. Une vis cassée et deux vis foirées en équipant. 

Je retournerai prochainement refaire l'équipement.

Nous avons retiré un tuyau d'arrosage fixé à un arbre et qui devait servir à des gamins pour descendre jusqu'au premier palier avant le P13.

A vendredi soir pour la réunion chez moi.

Nanard

Baume de Trésilley, mercredi 26 février
Baume de Trésilley, mercredi 26 février
Partager cet article
Repost0
25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 09:06
Bois du Replan, Saison 2
Episode 72 3/4 (environ)
 
A la recherche de la Poignée Perdue
 
Avec :
 
Jean Marie Josso : Papy
Thierry Vircondelet : le Président
Thierry Gille : le Dijonnais
Thomas Lebon : le Narrateur
 
Arrivée à 10 h des différents participants, qui préparent la journée autour de beignets, café et thé. Puis l'équipe logistique, Papy (et le Dijonnais accroché
 sur le toit) achemine le matériel jusqu'au camp avancé.
 
La matinée, préparation de l’accès, avec le Dijonnais au burineur qui dézingue le pont en haut du puits, le Président qui réaménage l'arrivée de l'avant-dernière échelle et Papy qui met en place une grille de protection. 
 
Arrivé 13h, l'équipe se nourrit frugalement de raviolis (à l'eau), de rillettes, de cacahuètes, de truite, de vin, ... Elle arrive à redécoller difficilement vers 14h, sur l'impulsion du Dijonnais, dont le temps est compté. Le puits est équipé, l'électicité est descendue, et le dijonnais reprend le burineur pour agrandir la lucarne terminale, derrière laquelle la rivière les nargue.
 
Pendant ce temps, pendant 1 heure et demi, le président creuse, fouille, retourne, déplace, cherche, regarde, observe,... mais rien parmi les décombres des épisodes précédents. Dépité, il finit par aller aider le dijonnais, qui vient de passer aux éclateurs. La roche, formée de deux lames parallèle séparées par de l'argile, brise bien, et une dizaine de gros blocs sont ainsi découpé et envoyée dans le fond de la salle. La progression est rapide, mais le dijonnais doit partir prématurément, laissant le reste de l'équipe continuer à découper la roche.
 
En remontant, il prévient Papy, qui était resté en surface pour finir le réaménagement des échelles, de couper le courant à 17h, sinon le président ne lâchera pas l'affaire. Privé de jus à l'heure dite, le matériel est rangé et le puits est remonté, avec difficulté car la corde est gorgée d'argile. A 17h45 tout est remonté, pour être nettoyé. Papy a aussi enlevé la poulie, car il ne veut plus remonter de seaux. La voiture est rechargée, des bières sont bues, puis ils repartent vers le parking.
 
Bilan de la journée : la paroi a été descendue de 70 cm environ depuis la position de la lucarne, et il y a maintenant une faille de 1 m de long par 20 cm de large et qui semble bien constitué le plafond d'une rivière (le niveau a baissé de 50 cm depuis l'épisode précédent). La question, c'est  : est-ce que ça siphonne de suite ? D’après le président, ça s'élargit 2 m plus bas.
 
Programme de la semaine prochaine : changement de série avec "le déséquipement du Sédéra" ou l'épisode suivant du Replan, avec " le retour des éclateurs" (selon la dispo du Papy qui s'occupe de la logistique).
 
Thomas LEBON
Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 18:02

Présents : Thierry V. ; Jean-Marie J. ; Nanard 
10 H - 20 H 30

Rendez-vous habituel à 10 H. Café beignets et grandes discussions. Acheminement du matériel sur site.

Petite frayeur en début de séance, car le groupe refusait de démarrer, puis grand "Ouf" ! C'est parti.

Thierry descend élargir le rétrécissement du puits avant la salle. 3 aller-retour et 5 pailles nécessaires, dont une n'a pas fonctionné au premier passage.

La roche est dure, elle résiste.

Après notre déjeuner copieux, Jean-Marie part finir le passage au perfo. Enfin, nous redescendons observer la suite des travaux et attaquer la lucarne au marteau burin. Le passage est finalement plus étroit sur 2.5 m à 3 m qu'on ne le pensait (quelques séances en perspective au burineur). Le niveau d'eau est à 4.5 m sous la lucarne. Les cailloux jetés dans l'orifice, nous font craindre la zone siphonnante. "Plongeurs préparez vos bouteilles !!"

Malgré un petit élargissement de la lucarne nous remontons en surface tardivement. 

Prochaine séance : éclater le petit pont en haut du puits; réinstaller la ligne électrique jusqu'au fond; redescendre et fixer la VMC ; agrandir la lucarne et descendre au burineur sur au moins 2.5 m avant de déboucher sur le plafond du plan d'eau.

Sortie dimanche 24/02 : Nanard non dispo ; Jean-Marie ??  Sortie au Replan non certaine. Contacter Thierry V. ou Jean-Marie au préalable.

Nanard

Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Bois du Replan, dimanche 17 février 2019
Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 08:08

Participants : VOL + Fred Martin et Maude

Fred m'invite à faire un peu d'escalade pour améliorer ma technique oui ! oui !. On laisse Valbert fatigué de son samedi chauve souris et on part au fort  ou des voies faciles sont équipées. Effectivement les voies sont faciles mais on n'a pas les même façons de redescendre (moi corde en rappel canyon) lui à la moulinette. Débat, test, on est d'accord, tout marche. Je veux monter au dessus du contrefort de la fortification pour aller voir derrière (et prendre d'assaut la tour imprenable !) Fred dit c'est interdit.… Le mot qui fait comme une cape rouge devant mes yeux… Je tempête et rouspète que je VEUX aller voir derrière c'est quoi cette vie qu'on nous cache ? Fred dit chut chut ok on va y aller. Donc il fait ce qu'il faut pour que Maude et moi on puisse passer la margelle en dévers du contrefort malgré notre petit niveau. Il a pris soin de semer des arbustes hérissés de dards sur le dernier mètre que ce soit un peu plus …épineux. Dans le fort de la Mmoteit c'est magique, des constructions enterrées partout, des poudrières, la porte du fortin est ouverte héhé ! on monte jusqu'en haut et on se photographie devant le drapeau de notre victoire sur le conformisme. À la lumière de mon iphone (oui je sais j'accumule là) on descend dans une salle fermée de meurtrières qui donne sur un carrefour en contrebas. Le contre escarpe ? me dit Fred. Bon on redescend notre mur en se jetant sous la margelle de la fortification. Maude trouve que l'arbre qui l'assure bouge beaucoup :-). On refait quelques voies et manip bien sages et on rentre. Super sortie, j'emmènerai Philippe. 

VOL

Escalade fort de la Mmoteit dimanche 17 février 2019
Escalade fort de la Mmoteit dimanche 17 février 2019
Escalade fort de la Mmoteit dimanche 17 février 2019
Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 07:41

Participants : VOL et Valbert + Cédric animateur CPEPESC

Je me suis inscrite avec Valbert pour le comptage de chauve-souris dans le Jura. On fait connaissance le vendredi soir dans un joli gite et Saint Lothain. La communauté est jeune et écologue. on fait les équipes : j'irai avec Cédric refaire un comptage à la grotte du Petit Lac à Besain car il y a des puits il faut être autonome. valbert nous accompagne. Trouver l'entrée est un peu laborieux elle est pourtant bien jolie. Cédric équipe et on apprends a faire de la spéléo en murmurant, sans faire claquer les mousquetons. Etrange et irréel. On compte une petite communauté de Grand Rinolophe juste à l'entrée, ils sont rassemblés en paté c'est charmant. Cédric nous dit qu'on peut compter 2000 individus par mètre carré. La y'en a juste 21 c'est un très petit pâté. On explore tous les coins de cette cavité vraiment jolie avec des spéléothèmes très variés. On compte au total 58 chauve souris petit et grand rinolophe, murin a oreilles échancrée, et deux autres espèces dont j'ai oublié le nom. On remonte les 3 puits s'aventure dans un boyau, on dirait qu'il y a encore des travaux ici, des traces de perfo et de fil électrique nous mène jusqu'à une tête de puits trop étroite pour continuer (et on a plus de matos, on a tous enlevé pour pouvoir se glisser). Jolie grotte donc. 

On sort a 15 h mangeons un sandwish face au lac de Besain, puis direction Miery (?) trouver le gouffre de la grande charogne; on ne trouve que celui de la petite charogne. Cédric équipe le P 18 depuis un arbre mais aimerait bien un autre amarrage en plus … discussion bricolage on trouve un vieux spit un peu plus bas qui ne sert à rien . Il tend une dev depuis un autre arbre, pas rassuré quand même et descend. Je la fera plus courte et éloignée de la paroi avec un simple cabestan réglable. 3 petits rinolophes nous attendent enveloppé dans leurs ailes violettes.  On rentre au gite, en se disant que le comptage est maigre, l'autre équipe qui nous précèdent accuse un comptage de SIX dans la journée et 5 grottes, quelle récolte !

Cedric est très disposé à faire une animation chauve-souris dès qu'on lui demande pour l'EDS.  Un comptage à l'envol, un diaporama etc. on se tient au courant.

Comptage Chauve souris à Besain samedi 16 février 2019
Comptage Chauve souris à Besain samedi 16 février 2019
Comptage Chauve souris à Besain samedi 16 février 2019
Comptage Chauve souris à Besain samedi 16 février 2019
Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 22:20
présents : Thierry V, Bruno, Thomas, Jean-Marie, VOL et Valbert  - l’aprem : Bernard en +
 
Je ne suis jamais allée au Replan alors c’est un grand jour pour moi ! J’emmène Valbert qui a du sacrifier une grasse matinée pour m'accompagner.
Quand Bruno évoque le burineur, il lève le doigt aussitôt et descend le premier. Bruno lui dit de s’arrêter à l’étroiture et de buriner les pavasses pour élargir. Mais le  gamin descend tout droit parce que fin comme il est, il a pas vu d’étroiture… Bon, Bruno le fait remonter à la voix et ce n’est pas aisé, parce qu’il n’a ni torse ni pédale ce petit inconscient. Valbert burine hardi petit pendant 30 minutes puis cède sa place pour que Bruno élargisse avec 4 trucs qu’on dit pas mais qu’on fait. En attendant que ça s’aère, on mange un tas de bonnes choses de la potée, du cassoulet, des lentilles… à raison d’une assiette pour deux, une fourchette chacun.  Du bon vin, du gâteau et le café que nous apporte Bernard. On est frigorifié en haut car il pleut des hallebardes et le vent est fort. On laisse Bernard aller buriner et on refait le monde avec vigueur autour d'un marc. Il remonte à 15 h 30 nous dire que bon, c’est large quoi. Bruno me dit d’aller voir jusqu’en bas la petite salle qu’il a déjà visité. Je descends avec Thomas. C’est une jolie salle bouchée par une grosse coulée d’argile, et en bas du puits un dôme de caillasses qui ont dégringolé pendant les travaux. 3 photos une vidéo. Thomas se prépare à remonter et je suis des griffures de petite bête (un loir ?) sur l’argile vers une cheminée sans suite. Y'a un trou sur le côté de la paroi droite. J’en ai vu un pareil en descendant le puits de 12 m qui communique avec le bas. Je mets un coup de lampe. Ha mais c’est profond ! 20 cm de diamètre. je jette un caillou bling blang clonk… PLOUF. Un beau gros PLOUF dans une énorme mare.
Je crie hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii alors Thomas crie Haaaaaaaaaaaaaa et on se congratule de joie et d’excitation : rivière trouvée. je marche sur la tête à Thomas pour remonter la première le dire aux copains qui bavardent sous la tente. Je crois que je suis énervée comme une puce. Allez hop faut descendre! tous en bas ! faut creuser hop hop hop ! je les fais tous descendre même Valbert qui avait laissé tomber le baudrier. Thierry reste prudemment en tête de puits quand même. On creuse en bas une bonne heure encore, vers une suite possible parallèle au petit conduit. Puis on remonte à 18 h30, il faudra revenir. Valbert est encore descendu sans son torse je lui file le mien à la condition qu’il me le jette après utilisation. 12 mètre plus haut,il a déjà oublié et sort… C’est Bernard qui me filera le sien. Fin de séance. On est répugnant de boue !
Valbert a adoré cette journée, bien plus que les sorties habituelles en spéléo. P’têt bien qu’il est plutôt comme Thierry :-) version tagliatelle.
 
VOL
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Bois du Replan, dimanche 10 février 2019
Partager cet article
Repost0