Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 08:43
Participants : PAU du SCV70, Fred, Stéphane, Christophe, Michel, Louis, Gabriel, Denis, Emeline, Coralie
TPST deux fois deux heures.
TPAT 3 heures (temps passé à table)
C'est une sortie d'ancien combattants : Stéphane Guignard et Christophe Rognon viennent rechercher des bouteilles laissées sur place il y a dix ans et finir l'exploration qu'ils devaient alors finir quinze jours plus tard.
C'est avec un peu de retard qu'ils réalisent leur résolution: revenir topographier le post siphon.
Nous sommes 9 adultes et une collégienne campés à 10h30 à côté du bosquet où habite la doline.
Chacun a un kit de matériel, la cavité a été équipée une heure avant par Louis et Michel.
Ils nous parlent de voûte mouillante et la nécessité d'avoir une néoprène, sujet balayé d'un revers de main par Christophe, revient sur le tapis tandis que nous nous habillons en regardant Steph et Christophe mettre les leur.
Fred passe en premier, je le suis. Chacun porte un kit et la descente à pousser cette masse dans la boue et les aspérités me laisse déjà à penser que la montée ne sera pas du bonheur.
La cavité commence par une boite aux lettres, puis ce sont les boyaux qui s'enchaînent interrompus ça et là d'un ressaut court. Les ressauts deviennent plus conséquents et sont équipés. Le tout se termine sur un puits de 13 mètres, plus haute verticale qui donne la satisfaction d'un moment de déploiement du corps entier dans ce petit pays.
L'arrivée se fait dans une mare et est suivie de la fameuse voûte mouillante sur main droite. Fred voit au-dessus en face une ouverture, il s'y engouffre avec son kit, progresse, je le suis. Une cheminée semble monter très haut parallèlement à notre trajet : une deuxième entrée? Rien ne va vers le bas sinon.
Fred passe la voûte mouillante et me demande d'attendre tandis qu'il écope. Stéph nous rejoint, hausse les épaules et grimpe dans un trou au plafond qui permet de contourner la voûte : "je me souvenais qu'il y avait moyen d'y échapper" dit-il…
C'est reparti pour quelques contorsions glaiseuses, le lit de l'actif apparaît nous y marchons jusqu'au siphon.
Christophe constate que sa bouteille d'oxygène est… vide. Il bricole avec l'ancienne laissée dix ans avant et qui contient encore 250 bar. Ils ne sont pas motivés nos batraciens. Ils finissent par se glisser dans la glaise avec la consigne de sortir dans deux heures.
Il fait froid, nous sommes mouillés, il y a des kits à monter, il est 13h.
Nous remontons avec des kits, Fred, Gaby, Louis et moi. Fred double tout le monde et sort le premier. Je reste derrière Coralie qui est parfois en difficulté. Nous sortons tous, mangeons et retournons rapidement sous terre.
Retour rapide, Fred me largue toutes les 3 étroitures et m'attend patiemment après.
Nous rejoignons le siphon alors que Steph et Christophe finissent de ranger leurs kits.
7 kits, nous sommes quatre… Hop, c'est parti. Nous retrouvons nos comparses avant d'arriver au puits, ils sont 4 et nous aident à passer les kits. Au puits, Fred disparaît devant avec un kit. Nous jouons collectif et restons groupés pour une progression lente avec les kits dans ces espaces réduits : tirer, pousser. Christophe déséquipe et ajoute un kit.
Il est 17h quand nous sortons sous la pluie : les nuages d'orage se sont déchirés et tentent vainement de diluer la glaise qui nous couvre.
Louis qui habite à Fontenelle, à 300 mètres, nous invite sous son préau pour les bières puis dans sa maison pour faire bombance d'une soupe chaude, de charcuteries, de fromage et d'histoires de chasse.
A 20h00 le groupe se disperse après un bon moment.
Un trou de chiotte mais des bons copains.
PAu
Partager cet article
Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 08:41
participants : VOL, PAU, Lydie, Sophie, Benoit, Mathieu
TPST : 3 h
La famille Auriol est venue de Saintes visiter les lointaines terres Nordiques : ils ont fait le dessus d'abord, nous avons proposés les dessous ensuite. C'est ainsi que nous nous retrouvons au sommet de la baume de Gonvillars. Chacun enfile plus ou moins facilement sa tenue, le stress des nouveaux est palpable : ils redoutent les verticales et nos propos ne les rassurent en rien.
Nous descendons à la queue leu leu, Véro en tête et Philippe en queue. Rampage jusqu'aux salles blanches, glissades au retour : la pauvre escalade de deux mètres de corde peut parfois sembler un obstacle insurmontable pour certains et leur fierté est immense de l'avoir montée ET descendue sans heurt.
Nous partons en promenade dans l'actif, Benoit le collégien gambade avec Véronique et pose mille question dont il n'écoute aucune des réponses : il est heureux et très à l'aise. Les trois autres, prudents, sont contents aussi mais prudents.
C'est au sortir de la baume que leur sourire témoignera de leur satisfaction : ils sont descendus sous terre, y ont vécu et sont étonnement là, vivants, sous le soleil : la vie est belle.
PAu
Partager cet article
Repost0
8 août 2019 4 08 /08 /août /2019 20:53

Participants : TV, BD, JLG

10 h 30/18 h 30

Retour sur cette perte, signalée par Mathieu, qui avait été vue par Nanard en 2012. Il avait commencé à la déboucher (voir article du 30.07.12). On se retrouve à la source des Ermites sur le sentier karstique de Neuvelle les Cromary. On charge la matériel nécessaire, les glaciaires, ... dans le 4x4 et on essaie de trouver le trou, Nanard et Thierry à pieds et moi en auto. Après quelques hésitations, on y est. Il s'avère qu'il sera plus simple et moins long pour la suite de passer par "la glacière" . Suivre le chemin en stabilisé jusqu'à la sommière perpendiculaire, prendre à droite puis la première ligne à gauche entre les coupes 1 et 3.  Suivre ce layon sur 330 m, et, au point le plus bas, le trou se situe à 10 m à droite du chemin (voir plan d'accès).  

Nanard commence par enlever les feuilles et les branchages qui obstruent le trou, puis enlève les gros bouts de bois qui avaient été mis en place pour protéger ce qui avait déjà été creusé. La perte est étroite, on voit environ 4 m plus bas, mais c'est pour le moment impénétrable. Thierry se met à la manœuvre, relayé par Nanard (personnellement, je vide les seaux, empile les pierres, passe les différents outils, ...), avec perfo, pailles, burin, marteau, barre à mines, ... A la fin de la journée, on est descendu de 4 m, et on peut maintenant voir la suite : sous l'arrivée de la perte, se trouve l'ancienne perte. A sa gauche, le début du méandre de la suite, mais pour le moment trop étroit. Il sera vraisemblablement possible de creuser. 

Pour la prochaine séance, il faudra commencer par enlever les cailloux tombés pendant les travaux, supprimer le reste de la lame rocheuse en bas de la perte pour pouvoir se placer face au méandre et pouvoir y travailler plus facilement. 

JLG

Gouffre du Bois des Vaudots, jeudi 8 août 2019
Partager cet article
Repost0
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 07:59
Présents : TL, BD, TV
Temps passé dans la merde : 4 h
 
Pour commencer, un message de notre président : "Bruno, arrête de boire !" 
C'était un message de notre président.
 
Le matin (10h45), Thierry part en reconnaissance pour voir où faire tirer, et je dois descendre ensuite pour lui passer les outils. Mais il ne m'appelle pas et fait tout au marteau. Pour s'occuper, Nanard et moi en profitons pour trier les cailloux et la terre autour du trou, le but étant de remblayer autour des buses avec les cailloux, et de mettre la terre à la fin pour reconstituer la prairie.
 
A 12h45 Thierry remonte difficilement (ça glisse), tout marron et très déprimé. Il n'y a pas de départ latéral vers une autre galerie, mais un puits parallèle à 2/3 m du premier, qui doit retomber dans la salle du lac. Et pour lui, c'est le trou le plus merdique (dans le sens paquets de d'argile sur les parois) qu'il ait jamais fait.
Du coup il reste une demi-heure en haut à réfléchir à la suite avant que l'on aille tous manger. Après manger, on reste tous à réfléchir à l'ombre presque une heure (voir photo).
 
Finalement, on retourne quand même dans le trou vers 4 h. Thierry et Nanard descendent pour vérifier où arrive le deuxième puits, je reste en surface à trier les cailloux. Vers 18h30 ils remontent, difficilement, avec le plan de bataille suivant dans l'optique d'une plongée des siphons :
    - le deuxième puits arrive bien dans le plafond de la salle, après l'étroiture au bas du premier puits.
    - plus de cordes, ça glisse trop, faut prévoir des échelles.
    - le deuxième puits est un peu étroit, et il faudrait l'élargir si on veut descendre dedans, mais il a le gros avantage de ne pas avoir de trémie juste au dessus, donc il faudrait l'aménager et l'emprunter si on descend, pour raison de sécurité.  
    - le premier puits serait quand même à aménager pour pouvoir y faire descendre le matériel directement depuis la surface.
    - il faut finir de combler en surface avec des cailloux (une vingtaine de brouettes depuis un murger proche), mettre en place la dalle avec la grille, puis terminer avec la terre.
 
Thierry prévoit aussi de mettre en place des barres pour les pieds au niveau de la dev'. Il y retournera sans doute cette semaine.
 
Thomas LEBON
Creux Breuillot, dimanche 4 août 2019
Partager cet article
Repost0
3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 23:28
Présents : VOL PAU et Valbert, Romain Vénot, Fred Martin
TPST : 3h30
 
Pas souvent que j’ai un week-end de libre aussi ce samedi, direction Chauveroche pour voir le fond et nager dans les baquets d’eau froides. On emmène le « petit » qui rouspète qu’il n’aime pas la speleo blablabla. Il n’aime pas sortir de son lit le matin et grogne et grommelle c’est tout, ensuite il est terriblement sympa. 
Deux stratégies sur le parking : mettre la neoprène de suite et la nouer autour de la taille pour gravir le dénivelé jusqu’à l’entrée (moi). mettre la neoprène dans un sac et monter en short (les autres). Je suis ok avec mon choix en arrivant en haut, les autres aussi. Les garçons s’habillent. Déclic de Philippe : « Romain ta voiture n’est pas très bien garée en bas, et il y a des bûcherons »… Redescendre avec une semi étanche et remonter ? heuuuu. Gros désespoir. Fred bon prince, enlève le haut de sa combi et repart déplacer la voiture. On rentre dans la cavité à 11 h30. J’ai signalé à Romain qu’il y avait un petit trou à la fermeture de sa combinaison sur l’épaule. On marche d’un bon pas c’est chouette. Valbert file comme une hirondelle aquatique. Quand on entend un grand HAAAAA, on sait que la fermeture éclair de la combi de Romain a totalement lâché…. La progression devient soudain glaciale. On mange un truc et on fait demi tour. Séance photo obligée nous sommes avec Romain ! Fred fait modèle  parce qu’il a des bras en couleurs, Valbert porte flash, de l’eau jusqu’au menton pendant au moins 2 heures :-). Philippe et moi on encourage, applaudit, etc. 
On file avec Valbert après les premières photos avant que ça recommence. J’adore être sous terre avec mon gamin. Au retour on croise deux Anglais qui viennent faire aussi de la photo. Fuyons !
Sortie au soleil, pique-nique sur l’herbe douce, on refait le monde , la fédé, la vie et plus encore. 
Vero
photos Romain Vénot. 
Chauveroche, samedi 3 août 2019
Chauveroche, samedi 3 août 2019
Partager cet article
Repost0
3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 07:17

Présents : Véronique Olivier, Thierry Vircondelet, Détouillon Bernard, Philippe Auriol, Valbert Lamboley, Thomas Lebon, Jean-Luc Géral
Excusés : Théo Marcot, Antoine Belin, Jean-Marie Josso

 

Suite au séjour de l'ascension à Trécouvieux :

Le propriétaire du gîte, toujours à la recherche de l’aven qui se trouve sur sa propriété (on en avait déjà discuté avec lui, il y a deux ans), nous invite à venir creuser dans sa cour, suite à nos recherches aux baguettes (on pense avoir trouvé …). Un séjour à la Toussaint sera envisagé, avec JLK et ses baguettes en confirmation. A voir.

 

 Breuillot 1 :

Le trou est ouvert, busé, équipé jusqu’au fond, mais il reste étroit et très gras, surtout le fond. On va essayer de nettoyer et équiper ça pour que tout soit prêt pour le 19 août, jour où l’exploration aura lieu.

 

Décès Sylvain

Le club et le CDS envisagent de demander à la commune de Quincey de nommer une nouvelle rue du village « rue Sylvain Redoutey », en souvenir du travail qu’il a réalisé pour la connaissance du réseau Frais-Puits/Champdamoy. Un avis sera demandé à Daniel Sassi, avant de contacter la commune.

 

Sorties en juin/juillet :

*16/06 : Orcières, enfants de Minjoz : TV, JMJ, BD, TL, LB, Lisa, Fanny, Hugo, JLG

*22/06 : Chaland, EDS, radiolocalisation : du SCV : TV, JMJ, TL, BD, Leny, Hugo + DG, JLK, AM

*23/06 : Breuillot, travaux : TV, J-M J, BP

*26/06 : SK de Neuvelle, nettoyage : BD, JMJ, JLG

*14/07 : Breuillot, travaux : TG, TV, J-M J

*19/07 : Breuillot, travaux : TV, BD, JMJ, JLG
*26/07 : Neuvelle lès Cromary : balade découverte SK avec OT : BD

*28/07 : Breuillot, travaux : TV, BD, JMJ, BP

*28/07 : Trou du Bouc, EDS : du SCV : Antoine, Théo, JLG + AM, JLK

*29/07 : gouffre du Pont d’Echelotte, initiation : Théo, Antoine, BD, JMJ, PB, JLG + AM

 

 Prochaines Sorties :

Jusqu’au 19 août : travaux d’aménagement au Breuillot

Chauveroche : 3 août

Gonvillars : 8 août

Avant fin août rivière de Vuillafans
Le 19.08 : exploration creux Breuillot
Rappel : 5 et 6 octobre : JNS à Gonvillars

 

Merci à Nanard pour le barbecue, le feu, les tables et bancs, …

 

Prochaine réunion le vendredi 6 septembre à   ??,

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 19:34

Participants : du GSML : AM, du SCV : TM, AB, JMJ, PB, BD, JLG

TPST : 4 h

 Suite de l'initiation à l'équipement pour Antoine, qui a équipé le premier puits et déséquipé les 1er et 2ème puits, et pour Théo qui a équipé le 2ème puits et déséquipé le 3ème, sous le contrôle d'Arnaud, qui a aussi équipé le 3ème puits. Suite également de l'initiation de Pascal à la progression verticale. Les plus jeunes ont essayé le méandre terminal, mais ils ont renoncé, l'ayant trouvé trop étroit.

La sortie s'est bien passée, et on était content de trouver du soleil à la sortie, ça changeait d'hier.

JLG

19.07.29_gouffre du Pont d'Echelotte
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 23:09

Sortie EDS au trou du Bouc

Voir le CR sur le blog de l'EDS 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 22:59
Participants : TV, BD, JMJ, Bruno
11 h 30 / 18 h
Vu les précipitations plus importantes et plus longues qu'annoncées, la prudence nous dirige vers le Breuillot plutôt qu'une visite de Cerre avec les jeunes de l'EDS.
Bien nous en a pris !
 
Une brouette de béton pour sceller les buses et nous en posons assez facilement 8 avant la pause. Le tout sous des averses continues. Le cadre en bois du haut est retiré. Puis remblai partiel avec les pierres ayant été sorties. 2 autres seront posées après la descente prévue.
 
Bruno équipe, suivi par Nanard. Les mousquetons d'amarrage sont restés en place, une sangle pour le déviateur et nous sommes rapidement au fond. Le puits n'est pas si étroit qu'attendu, mais la descente est déjà bien collante. IL faut "nettoyer" le plus gros, mais c'est déjà un euphémisme. Le pire sera plus loin. Le puits est moins profond qu'annoncé par les anciens, environ 8 m au lieu de 15. Un passage serré et argileux au sol mène dans la salle 3 m plus bas. Débutant par un vaste talus d'argile pentu, dans lequel les bottes enfoncent à moitié, la "salle" mesure environ 12x4 et 6/7 m de haut. Une trace du niveau d'eau habituel est visible à +4 m par rapport au niveau du jour. Les anciens ont donc dû effectivement arriver sur un beau plan d'eau peu après le bas du puits. Descendre un bateau ici pour aller voir derrière une lame la suite possible, chapeau !! Mais il y a une paroi à peine 2 m plus loin, non visible depuis la berge à l'époque...
Le niveau du jour étant donc très bas, nous découvrons à gauche un affluent actif vers -2 sous le niveau marqué. Il n'était pas mentionné en 1953, donc sous l'eau.
C'est une galerie démarrant 1x1, siphonnante 3 m plus loin, et  pleine de niphargus et cloportes. Avec un outil pour descendre le seuil de boue, on pourra facilement la vider, et trouver un peu de galerie derrière peut être? Il y a presque 2 m de pente pour rejoindre le "lac".
Ce lac 5x5m est superbe ( voir photos), belle eau claire et siphon 2x2 partant à droite dessous. Vierge bien entendu. En face, au dessus de l'eau, seul le sommet d'une belle cheminée de 8/9m n'est pas visible. On sent un peu d'air au passage serré en bas du puits. C'est à la sortie que l'on constate la "propreté" du trou : jamais une corde n'a été remontée aussi lourde...Et il a fallu appuyer sur les gâchettes des bloqueurs à chaque brassée pour qu'ils fonctionnent. Ce n'est pas encore le collecteur tant rêvé. C'est pas gagné, mais nous n'avons pas dit notre dernier mot...
A suivre.
L'entrée autour des buses doit être encore remblayée complètement ( plus assez de cailloux?), et un coffrage d'accès réalisé + grille. Hervé a déposé 1,5 tonne de sable. Thierry et JMJ vont gérer du 5 au 10 août. Si vous avez un créneau pour aider, contacter Thierry ou Papy merci.
 
PS: Nanard ayant un peu forcé sur les rillettes et le fromage de Langres avant de descendre, le passage retour entre la salle et la base du puits a posé problème. Pas de prises de pied, presque rien pour les mains, de l'argile partout. Un bout d'échelle de 3 m sera à descendre la prochaine fois pour faciliter ce passage un peu pénible.
Visite de JL avec les jeunes de l'EDS, en fin d'après midi.
Bruno.
 
19.07.28_Creux_Breuillot
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2019 5 19 /07 /juillet /2019 20:52

Participants : TV, BD, JMJ, JLG

13 h 30 / 18 h 30

Pose de la première buse : Not' président à vie est au fond au début pour préparer la mise en place, puis ressort pour aider à la descente de la première buse. Ensuite, il redescend et c'est parti : du béton ! des cailloux ! des petits ! des gros ! et les trois esclaves en surfacent exécutent les ordres. Heureusement, au bout d'un moment, il se rend compte que ça ne va pas aller et décide de repartir chez lui chercher un morceau de ferraille pour caler la buse. Pour les esclaves, c'est la pause, allongés dans l'herbe en buvant une bière... pendant une demi-heure.
A son retour, c'est reparti de plus belle, et à 18 h, après 5 brouettes bien remplies, il décide que c'est bon ! Il ne reste plus qu'à laisser sécher et attendre la livraison des buses suivantes (Hervé, si tu nous entend ...).

JLG

Creux Breuillot, vendredi 19 juillet 2019son
Partager cet article
Repost0