Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 20:13
Participants :Bruno, Sarah.
9h30/14h30
Objectifs atteints, mais...

Il fait moins 5 degrés pour s'habiller au parking, c'est chaud!

Avec le kit bien plein, direction le méga bloc au terminus. Sarah entame le talus d'argile à gauche et le lit de graviers du même côté avec la barre à mine. C'est le plus court observé pour passer sous le bloc ; ça ressemble fortement à une paroi du méandre qui aurait basculé ?

Puis forage allongé pour 2 pailles au plus loin. Pas simple, c'est rongé par l'eau en dessous, avec de grosses amorces de lames. Sarah déblaie puis forage pour une nouvelle paille solo afin de gagner de la place. On tape les fissures, on gagne quelques cm de plus. Je tente de forcer, en grattant les graviers au sol avec la barre à mine. Comme la dernière fois, ça passe!
Mais, à peine sorti, nouveau mur en face. A peine 1 mètre entre les deux, largeur un gros mètre, hauteur à peine 2 m au plus haut.
C'est le petit frère ? A part une petite lucarne au plafond à droite, aucun vide en vue. Le bloc trempe dans l'eau qui passe en dessous, rien au ras du sol ni sur les cotés.
Je demande la perfo et les mèches pour refaire un tir avec plus d'aisance de ce côté. Quelques instants avant, j'ai entendu un léger bruit dans les blocs derrière moi. Rien d'inquiétant à priori, j'avais inspecté assez longtemps le secteur avant de bouger les blocs au sol.
Cependant, une pointe vient me percuter l'omoplate, mais rien ne suit immédiatement. J'ai dû bloquer la chute du bloc ou caillou, que je n'ai même pas pu voir.
Une seconde plus tard, j'étais repassé en sécurité sous le premier méga bloc. Plusieurs petits cailloux tomberont ensuite, aléatoirement.
La perfo est récupérée en douceur, mais pas la grande mèche posée plus loin. Il manque aussi le burin, non retrouvé dans les graviers.
Plus de peur que de mal finalement, malgré une belle bosse assez peu douloureuse.
On fore donc un dernier trou du côté amont pour pouvoir passer sans ramper, et secouer ce qui voudrait descendre facilement plus loin. Il faudra apporter une sangle et 5 m de corde pour tirer les deux gros morceaux résultant du dernier tir la prochaine fois. Trop lourds à la main.
A noter des traces de mise en charge ( bois) à un mètre de hauteur avant le fond.

Retour vers l'entrée en admirant à nouveau le nouveau tronçon vu dimanche, c'est vraiment BEAU!

Au passage, Sarah se glisse dans le départ de méandre en hauteur côté droit en sortant, situé 50 m avant le fond: bouché à 6m.
Et une arrivée d'eau dans ce secteur, issue d'un talus de terre cachant un départ ?
Idem pour le départ fossile à la sortie côté droit en entrant dans le "canyon": bouché à 4 m, avec de belles concrétions.

Comme il nous reste un peu d'énergie, on s'attaque au chantier du shunt par l'intérieur. L'air froid du dehors est présent, il oblige à porter la cagoule.

4 trous pas faciles à forer, en trois fois, et on est dans la salle de l'autre côté....
Sauf qu'un petit bloc gêne vraiment tout au bout. Nous remballons à nouveau tous le matos pour le ressortir après le tour par le passage bas et humide.
Je passe par le passage réouvert par Nanard pour aller claquer ce petit bloc avec une demi paille.
Puis c'est le tout gros avec les trois trous qui en reçoit une grande.
Désormais, c'est toujours tout droit juste avant le dernier cran avec le ruisseau. Horizontal, direct dans le fossile amont et presque confortable.
Bon, il faudra quand même fignoler un peu pour que tout le monde n'accroche pas. Débiter le gros morceau laissé en plan ( plus de burin), arrondir les angles, enlever encore de l'argile au sol du shunt à l'entrée et à la sortie etc.
Pas de photos  cette fois, c'était pas prévu.
A peine inquiet pour la suite, l'eau et l'air passent. On mettra le temps, et plein de trous à forer.
Merci à Sarah pour son assistance technique pendant les forages, et sa grande motivation sous terre.
Bruno
Partager cet article
Repost0

commentaires