Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 08:50
Participants : Bruno et Louis du SCV, Thomas jounin du GSAM, Sophie, Joël, Christophe et Paul des spiteurs fous Besancon
10h00/16h30h, selon remontée échelonnée.

Trois équipes sont formées :

-Sophie et Thomas pour une coloration à la rhodamine (?) et des photos, dans le fossile de -200 et la perte derrière le lac. Ils remonteront les premiers.

Plusieurs capteurs du  GIPEK sont déja en place dans les sorties ciblées, dont Gouron est la principale attendue.

- Christophe et Joël dans l'actif propre avec des pailles. Ils élargissent tous les passages étroits pour atteindre à nouveau le fond, atteint seulement 2 fois( catégorie - 50 kg, moins de 1,60 m)... Le chantier doit être vers -220, et il reste encore 25/30 m.

- Bruno, Louis, Paul dans le chantier étroit et argileux tout au bout, à -225. Après avoir dégagé les morceaux du chantier précédent, Paul tente la descente dans un conduit très incliné, au sol gluant.

Il coince 4 m plus bas, pieds devant. Après deux croisements serrés dans le boyau pour permuter, je tente également le passage pieds en avant. A l'inverse, on ne ressortirait pas...Egalité, mais j'arrive à tourner le casque pour voir un dernier passage bas et plat sur 1 gros mètre, avec une belle amorce de vide derrière et de l'écho. Il manque 20 cm en hauteur pour passer tranquille.
Donc, 2 perçages en diamètre 10, mèches de 600 et de 1000 mm !! C'est long, ça vide l'accu 18V et un trou est incomplet à 900 environ. Deux trous en 600 suffisaient, mais j'ai pas dû bien écouter les consignes... Puis on remonte gérer au dessus du P19, impossible en bas.
Petit tour dans l'actif pour visiter et échanger avec l'autre équipe. Problème, en pleine coloration, on se fait repeindre dans les deux sens lors du passage en bas d'un puits. C'est très joli, belle roche blanche et belles formes de corrosion. Mais c'est rouge violet partout. Un affluent au débit 10 fois supérieur arrive dans la zone du jour. Ce sera également un objectif à agrandir pour eux. Au moins, il y a pas mal d'air dans cette branche.
Photos par Louis au départ de l'actif vers - 200 et dans l'actif plus bas. Non, nous n'avons pas égorgé 50 cochons au fond ni vu d'accident de camion citerne avec jus de betterave en surface. Impressionnant néanmoins.
Bruno
Gouffre de la Légarde ( Hautepierre, 25) vendredi 29 avril 2022
Gouffre de la Légarde ( Hautepierre, 25) vendredi 29 avril 2022
Gouffre de la Légarde ( Hautepierre, 25) vendredi 29 avril 2022
Partager cet article
Repost0
28 avril 2022 4 28 /04 /avril /2022 15:48
Participants : Bruno, Sarah, Thierry, + Gege et Lucas.
10h30/17h.
C'est le retour de l'enfant prodige ! Le dijonnais est chaud patate pour aller sous terre.
Après les agapes habituelles sous le soleil, nous plongeons dans la buse pour un premier round.
3 pailles lui donnent un os à ronger au gros marteau. Insuffisant pour son seul bras gauche valide, il faudra deux mini pailles pour morceler le bout de paroi tombé.
On évacue tout dans la cheminée, 3 grands trous de plus dans la foulée et on ressort illico manger au sec vers 13h30.
Malgré une table bien garnie, le fox a montré qu'il en avait encore sous la langue. Nettoyage complet du plateau !

Forces reprises, Thierry offre un aller retour à Lucas ( son  petit "chtiot" de 4 ans) dans la buse, bien harnaché dans un baudrier. Heureux pour la journée et même plus.

Pendant ce temps, un gros tas de blocs est propulsé du fond vers le milieu du méandre. Et l'on termine par 2+4 trous pour accentuer la largeur de la zone de travail.
Tout est propre au fond pour continuer. Pour se soulager grandement des évacuations de plus en plus éloignées, il est possible de continuer à agrandir en laissant 1 m de méandre à remplir. C'est même légèrement plus large en hauteur. Et plus facile à percer. Par ailleurs, il reste probablement quelques morceaux fissurés en hauteur au fond, à tester maintenant que c'est large.
On a jeté un œil sur la suite visible : tout droit sur 5-6 m au moins. Une belle coulée type draperie à 3 m puis d'autres derrière. Mais pas d'élargissement visible dans l'axe. Peut être une arrivée de cheminée au plafond ??

Prochaine sortie dimanche aux fèves, poursuite désobstruction

Prévus : Thierry et Jean marie, 10h.
Bruno
Gouffre des Fèves, mercredi 27 avril 2022
Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 09:06

Participants : Thierry, JM, Thomas, Sarah et Rodolphe qui vient nous rendre visite mais qui ne pourra pas rester pour cause d'un genoux plus que défectueux. " On sait bien que les spéléos sont souvent sur les rotules !"

 

Rodolphe croise de drôles de spécimens sur la route, deux joyeux lurons sont arrêtés au bord de la nationale pour prospecter dans les falaises fraîchement mise au jour par les travaux. Il ne fut pas tellement surpris de reconnaître là, Thierry et JM qui arrivent donc avec « un peu » de retard. « Il faudrait un bout de nouille pour aller voir ce fameux trou visible depuis la route »

Comme à leur habitude, les autochtones festoient un peu avant de passer aux hostilités.

Après le comble du spéléo qui a oublié son descendeur signé par JM, on se retrouve à quatre dans la cheminée où gisent déjà les vestiges d'une lutte acharnée.

Thierry part au fond avec le perfo, on fait tous la chaîne pour passer le matos, et préparer les pailles. On attaque le long virage qui part à gauche mais les premiers tirs ne remportent pas un franc succès, ça fracture  mais ça ne tombe pas vraiment malgré les assauts du marteau et de la barre à mine.

On ressort quand même quelques cailloux et Thierry refait trois trous à bout de bras... Sans doute les trois trous de trop pour cette fracture qui finit par céder et emporter avec elle une quantité de roche conséquente.

Manque de bol une grande paille a fumé et l'air devient irrespirable, ce qui nous force à attendre 30 min dans le méandre d’entrée avant d'aller évacuer tous les blocs qui nécessitent souvent d'être recassés. Pour ça, pas de panique, nous avons l'homo spelaeus par excellence qui ne pense qu'à une chose « casser cailloux » Des bruits gutturaux se font entendre au fond du méandre, Thierry a du perdre un des deux neurones qui lui restait dans ce nuage toxique.

De bras en bras, la cheminée change encore une fois de profil, plus de boue au sol, plus d'eau, juste des cailloux empilés et instables qui offrent également le confort d'un fauteuil, certes rustique, mais fort appréciable ! Le dernier tir viendra à bout du virage à gauche et de nous aussi ! Le ratio roche/paille est largement pulvérisé dans ce bouquet final.  Les cailloux ne cessent d'arriver et on se demande bien si cette mine de rien se finira un jour.

Au moment de partir Thierry ne veut plus sortir de son allé présidentielle, son instinct d'homo spelaeus le tiraille entre « bière et première », il cherche à voir après ce fameux virage qui ne le laisse pas passer ! Casque en main je pars voir à mon tour et  me glisse tant bien que mal un peu plus loin. Ma tête passe tout juste dans le virage mais ma cage thoracique déjà bien comprimé ne peut plus avancer. Je peux juste voir le méandre qui file tout droit sur 4/5mètres avant de repartir à droite en me barrant la vue. Pas de gros élargissement en perspective, mais ça change un peu de profil en devenant beaucoup moins sinueux sur cette portion. Il est clair que la fumée ne vient jamais par ici et repart toujours en direction de la sortie avec plus ou moins de rapidité selon la météo.

Nous ressortons bien pourris vers les 18 h, après l'effort, c'est le réconfort, des habits secs, des kilos de boue en moins et un bon gueuleton à l'abri de la pluie sous le coffre de Thierry, façon spéléo !

Prochaine session : Ce mercredi aux Fèves : Bruno, Sarah et peut être Thierry Gille

                                Ce dimanche aux fèves : JM, Thierry et ??

« L’évacuation des blocs va devenir compliquée à deux, L’idéal serait d’être 3 ou 4 à chaque fois. Il nous faudra également un plan B pour les stocker si le méandre se poursuit ainsi encore longtemps . »

                                                  Sarah

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 15:31
Participants : JM Rias, Pascal Bresson, 4 lyonnais
TPST 6h
 
JMarc m'avait informé d'une sortie à Pourpevelle avec 4 de ses amis lyonnais. RDV à 12 h devant le gouffre. Equipement néoprène, quelques puits et après une partie magnifique aquatique, des passages en opposition.... une très belle sortie.
Pascal
Partager cet article
Repost0
21 avril 2022 4 21 /04 /avril /2022 09:23
Présents :Bruno et Sarah
10h30/17h30
Sarah est toute guillerette de retourner sous terre après son périple " cailloux" dans les Alpes.
Pour reprendre le rythme, nous taillons les parois du méandre "à Nanard", un aval situé sous la buse. En 4 pailles et quelques trous supplémentaires qui ont traversé, ça passe. Bon, ça frotte encore un peu pour nous, les autres n'iront pas de toutes façons. Derrière le passage coudé, c'est un petit volume arrondi, dans lequel on se tient largement debout. Un "haut de plafond" sans suite évidente, rempli " ras la gueule" d'argile des deux côtés. Il nous rapproche encore du fossile perché trouvé après escalade dans la cheminée du méandre aval. Environ 6 m de plus quand même. On ressort déjeuner sous les arbres, épuisés par ce premier effort. Les blocs ont été stockés sous la buse sur un coté, dans l'attente d'utilisation pour l'ancrage du futur portique.

L'après midi, on est chaud pour casser du méandre ! 9 pailles dont quelques thermo (nucléaire?) vraiment plus puissantes, en grande longueur avec forage mèche de 60 cm et grosse perfo. On fait la chaine pour sortir tous les blocs, sauf la pierraille pour paver le sol. Avec des forages en oblique montant, la plupart du temps, et une roche très dure, c'est extra. Quelques très gros morceaux de paroi sont débités sur place pour pouvoir les sortir. Pas facile avec une petite massette au manche très glissant. Un élargissement naturel débutant à 1 m du sol, au début du virage entamé, est visé pour avoir le maximum de largeur de travail côté épaules. En bas, c'est seulement 20 cm pour les jambes, cela suffit.

Au final, environ 2,50 m de plus, mais en gabarit présidentiel. IL faudra en claquer 1,50 m encore pour accéder au virage suivant qui repart légèrement à droite. En coupant les "S", c'est tout droit en fait.
On aimerait bien une nouvelle cheminée pour limiter le retour des blocs derrière. Les 8 m sont un peu chiants à faire avec un gros bloc à porter, ça ne passe pas en latéral en le tenant devant soi.
Et toujours de l'air soufflant du fond, bien visible quand le nuage passe.

Prochaine sortie, dimanche 24 à 10h, mêmes éléments. Prévus : Thierry et Jean Marie, un troisième serait bienvenu pour aider à évacuer les blocs.

Photos commentées après mise en ligne.
Bruno
Gouffre des Fèves, mercredi 20 avril 2022
Gouffre des Fèves, mercredi 20 avril 2022
Gouffre des Fèves, mercredi 20 avril 2022
Gouffre des Fèves, mercredi 20 avril 2022
Partager cet article
Repost0
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 18:53
Présents : VoL PAU
Un jeudi sans  rendez-vous sauf une petite course à pied d’entraînement à caler ça veut dire spéléo ! On court de bon matin,  je me ratatine sur le trottoir, j’ai des affreux steaks partout. Bon de toute façon avec la Néoprène mouillée ça fera pansement humide et ca ne collera pas. Objectif trou Pinard pour aller pêcher deux trois crustacés cavernicoles. Jean Luc nous dit de prendre une corde de 35 m mais comme nos cordes ne sont tjs pas marquées on part avec … une 60 ? Bon on avait de la marge. Je prends 6 mousquetons plaquettes et Philippe aussi parce qu’on s’écoute  pas. On cherche le trou et on finit par appeler Jean-Luc, mais oùquilest ce trou ? Il nous redit.  Philippe le localise et j’équipe. On est vite en bas, la rivière est chantante comme Thierry Gilles au mieux de sa forme. Dès qu’on la quitte pour le réseau argileux, ça manque de O2 ou y’a trop de CO2, bref Philippe devient grincheux et c’est typique chez lui : marqueurs physiologiques perturbés. Je lui porte son sac ! (Je suis un Warrior déguisé en fille qui se la pète). On va dans la galerie des marmites j’attrape deux cloportes dont j’ai encore oublié le nom, puis on va jusqu’à la voûte mouillante totalement immergée. Demi tour, c’est pas le jour de faire de l’apnée avec des globules occupés par du CO2. On ressort et hop une bière. C’était chouette. Ha oui, détail : la super lampe très chère de Philippe était déchargée dès  l’entrée. il a fait les 2 heures de spéléo avec une secours de 40 lumens… de quoi être grincheux. 
Véro
Trou Pinard, jeudi 14 avril 2022
Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 09:01

Présents : JM/Thierry/ et Sarah qui se pointe comme un cheveu sur la soupe «  sans prévenir »

Après 11 jours dans les Alpes à braver la neige, le froid et les éboulements, je retrouve les copains avec plaisir à 10h au parking. Le traditionnel café/brioche oblige « et partage de mésaventure » nous arrivons à 11h devant la buse.

J'avoue que j'avais bien suivi les travaux du haut de ma montagne mais c'est tout de même bien plus beau à voir ! Le trou a bien changé. Par miracle, une deuxième buse est venue épouser parfaitement la première « on s'en souviendra » et des mètres cubes de terre ont parfaitement immobilisé le tout. En seulement deux trois sorties de ratées, il s'en est passé des choses !

Les fèves, vous êtes sûr ?

L’équipement est bien plus facile a installer maintenant, la descente se fait sans mal avec deux kits bien chargé en bout de corde. Bon, bien sûr il y a un petit bémol «on est en spéléo après tout », de la terre a réussi à se frayer un passage dans un petit trou entre les IPN, donc nous atterrissons à nouveau sur un talus instable qui est descendu jusqu'au début du méandre on nous allons travailler. Ce qui change un peu, c'est que cette terre là, est sèche « Hallelujah » !! 

Trêve de plaisanterie, nous attaquons les choses sérieuses. En premier lieu nous aménageons le fond du méandre au format présidentiel pour faciliter les manœuvres et pouvoir dégager les blocs. Déjà deux séances de tirs pour ce faire, on ne lésine pas sur les moyens, nous faisons deux ou trois pailles à la fois ! Thierry reste au fond et JM et moi faisons le relais « du 6 m méandre » pour entasser les blocs dans la salle où la boue disparaît petit à petit remplacée par la roche.  Au troisième tir, on entend déjà Thierry qui gueule au fond et il y a de quoi !  Cette série de deux grandes pailles a carrément délité un pan de la paroi bien trop gros pour être soulevable ! Thierry joue des coudes pour éclater tout ça et voilà de bons gros bébés cailloux qui arrivent encore et encore !

Ça avance bien, les 6 grandes pailles accompagnées des normales font des miracles juste avant que la grande mèche nous lâche pour le dernier tir « RIP » . Dernier tir qui tout compte fait en comptera un ULTIME pour casser l’énorme roche qui aurait autrement, pulvérisé les coudes de Thierry. « 15 pailles au total ? » 

Nous arrivons à un point fatidique, la zone est dégagée, il ne reste plus qu’un virage à gauche avant de « peut être » y voir plus clair ! Fin des travaux, nous sommes tous un peu mouillés à force de racler la boue des parois et le corps cri famine. Entre temps nous avons démonté l’échelle d’accès à la galerie sup, donc nous repartons avec deux kits et 4 morceaux d’échelles ce qui nous permettra de nous réchauffer instantanément.

Bon, me voilà rassurée, je n'ai pas perdu les reflexes spéléos et ça fait bien plaisir de revenir bosser en sous-sol en compagnie des irréductibles gaulois ! En attendant de revoir toute la bande, je vous souhaite un bon week-end de Pâques à tous. Week-end qui n'a pour le moment aucune sortie de prévu « Vacances au SCV ? Est-ce possible ? »

Faute de photos, vous avez donc un peu de lecture et toutes mes amicales salutations ! 

A bientôt les siphonnés du bocal  « ou devrais-je dire, du bocage ! »

 

Sarah

Partager cet article
Repost0
10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 11:20
Présent : Arnaud, Thomas, Rodolphe, Pascal
 
Arrivée à 10 h 10 sur le parking où il y déjà du monde (depuis la veille en fait, d’après la couche de neige qui s'est déjà accumulée).
Après un rapide café croissant, on est dans le trou à 10h40.
Une fois dans la salle, Arnaud nous présente les principes du répartiteur, du contre poids, de la régulation et du balancier. Pendant ce temps, là le groupe qui a passé la nuit sous terre remonte (fondue le soir et crêpes le matin).
Ensuite on installe une corde de progression, puis un atelier répartiteur, où on travaille d'abord le contre poids/régulation, puis le balancier. On a l'occasion d'essayer chacun tous les rôles.
On mange vers 13h30, et pendant ce temps là un groupe de 3 suisses alémaniques arrivent pour la nuit. A noter la technique de faire passer tous les kits sur la tyrolienne, en tirant avec une corde. Plusieurs points à améliorer (tas de sacs trop gros qui coince, corde envoyée en bas depuis l'arrivée plutôt qu'amenée par quelqu'un en prenant la tyrolienne). On les aide un peu vu qu'on était déjà revenu à l'arrivée de la tyrolienne pour refaire des ateliers.
Pendant qu'on se bat avec la tyrolienne, un troisième groupe arrive dans la galerie (vraiment trop de monde dans les galeries commerçantes le samedi après midi).
Une fois tout le monde passé, Arnaud nous montre le palan, puis on en installe un pour le tirer sur la tyrolienne à l'horizontale. Pendant qu'on installe le palan, un quatrième groupe traverse la salle (enterrement de vie de garçon)..
On replie tout, et on sort à 16h30, sec, ce qui permet de bien profiter de l'averse de grêle pour se tremper.
Le temps qu'on se change et qu'on se réfugie dans la grande voiture de Rodolphe pour boire une bière, il fait grand soleil.
Au final, bonne journée de travail, on a pu tous tout essayer.
Vous auriez pu venir, y a même pas eu de pluie, juste la neige et la grêle.
Thomas LEBON
Les Cavottes, SSF, samedi 9 avril 2022
Les Cavottes, SSF, samedi 9 avril 2022
Les Cavottes, SSF, samedi 9 avril 2022
Les Cavottes, SSF, samedi 9 avril 2022
Partager cet article
Repost0
9 avril 2022 6 09 /04 /avril /2022 17:56
Participants : Bruno, Thierry V, Thierry G, Laurent G ( Rhinolophes dijon)
Travaux et désobstruction.
Après avoir rejoint Thierry à Frotey, nous covoiturons pour arriver à Baulme la roche vers 11h00.
Le dijonnais nous accueille et nous montons vers son chantier après un café froid...
Après avoir admiré le téléphérique tire bacs ( un mécano impressionnant, mais était ce bien utile?), on s'étale suivant les capacités de chacun.
Bruno au fond dans le plus étroit pour décaisser et remplir des bacs, Thierry G au milieu pour réceptionner  et transférer à Thierry V dehors en mode traction directe !
Une première série de 25 et c'est la pause. Puis thierry nous demande de rectifier les parois pour faciliter le tirage dans la zone 10m avant le fond. 8 Papayes le jeudi, 2 autres le vendredi + encore deux tout au fond du boyau. Thierry V s'est déchainé au gros marteau pour faire descendre un des plus gros morceau de paroi de sa carrière...
Bref, encore 35 bacs de cailloux sortis le jeudi + 10 de terre au fond. Vers 18h30, on arrête, rincés!
Vendredi, rebelote. Mais uniquement de la terre du fond. C'est laborieux, avec la mise en place d'un second système de va et vient de bacs. Mais la pose d'un lino bien glissant facilite la manœuvre.
Au fond, 1,50m décaissés après un angle droit du méandre vers la gauche. Pour arriver dans un remplissage complet de la galerie....Pas d'air, ça semble revenir vers la falaise, faudra pas insister trop longtemps plus loin et surtout faire une topo pour préciser cela.
Après repas et rangement du matos, on trouve un café à Velars avant de repartir à Vesoul, puis vers l'alsace pour moi.
Merci à Thierry pour l'accueil, les bons vins, la fondue etc etc.
On reviendra, mais ce serait bien d'aller plutôt titiller la perte de Panges avec quelques forages.

Dimanche, sortie papayes au gouffre des fèves, dans le grand méandre au fond. RDV 10h.

Bruno
Baulme la Roche, jeudi 7 et vendredi 8 avril 2022
Partager cet article
Repost0
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 09:39
Participants : Th. J-m.
14h/18h,

    Reprise des travaux : cela descend bien, mais sans le bruit de l'eau pour nous guider ... on ne sait pas où aller d'autant plus que l'entonnoir remblayé est en fait plus grand qu'il n'y paraissait. On sécurise le trou  en récupérant des piquets et du grillage placés à plat. En rentrant on s'offre une petite virée de chasse aux fossiles du côté de Saulx. 

J-m.

Partager cet article
Repost0