Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

1 septembre 2019 7 01 /09 /septembre /2019 20:24

En Versenne, la grotte de Sidonie
PA, TPST 7h00

Ce samedi 31 août, Stéphane Guignard a rassemblé autour de lui 13 personnes pour l'épauler. Le siphon d'Enversenne mérite d'être exploré plus loin et c'est aujourd'hui que cela se passe.
C'est donc accompagné de Christophe Rognon pour la plongée et de tout un groupe (Michel, Christian, Louis, Fred, Anne et leur fille Coralie, Christian, Thierry, Didier, Pierre, Charles et ses fils Felix et Etienne et moi-même) que nous nous retrouvons à 9h30 dans le virage de Fontenotte. Denis est là pour porter les clefs et s'excuse de ne pouvoir nous accompagner.
Il est onze heure quand nous enlevons les baudriers au bas de l'unique puits de 20 mètres.
Les fils des capteurs nous amènent à la rivière et c'est dans un lit large et sablonneux que se passe la première heure de marche. L'espace est large, joliment concrétionné et le groupe s'est divisé en deux rapidement. Je ferme la marche.
Les anciens m'expliquent des choses que je n'entends pas complètement : il ne faut pas passer par là à cause de Sidonie igueule, il ne faut pas poser sa main parce que Sidonie leussé, non mais là c'est en bas parce que… sidonie. 
Je ne comprends pas tout mais je m'exécute. Anne et Coralie qui sont devant moi semblent comprendre, tant mieux.
Au bout d'une demi-heure nous quittons le lit principal pour gagner un réseau semi-fossile sur la droite. La calcite fait briller le sol, les petits gours sont enduits de blanc et scintillent devant nous, des méduses laissent pendre leurs tentacules jusqu'au sol. "Non mais faut pas toucher, Philippe, parce que Sidonie le voit", le son a été plus net : c'est peut-être plus SI DENIS que Sidonie, dont acte. 
Denis veille jalousement sur sa grotte et la grille qui ferme l'accès du puits a une clef qui reste en permanence suspendue à son cou. (Si Denis savait ce que je viens d'écrire…)
Au bout d'une heure nous enfilons les néoprènes, enfin les hauts car les bas étaient déjà en place.
C'est reparti dans le réseau actif. L'eau est là, jusqu'à mi-mollet parfois, guère plus au début. Le sol est instable et Felix qui est devant moi s'enfonce régulièrement dans des flaques dont il n'avait pas idée de la profondeur. Son père lui dit "trois appuis avant de te lâcher". J'observe : la plupart des spéléos n'ont pas trois appuis, ils visent plutôt les berges et les reliefs visibles. C'est une meilleur tactique.
Nous quittons le sol instable pour glisser dans un lit plus profond, sablonneux. Sur le chemin un tuyau bricole un siphon qui part vers la droite : c'est le passage vers LA VOÛTE MOUILLANTE. L'épreuve ultime.
Depuis le départ elle est annoncée comme un passage sélectif : un peu inquiet pour ma batterie de Scurion, j'avais pris le casque de vero à la batterie de plongée… Je m'avance et entends devant moi un peu de stress, d'inquiétude, quelques instants de panique. Je me demande comment c'est. En fait, c'est… rien. Il y a péniblement deux mètres où il faut mettre la tête dans l'eau, se tirer sur la corde pour resortir de l'autre côté : très rigolo en fait.
C'est reparti pour une demi heure de marche et nous arrivons vers 13h00 en bas d'une salle où une eau un peu glauque est nantie d'une ficelle à gigot. Steph et Christophe s'habillent devant la mare. Pierre se met à côté d'eux et soulage sa vessie devant les yeux hagards des plongeurs. Je rigole. 
13h30 les courageux plongent. Quelques bulles montrent leur trajet, au début avec un halo jaunâtre puis plus.
Nous montons en haut de la salle pour avoir un peu de plat. Nous y mangeons. J'y somnole.
14h39 : Christophe est de retour. Il boit un café chaud et nous dit que Steph continue.
15h27, Stephane sort de l'eau, réjouit, ravi, rayonnant.
Nous reformons les kits et avant que nous n'ayons pu dire ouf, Christophe et Steph repartent. Steph embarque même deux kits! Je ne sais pas ce qu'il a vu mais il est dopé.
Cette fois je rentre avec le groupe de tête, nous avançons à un bon pas. Nous nous regroupons pour la voûte mouillante puis nous redispersons. Steph s'arrête pour aider Christian à changer sa lumière, nous le doublon avec Pierre et Thierry. A l'arrivée au bas du puits, je vois le séant de Christophe à quelques mètres au-dessus de moi : il a carburé, le voilà déjà a mi-puits.
Nous le suivons et la sortie s'étale sur une bonne heure. En haut c'est bière à volonté : chacun a amené de quoi arroser et fêter l'exploit car OUI, Steph a rajouté de la première : derrière le siphon après la cloche, 20 m de fil pour sortir dans une zone exondée inondée, il raconte, un lac, quatre mètres de profondeur sur une centaine de mètres avec un nouveau siphon derrière.
Sidonie est au courant, il amènera le champagne. Bingo : le voilà avec les bouteilles. On fête cette réussite, Steph remercie les porteurs mais c'est lui le roi ce soir.
19h30, le groupe se disperse, retour au bercail.

Philippe Auriol

En VErsenne, samedi 31 août 2019
Partager cet article
Repost0

commentaires