Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 20:37

Participants : TV, BP, JMJ, BD, JLG
10h-20h

"On a marché sur la Lune"
 
7 gros kits bien lourds à mettre dans la fusée ! Normal, il fallait du carburant pour atteindre notre objectif du jour. Il y avait même un cubi de rouge et un litre de poire...
Pourtant, on a pas beaucoup consommé et le posé lunaire a bien eu lieu!
 
Beaucoup de matos donc, porté sur un petit km à travers bois sans sentier : avec la bouffe, les multiples accus, les perfos, les outils et une ventilation 12V etc. Jean Luc a même failli se perdre en suivant le mauvais thalweg. Il va falloir trouver un accès 4x4.
 
Le matin et après la pause déjeuner, c'est perçage, paillage, nettoyage. Il y a environ 1,50 m à élargir pour atteindre un premier palier à 3 m dessous. C'est ouvert vers 16h, assez facilement puisque tout part dans le puits. Le moins épais, Bruno, tente le passage pendant que Bernard plante les deux premiers spits en tête de puits ; ça passe à l'aise mais il faut purger partout et ca colle assez vite. Bruno récupère le matos pour équiper et ajoute un premier fractio puis un second vers -13 (le sol de la première salle est à -7). A cet endroit, c'est assez serré et un petit mikado inquiète un peu. Une longue séquence de purge se poursuit pendant une heure avant de poursuivre. Troisième spit juste dessous pour décaler la corde et le premier vrai puits spacieux se découvre.
NB : la petite perfo est top pour spiter, très légère et efficace. Idéale pour choisir un bon emplacement en hauteur, qu'il eut été impossible de faire à la main. Pour autant, avec l'argile récolté au dessus, c'est pas si facile de gérer l'équipement.
Vers -17, c'est propre et un palier oblige à un nouveau planté de spit. C'est une grosse diaclase étirée qui forme ce puits.
Je demande à Nanard  de rejoindre pour des photos mais ça passe pas après le premier mètre en haut.
Ce sera un posé lunaire en solo pour cette fois, au moins pour voir s'il y a une suite et la rivière ? Au début, les cailloux des travaux tombaient dans de l'eau mais il s'agissait en fait d'une grosse flaque au sol, qui s'est remplie au fur et à mesure du chantier.
 
On pose les pieds presque au centre de la base de la grande diaclase. Un rapide coup d'œil mais ça semble pincer des deux côtés, rien d'évident.
Cependant, une belle lucarne est visible en hauteur. L'escalade en oppo est facile. Il y a une diaclase parallèle derrière, plus petite.  Et un nouveau puits juste en face. Pas gros mais environ une dizaine de mètres. Pas de corde et plus d'amarrage, ce sera pour les suivants (un ou une svelte...). Pas d'eau en bas.
De l'autre côté, derrière un bloc/lame de 1,50 de haut, bingo, un courant d'air sortant d'un soupirail à sa base. C'est à angle droit, assez argileux et pas super gros. Je tente les pieds, il y a une pente derrière. Stop, en solo, c'est pas raisonnable. Retournement pour mettre la tête en bas et jeter un œil partiellement: c'est le début d'une galerie d'accès dans la bonne direction (le collecteur devrait se situer à une dizaine de mètres). Ca résonne fort et on entend des gouttes d'eau tomber à plusieurs endroits dans du volume. Pas de bruit de rivière, mais les niveaux sont hauts actuellement.
 
Remontée et déséquipement partiel, pour éviter d'abimer corde et amarrages lors des prochains travaux. Une seconde lucarne est découverte en hauteur, à +7m environ du sol. Il faudra penduler et aller voir, il y a un semblant de départ de galerie. C'est toutefois le point haut de la diaclase parallèle.
Aucune gêne pour sortir, mais il faudra à nouveau élargir deux passages pour calibrer XXXL.
Croquis joint pour un aperçu des lieux.
Ce sera pour dimanche prochain 10h, afin de poursuivre l'exploration. Enfin !!
Et Bravo pour le début de la désob, 7 m entièrement vidés au seau + un bel étayage avec une buse en acier.
 
Bruno
 
TNNP, dimanche 23 mai 2021
TNNP, dimanche 23 mai 2021
Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 18:18
TPST : 20 h Véro et Arnaud
12 h Philippe
 
à 7 h du matin Jean Marc RIAS nous a appelé pour être en préalerte. Puis Philippe a appelé Samuel Prost qui lui a dit :"viens à 13h à Malbrans pour faire la relève d’Eloi".
Du coup on part à deux voitures parce que Philippe consulte le lundi matin et on sent que ça va être long : c’est long.
On attend, on attend et des CT viennent chercher des spéléos : c’est jamais nous. On voit Arnaud et Didier Lamiraut (et tous les autres mais je n’énumère pas). Tout le monde finit par être parti à 18 h sauf Tiphaine et moi, trois papis usés par le Neuvon la veille, bref on voit bien qu’on est des roues de secours de troisième choix. Je vais au PC demander s'ils ne veulent pas des géniales photos du secours depuis le dessous de la terre ? Bingo. On fait une équipe photo de TROIS. Je suis chef d’équipe photo… avec Tiphaine et Patrick Barret mes modèles. On rigole mais l’essentiel c’est d’aller sous terre.
Le Vauvougier est technique comme je m’en souvenais bien. On rejoint le fond, embrasse les copains, Christophe Rognon qui fait tout péter a le visage blanc de poussière. D’ailleurs toute l’atmosphère est chargée de poudre de caillasse.
On voit Arnaud dans une civière : ha c’est un ESSAI civière pour voir comment passer une étroiture. Philippe est au fond dans un point chaud rouge très bien fait. il repart et Tiphaine le remplace à 23 h. Départ civière 23 h 30. Fabrice, la victime, est un spéléo aguerri et calme. Il a le bassin en camelote mais deux bras solides qu’il laisse dehors pour nous aider partout où c’est possible. Parfois ça passe vraiment pas. Faut redescendre le ressaut, refaire un point chaud pour Fabrice et les artificiers font péter. Et hop 3 heures de lag. On nous promet des spéléos  frais au petit matin. Je ne sais jamais sur quel pied danser, dès que je remonte pour être relevée on me dit mets toi la et attend la civière… je fais des photos et des vidéos, je suis un peu venue pour ça (c’était une excuse mais chut, en vrai je voulais juste brancarder). Bon lundi matin est bien entamé et je bosse à 10 h à Belfort avec une équipe riquiqui pour cause de congés de collègues. Le SSF appelle mon boss pour lui dire ben comptez pas sur elle. Ils se sont débrouillés tout seul. Je remonte enfin à 12 h 30 pour envoyer des photos et des vidéos à l’EST et griller France 3 qui n’a pas encore d’images, haha.
Bon je rentre à toute vitesse parce que les collègues, ils font mon boulot quand même, j’ai du m’arrêter dormir 20 min sur une aire d’autoroute je m’endormais au volant. Pas bien.
Fabrice a été évacué vers 15 h, il en avait vraiment marre depuis samedi 17h , le moment de l’accident. Un hélico l’a récupéré et emmené au CHU.
Véro
Vauvougier, secours spéléo, dimanche 9 et lundi 10 mai 2021
Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 16:31

Participants : Des spiteurs : Louise et Jean-Marc ; du GSML : Bouliche, Jean-Luc K, Thomas F, Thierry D, Arnaud ; du SCV : Véro, Philippe, Pascal, Bruno, Rodolphe, Rudy, Jean-Luc G

Au programme, le point chaud. On part du principe que, s'il y a un accident en Haute-Saône, le SSF du Doubs viendra nous prêter main forte. Mais, comme on est sur place et donc logiquement plus rapidement auprès du blessé, notre rôle va surtout être de sécuriser la victime et de la placer dans des conditions les plus confortables possibles en attendant sa médicalisation et son transport. Après le briefing de départ, on se rend sous le porche de la grotte pour installer le premier point chaud. Classique, cordelettes tendues et couvertures de survie. Arnaud joue la victime, et Philippe, médecin, nous donne les indications. On revoit la technique du mille-feuilles, et la nécessité d'organiser le matériel pour que le point chaud soit le plus propre possible. On grimpe ensuite dans la partie supérieure du porche pour un deuxième point chaud. Cette fois-ci, c'est Jean-Marc la victime, et on utilise du matériel apporté par JLK, ancienne chambre de tente, qui présente l'avantage d'être déjà montée, avec cordelettes et élastiques en place et donc de gagner du temps. C'est Pascal qui coordonne les déplacement de la victime. On utilise la civière souple. On revoit le mille-feuilles, et on met le blessé au chaud dans le duvet, avec chaussons et cagoule. On complète la tente par quelques couvertures de survie pour l'étanchéité et l'isolation thermique.

Une journaliste de l'Est nous a accompagnés ce matin, et Steph Guignard était sur place aussi, accompagnant 2 personnes dans la rivière.

Après le rangement du matériel, on se retrouve au dessus du porche, et on profite du beau temps pour un apéro offert par le CDS et un repas en commun.

En début d'après-midi, on décide de vérifier le matériel du SSF, et certains vont faire un tour dans la rivière, avec pas mal d'eau. 2 s'arrêtent au début de la rivière, 2 vont jusqu'à la cascade et 4 continuent plus loin.

 

Avec Jean-Marc, on va organiser fin mai début juin une séance technique en falaise (à Echenoz probablement) avec réchappe, autosecours,  techniques de progression verticale, ... Date à venir.

Baume de Gonvillars, exercice secours, samedi 8 mai 2021
Partager cet article
Repost0
6 mai 2021 4 06 /05 /mai /2021 08:01
Participants : Thierry, Bruno, Jean Marie, Bernard.
10h-17h
 
"Deux objectifs Lune"
Thierry et Jean Marie sont un peu usés, ils vont rester en surface. Ils sont un peu torturés par le TNNP, il restait quelques trous à faire pour passer...
 
Le ruisseau déborde légèrement, en phase décrue, mais l'eau file comme espéré dans le "trou à Nanard" situé à mi pente.
On a réussi à ne pas se mouiller avant ce point, c'est sec ensuite.
Le matin, Nanard attaque au burineur les deux demi-pailles de la veille et dégomme toute la colonne à gauche, + une coulée située juste après.
Rien ne sera évacué, tout descend dans le méandre.
 
Bruno prend le relais pour 3 trous en espérant ouvrir du premier coup. Mais le virage est plus long qu'entrevu. Décapage inutile au résultat, tout est propre. Il faut cependant repercer trois trous pour suivre une oblique descendante vers la rivière bien visible 2 m 50 en dessous. Au moins, le perçage s'effectue assis désormais, on a gagné de la place. Le demi-tour au fond est possible pour les gabarits pas trop épais, ouf.
Du coup, on sort manger vers 12 h 45 pour éviter la fumée. Sieste dans la voiture pour les deux fatigués, nous, on y retourne à 14h !
 
La rivière nous nargue, il reste un gros mètre pour l'atteindre. Le méandre file tout droit sur 5 mètres, hauteur 2 m très serrés en haut, plus large et pénétrable en bas. Un premier doublé à gauche puis trois trous de plus en demi- paille  pour claquer les multiples banquettes saillantes. Bruno passe limite mais n'insiste pas plus loin. Nanard avait essayé avant, sans franchir. Au bout, on voit le méandre repartir à gauche à angle droit!
Nous préférons repercer 4 trous pour des demi-pailles encore et ouvrir au bon gabarit. Ce sera le dernier acte pour aujourd'hui, on avait annoncé une sortie vers 16 h. Il est 16 h 10 et il faut sortir tout le matos (dont 5 accus) + les cordes et le bac....
 
Comme pour le TNNP, il faudra sauter dans la fusée la prochaine fois pour découvrir avec nous cette terra incognita.
 
Photos en plan serré des deux B:  première cascade, début méandre sup, méandre à droite en direction du fond, et le méandre final.
 
Ps : Rodolphe est passé le matin nous apporter un stock de bidons, merci !!
 
Bruno
Perte de la Dent, mercredi 5 mai 2021
Perte de la Dent, mercredi 5 mai 2021
Perte de la Dent, mercredi 5 mai 2021
Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 22:43
Thierry, Bruno, Jean Marie
10h-17h
Thierry et Jean Marie au tirage vidage dans la salle intermédiaire, Bruno au remplissage vers la baignoire.
10 bacs pour évacuer le dernier tir et les abords. Puis 4 pailles au plafond en sortie de baignoire. On sort grignoter pendant que ça décante.  Résultats impressionnants et très efficaces. Au moins 35/40 bacs de plus et tranchée sur deux mètres après le virage pour baisser le seuil. Pour finir et anticiper sur le lendemain, deux mini pailles tout au fond du méandre. Thierry est passé à l'aise dans la diaclase, en frottant à peine !
Déblayage demain puis pailles pour ouvrir et passer enfin.
Le ruisseau était très bas.
Bruno
Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 22:02
Participants :  Les 2 Th, J-m.
10h 19h
    Une fois de plus J-luc est au rendez-vous avec son 4x4/pas de corvée de portage ! Un seul tir et l'acharnement du blaireau bourguignon nous permettent de descendre, dans le remplissage et dans la fissure, d'un mètre. Après une inhabituelle courte pause, Th.G. nous quitte... bien fait pour lui !!! 15 minutes plus tard....Bingo, youppie, tralala et j'en passe ... Not' président m'annonce quelque" chose de pas clair". Le mot est faible ! Il s'agit d'un vide  sous nos pieds approchant les 20 m !!!
Faites de beaux rêves !
J-m.
T.N.N.P., lundi 3 mai 2021
T.N.N.P., lundi 3 mai 2021
Partager cet article
Repost0
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 21:06

Présent  : Jean-Marie J. ; Thierry V. ; Thomas L. ; Jean-Paul S. ; Rudy; Nanard

 9 H - 18 H 30

Rendez-vous sur site à 9 H 00 pour le traditionnel café/croissants.

Extraction des bacs pour vider la salle intermédiaire, pendant que Thierry s'affère au perfo sur le plafond de la baignoire. Les navettes vont bon train pour tout vider avant le départ de Jean-Paul et Rodolphe vers 13 H 30.

L'après-midi, on remet ça et on évacue les derniers tirs de Thierry. 

Il semble qu'il y ait un colmatage juste à la sortie de la baignoire, suite à la dernière crue.

Prochaine sortie, vider les  deniers déblais, aménager le talus après la baignoire et direction le fond !

 

Travaux lundi au T.N.N.P : Thierry V. - Jean-Marie J. - Thierry G.

Travaux mardi à la perte de la Dent : Thierry V. - Jean-Marie J. - Bruno P.

Travaux mercredi à la perte de la Dent : Thierry V. - Jean-Marie J. - Bruno P. - Nanard ?

 

Nanard

Partager cet article
Repost0
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 20:19

Participants : Josiane et Bernard Lips ; du GIPEK :  Jean-Pascal Grenier, Jean-Pierre Villegas, Jean-Luc Geral ; CPEPESC : Carole Simon et son stagiaire Emilien Brabant

3ème week-end guanobie RNR

On se retrouve au gîte au Fied le vendredi vers 18 h, Josiane et Bernard, Jean-Pascal, Jean-Pierre et moi. Très beau gîte, tout neuf et très fonctionnel. On attaque sur une collation, à base de produits locaux, avant de tester, à la demande de Josiane, une base de données bio du site Karsteau.

Le lendemain matin, triste temps, pluie et brouillard. On retrouve Carole et Emilien au parking au-dessus de la cavité à 10 h. En raison du temps humide, la grimpette jusqu’à la base du porche est très glissante. Installation d’une corde pour grimper dans le porche. Josiane, comme à son habitude, commence à prélever dans la zone d’entrée, avec Emilien. Les 5 autres partent pour le fond de la cavité. On passe rapidement dans la galerie du gypse pour éviter de trop déranger les colonies de chiroptères. Après un passage bas, on arrive dans la rivière, et premiers prélèvements : les spécialistes sont étonnés du grand nombre de crustacés (nyphargus ou gammares). On continue vers le fond, en faisant des prélèvements dans l’eau et sur les rives. Toujours autant de crustacés. Après le confluent et un nouveau passage très bas, on arrive à l’endroit où on s’arrête, là où il faudrait monter sur corde pour pouvoir continuer la progression. Retour rapide, avec quelques photos, et on retrouve Josiane et Emilien à l’entrée de la rivière.

Sortie vers 14 h 30 sous la pluie, on se dépêche de rejoindre le gîte pour le casse-croûte. Ensuite, sortie des binoculaires pour détermination des prélèvements. Repas (préparé par Jean-Pierre, poulet aux morilles, …) puis discussion et au lit.

Le lendemain matin, le ciel bleu aperçu par les lève-tôt ne dure pas et le brouillard et la pluie refont leur apparition. Suite de la détermination des prélèvements de la veille, collecte des photos des différents photographe, … jusque vers 13 h 30. Puis rangement du matériel, repas, nettoyage du gîte et chacun rentre chez soi vers 16 h.

Merci à Jean-Pascal pour l'organisation et le choix du gîte (très bien, quoique pas assez jurassien aux goûts de certains), à Jean-Pierre pour l'intendance (hummm, le poulet aux morilles ...) et à Josiane et Bernard Lips pour leur disponibilité, leurs compétences ... 

Prochain rendez-vous bio GIPEK prévu au même endroit, le week-end des 28 et 29 août. Si ce week-end du 1er mai était quasi confidentiel en raison de l’épidémie, le suivant devrait être plus largement ouvert à d’autres spéléos de la région.

JLG

Rivière de la Baume à Poligny, week-end GIPEK bio spéléo ; 30 avril, 1 et 2 mai 2021
Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 13:22

Présents : Jean-Luc G.; Jean-Paul S.; Thierry V.; Thomas L.; Nanard

9 h / 19 h

Après le rituel café/croissants, la photo collective avec les tee-shirt EDS et les échanges sur les demandes de subventions CDS, on se décide à entreprendre les travaux.

On en profite, alors qu'on est en renfort, pour vider la salle intermédiaire. La navette des bacs est lancée. Nanard en profite pour buriner les parois de la baignoire suite aux pailles précédentes.

Thierry prendra la relève au perfo pour remettre la section de galerie de la baignoire à son gabarit.

Jean-Luc et Jean-Paul partant à 12 H, on poursuit l'évacuation en binôme. Thierry toujours occupé au fond.

Après le repas de 14 H, on se retrouve plus qu'à 2 (TV et Nanard) ; on repart pour vider la baignoire suite aux travaux du matin et on stocke tout dans la salle intermédiaire.

En attendant le remplissage des bacs par Thierry, je creuse la paroi gauche de la galerie et met au jour une galerie inférieure parcourue (en crue) par le ruisseau. Diaclase propre et bien relavée par l'eau. Ça permettra certainement de pouvoir diriger le ruisseau dans ce vide lors de la prochaine crue et éviter l'embâclement de la baignoire.

Prochaine sortie : dimanche 2 mai - vider la salle intermédiaire et finaliser l'aménagement de la baignoire. "On en voit le bout".

Nanard

Perte de la Dent, dimanche 25 avril 2021
Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 08:05

Participants : Rudy et Rodolphe

10 h / 13 h 30

Rdv à 9 h, rituel des croissants. 
Légère appréhension car première sortie entre nous sans accompagnement.
A 10 h, nous sommes descendus. 
Encore une légère crainte de ne pas retrouver la sortie en progressant  dans les galeries, mais on a vite remarqué que c'était repéré.  On est allé jusqu'au bout de la Furieuse, puis à la salle du Bar Tabac où l'on a fait une petite pause et en raison de l'heure, demi tour pour sortie vers 13 h 30. 
Nous sommes pressés d y retourner pour  aller plus loin dans les galeries.
Rodolphe 
Le Chaland, samedi 24 avril 2021
Partager cet article
Repost0