Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 07:45
Présent : TL, TV, JMJ, BD à partir de 13h30
 
Temps passé dans la boue : 4h30
 
Rendez-vous à 10h, café brioche (il n'y avait plus de croissant), discussions, puis les spéléos pas très motivés (Jean-Marie a toujours un peu mal au pied et Thierry s'est fait mal au dos) finissent par s'équiper. On est au fond et actif à midi.
 
Thierry fait trois papaye, tandis que Thomas évacue et Jean Marie stocke. Nanard arrive pour la quatrième papaye.
 
Thierry remonte pour un arrêt au stand, puis Jean-Marie trouvant le temps long remonte aussi. Nanard commence à creuser et fait une papaye pendant que Thierry revient, Jean Marie reste en surface.
 
Nanard refait encore une papapaye (trois pailles) puis on s'arrête. On est remonté avec le matériel vers 16h30. Tous très sales et mouillés surtout ceux qui sont allés creuser.
 
Progression de 1 m 50 à 2 m. On a le nez sur la lame qui gêne la progression. Après la galerie est rectiligne sur 5 m au moins, mais il faudra élargir un peu pour que tout le monde passe.
 
Par ailleurs, il faudrait que l'on cale une date pour aller à la Borne aux Cassots. TL ne peut pas les WE du 2 et 9 Août. TV dit que se sera difficile le WE du 15. Ceux qui veulent venir, communiquez vos possibilité par mail à TL.
 
Thomas LEBON
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 10:11
Rendez-vous pris à En Versenne, le 25/07/20, pour un portage et une plongée. TPST 8h00
 
Présents,
- les locaux : Thomas, Michel, Fred, Yohan, Coralie,
- les imports : Marlon, Frans, deux plongeurs Néerlandais de passage
- les régionaux : Gérald, Thierry, Pierre, Véro, Romain, Philippe (moi)
- les grenouilles : Christophe et Stéphane
 
Arrivés à 10h00, nous descendons le puits d’entrée à 11, à la queue leu leu.
En bas du puits de 20 mètres tout le monde pose baudrier et torse, les bouteilles sont réparties et très vite, Stéphane et Christophe partent.
Je glisse un mot à Véro : c’est parti ! Je démarre derrière le premier groupe et nous nous retrouvons déjà dispersés avec les deux grenouilles, Marlon, Frans et moi loin devant, les autres en écho lointain puis perdus dans le silence.
Au bout de 45 minutes, nous arrivons au lieu de mise des néoprènes pour ceux qui ont pris l’option 5mm. J’ai ma néoprene de 3mm, je regarde donc les contorsions épileptiques des compagnons, ravi de mon choix.
Dix minutes après, le reste du groupe nous rejoint.
Vero a compris, elle va coller aux basques les grenouilles sinon elle n’aura pas ses photos.
Je demande à Pierre de me suivre, c’est sa 3e sortie sous terre mais il se débrouille bien.
 
La deuxième partie commence par une contorsion qui se termine dans l’eau, fraîche, puis une avancée basse de plafond et le reste est relativement aquatique.
Le seau pétrifié signe la seule étroiture relative du parcours.
Le passage de la voûte mouillante est toujours d’une grande humidité, la boue qui lui succède réchauffe les corps.
S’en suit une progression sur le bord des gours, accroché aux arêtes, le tout se termine derrière un éboulis sur le siphon.
 
Il est boueux et la lumière rend un jaune brun peu engageant.
 
Les grenouilles fument, mangent, réfléchissent et plongent.
 
Je sors mes polaires de mon sac étanche mais elles ont été remplacées par deux serpillères trempées.
Je me contenterai de ma survie.
 
Nous mangeons, siestons mais très vite Christophe ressort, suivi de Stéphane : ils tournent en rond, ne voient rien,  s’emmêlent dans les fils plombés : rien ne va.
C’est demi tour mais d’abord ils débriefent à chaud.
 
Le retour sera d’un rythme moins enlevé, il faut dire que Christophe, qui porte d’habitude le rythme endiablé, est entiché de deux kits plombés.
 
Après le rhabillage, je lui prend un de ses deux kits et bon sang que c’est lourd deux kits. Et surtout c’est l’équilibre qui est compromis : à chaque pente il bascule en avant, en arrière, sur le côté et m’emmène.
Je suis content d’arriver au puits et plus encore à la voiture.
 
Louis semblait nous offrir l’apéritif mais non, c’était le préapéritif : nous avons terminé la soirée chez lui, à minuit et demi, après un excellent repas.
Les plongeurs reviendront, il faudra des porteurs : avis aux amateurs.
 
PAu
En Versenne, samedi 25 juillet 2020

Photo Romain Vénot

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 08:33
Présents : du SCV Véro + Philippe + VALBERT (le grand retour sous terre), Olivier Gallois et sa compagne, Romain Vénot et son voisin Gérald(?), Claude Paris du GSAM, Stéphane Guignard et Cathy des Nyctalopes
 
On a prévu de faire la traversée du Lançot puis de faire la java chez Romain pour un barbecue géant.
Le groupe se divise en deux : ceux qui prennent le chemin pour rejoindre le haut par la falaise, et ceux (Romain, Olivier, Clémence) qui restent dans le porche pour faire de la photo. Comme on est nombreux tout prend du temps et c'est Stéphane qui passe devant pour nous guider. On connait quelques mésaventures avec une roche qui se détache près de l'épaule de Stéphane et écrabouille la corde. Elle est tonchée, Steph rééquipe. L'arrivée dans la petite piscine est hilarante comme chaque fois, plus ou moins bien gérée. Évidemment je filme celui qui y arrive mais celui qui fait un grand splash plein dos je l'ai raté (c'était Gérald :-D)...  Valbert apprécie cette redécouverte de la spéléo et assure dans tous les cas, sans presque se tromper (j'ai blémi une fois sur un descendeur n'importe quoi au dessus du puits de 30 m). Steph équipe en canyon pour récuperer la corde.  On retrouve les copains dans le porche en passant la tête dans un nuage de frrfrrrr (des bêtes poilues avec des ailes). Nous rentrons à 21 h à Peseux pour retrouver Christophe Rognon qui rentre de Tunisie et son épouse. On regarde la comète et on refait le monde du dessus, du dessous et de plus loin
VOL
Le Lançot, dimanche 19 juillet 2020
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 11:54

Dès 11 H, initiation sur la partie entrainement avec les petits de 7 ans et 10 ans. Parcours bien adapté et la tyrolienne en récompense.

Puis c’est parti pour le parcours bleu. Tout le monde a apprécié, d’autant plus qu’il ne faisait pas trop chaud.

Je découvre qu’une tyrolienne sur le parcours rouge a été rajoutée (apparemment depuis 2 ans) ?

Nanard

Initiation avec famille et petits enfants à la via de Nans sous Sainte Anne, samedi 11 juillet 2020 
Initiation avec famille et petits enfants à la via de Nans sous Sainte Anne, samedi 11 juillet 2020 
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 11:49

Présents : Thomas L. ; Thierry V. ; Jean-Marie J. ; Nanard

Rendez-vous fixé à 14 H au sentier karstique de Neuvelle les Cromary. Les accès ont été réalisés le matin même par le responsable randonnée du secteur : Daniel Faivre. On entreprend le nettoyage annuel à l’intérieur des entourages des phénomènes karstiques. Deux débroussailleuses sont à l’œuvre ainsi que serpes et faux.

2 H 30 plus tard nous terminons les hostilités.

Les deux phénomènes qui demandent toujours le plus d’entretien, sont le « Creux sans nom » et l’entrée « de la traversée de l’Ermite ». Le « petit Creux Fiot » nécessite encore un nettoyage, mais limité.

Thierry en nettoyant la doline a trouvé un petit courant d’air contre paroi. Thomas n’a pas pu l’empêcher de creuser.

Nanard

Nettoyage des cavités du sentier karstique de Neuvelle les Cromary (70), samedi 4 juillet 2020
Nettoyage des cavités du sentier karstique de Neuvelle les Cromary (70), samedi 4 juillet 2020
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 08:56
Présents : Olivier Gallois et Benoit George du GSAM - Véro du SCV - Maïa du Samu de l’environnement (Bruno Haettel le président du Samu nous attend à la sortie)
 
18h30. Objectif de cette sortie, faire des prélèvements et des analyses d’eau pour le Samu de l’environnement dans le siphon de la grotte Andelnans 3. C’est un exercice pour moi qui doit apprendre à me servir du matériel d’analyse in situ. Pour l’instant je n’ai fait que des prélèvement en surface. je veux voir comment optimiser le matériel et l’analyse en milieu souterrain. Les mallettes étant énormes on ne les emmène pas sous terre , juste un bidon reconditionné pour les mesures immédiates. Maïa est avec moi pour une première découverte de la spéléo et vérifier que je fais bien. On arrive au fond bien boueux. La configuration du terrain est compliquée pour prélever sans troubler l’eau. Je dois faire de l’oppo au dessus de la vasque, crottée comme une souillon, si je ploufe tout est foutu. Gros stress ! On arrivera pas à mesurer l’oxygène dissous sur place on crée des bulles dans le flacon parce que c’est exigu et sale et bref, on n’y arrive pas. On fait le Ph et la conductivité et on remonte deux bidons de prélèvement pour le labo et pour les analyses en visiocolor sur place. Sortie du trou à 21 h , Benoit et Olivier qui nous ont accompagnés et aidés s’en vont, merci à eux ! On installe la table et les mallettes et on bossera avec Maïa et Bruno jusque 23 h 30 à la frontale. A part le taux de phosphates bien chargé il n’y a rien de bizarre mais c’est l’ingénieur qui interprétera l’ensemble des données récoltées. Pouif c’était bien compliqué !
Véro
Grotte Andelnans 3, mercredi 8 juillet 2020
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 14:40

Présents : Jean-Marie J. ; Thierry V. ; Nanard

Après le rendez-vous de 10 H et le toujours rituel café/croissants, on échange pas mal et on met vraiment du temps à se préparer. Thierry va faire un tour au fond pour mesurer la longueur de gaine nécessaire à couper, pour l’installer dans la baignoire d’entrée, afin d’évacuer l’eau vers l’aval. Puis des dijonnais, viennent nous rendre visite : Bernard Le Bian  (plongeur dijonnais) et sa femme. On échange pas mal, puis ils nous accompagnent jusqu’à l’entrée de la cavité.

Thierry travaille au perfo, pour pailler parois et plafond de la « petite salle ». Il avance de 2 mètres. Le secteur est plus spacieux. En une séance, on devrait être au niveau des deux lames verticales qui réduisent l’accès à la suite du méandre. Les déblais sont retirés. Un mur est aménagé avec Jean-Marie le long de la rive gauche, ce qui nous évite de ramener les cailloux vers l’extrême aval. On creuse et installe la gaine d’évacuation de l’eau de la baignoire, pour assécher partiellement le passage bas. Mais il faudra descendre le plafond pour faciliter l’accès avec les gros kits.

On ressort vers 17 H 30, pour déjeuner et déguster la bouteille de Montlouis sur Loire offerte par Ulric lors de notre réunion de club.

Nanard

Partager cet article
Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 18:16

Présents : Thierry G. ; Gege ; Thomas L. ; Thierry V. ; Nanard

 

Rendez-vous 10H sur place où Thierry G. nous attend avec son camping-car. Après le rituel café/croissants, on installe la ventilation et on prépare le burineur pour le fond.

Pendant que Thierry G. s’active à descendre le plafond du méandre au burineur, Thomas évacue les déblais.

J’en profite pour faire quelques photos sur l’amont du nouveau réseau avec l’aide de Thierry V.

Ensuite, nous évacuons avec Thierry V. les gravats sur la partie amont, au bac, en reconstituant un mur en rive gauche.

Thierry G. arrive jusqu’au petit élargissement, 5 mètres après le début du méandre, grâce au burineur. Jusque là, la galerie est facilement accessible et bien aménagée, mais on barbote dans une vasque de 30 cm d’eau. On arrête là, pour le repas de 15 H.

A l’issue du repas, les collègues vont faire un tour pour voir le petit effondrement situé à 200 m de là ; le vide s’est accentué certainement suite aux dernières pluies. Deux blaireaux y sont coincés. Les bords sont aménagés et des troncs installés pour permettre aux blaireaux de pouvoir sortir. Un blaireau assez jeune semble assez actif, alors que le plus vieux semble mal en point.

Thierry G. ; Gege et Thomas L. repartent vers 17 H.

Avec Thierry V. , on redescend au fond pour élargir la suite, mais devant la première baignoire qui nous permet d’accéder au nouveau réseau, nous nous attaquons à creuser une nouvelle rigole, qui permet de la  vider totalement. Fin de soirée, le cheminement se fera presque au sec.

On se réserve la suite du méandre pour la prochaine semaine. On ressort vers 20 H.

Nanard

Perte de Bougnon, dimanche 28 juin 2020

Les autres photos

Ajout à l'article ci-dessus concernant les blaireaux : 

 

J'ai été voir les blaireaux ce soir (lundi 29). Le grand est mort (je me demande s'il ne s'était pas blessé en tombant dans le trou), le petit n'a pas bougé. Je lui ai remis deux pommes en quartier, des bouts de pains et des fraises/cerises trouvées sur place.
 
Je pense y retourner demain soir vers 18h30 avec une pelle et une bêche pour aménager une pente douce. Mais je ne sais pas si cela suffira à le sauver. Je pense qu'il est trop jeune pour survivre seul.
 
Thomas LEBON
 
 Ce soir, mardi 30 juin, j'ai sorti (seul) le blaireau survivant du trou. Il est parti un peu boitant dans le sous bois. Je lui ai laissé des croquettes et de l'eau, plus le restant de pommes et de pain.
 
J'ai fait un escalier, parce qu'une rampe c'est plus long. Et j'ai enterré celui qui était mort.
 
Thomas LEBON
Perte de Bougnon, dimanche 28 juin 2020
Perte de Bougnon, dimanche 28 juin 2020
Partager cet article
Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 08:39

Participants : Tiphaine et Louis, JLG

Louis m'ayant proposé une sortie avec Tiphaine, j'avais accepté avec enthousiasme. Un peu avant 9 h, je passe donc les chercher à Besançon, et en route pour la combe de Malvaux. Louis avait prévu de faire le gouffre de la Crête de Malvaux, qu'il avait vu sur le topoguide "les belles du Doubs" tome 2. On se gare donc à l'endroit indiqué, on s'équipe et grâce à la description précise du topoguide, on trouve rapidement l'entrée après une sévère grimpette. Dans sa description, le topoguide indique : "Ce gouffre de type alpin débute par un méandre quelque peu étroit sur 10 m ..." Louis passe devant et trouve que c'est effectivement étroit. Je m'y engage quand même, et m'y coince. Je préfère renoncer et ressors. J'aurais certainement pu passer en enlevant la quincaillerie, mais bon, comme il y a une solution de rechange toute proche avec le gouffre de la Combe de Malvaux ... Tiphaine va jeter un œil jusqu'en haut du P7. Ils n'ont pas l'air trop déçus par mon renoncement...
Retour donc à la voiture, on refait les kits pour la Combe de Malvaux et on essaie de trouver l'entrée. Pas simple, et pourtant, j'y suis déjà venu 3 fois, et on a le gps et les bonnes coordonnées. La végétation a beaucoup poussé, des arbres sont tombés, on ne voit pas du tout l'entrée... (voir les dernières photos, de notre sortie de la cavité). On y arrive quand même. L'étroiture d'entrée ne me laisse passer qu'une fois débarrassé de mon matos (à la remontée aussi). Louis est devant, il équipera tout le trou. Le gouffre est bien humide, contrairement à mes précédentes visites, avec de petites cascatelles par endroit (dans la lame à franchir après le premier puits, dans le dernier puits, ...). On va jusqu'au dessus du dernier ressaut, qu'on ne descendra pas, pas envie d'aller patauger dans la boue du fond. Remontée sans problème, Louis déséquipe.

Au retour, je montre à Tiphaine et Louis l'entrée de la Baume du Mont, qu'ils ne connaissaient pas. Ayant des impératifs horaires, on n'y descendra pas.

JLG

Combe de Malvaux, jeudi 18 juin 2020
Partager cet article
Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 10:48
Grotte de la Malatière à Bournois avec Tiphaine, mon papa et LB 
 
Nous arrivons vers 15h30 sur le parking de la cavité. Une demi douzaine de voitures alsaciennes y est déjà stationnée. Le temps est maussade et se prête bien à la spéléologie. J'équipe l'entrée sur d'autres arbres que ceux occupés. En bas du puits nous entendons le groupe d'une dizaine de personnes et attendons la fin de leur remontée pour faciliter le croisement. Mon peu de souvenirs de cette grotte me permet d'être surpris plus d'une fois par les nombreuses concrétions et les courts passages techniques. Nous avons apprécié les dimensions et l'ornement de la galerie du métro et avons fait demi tour juste avant l'escalade du SCV. Le retour s'est bien passé, nous avons eu la chance de visiter par hasard plusieurs petites galeries délaissées à l'aller, toutes étant des culs de sacs... Nous sommes ressortis vers 21h éblouis par le soleil rasant.
Louis
La malatière, dimanche 14 juin 2020
Partager cet article
Repost0