Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SCV 70
  • : Vie du club SCV70, consacré à la spéléologie, et un peu le canyoning et la via ferrata.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:29

présents : Véro, Philippe, Valbert, Thierry V., Nanard

rendez-vous 10 H au trou.

Avec Thierry on s'occupe  du S1, qui sera franchi avec 2 pailles courtes et 2 longues. Depuis l'autre côté, on lui fait sa fête au marteau-burin.

On passe désormais l'ex S1, dont la voûte se trouve  60 cm au dessus de l'eau.

Véro, Philippe et Valbert remontent en début d'après midi, après avoir visité la cavité dont la galerie des Marmites.

Pendant ce temps,  nous terminons les travaux et découvrons la suite du réseau (connue par les plongeurs), soit 200 à 300 m dont la galerie se termine par le nouveau S1 aval (ex. S2). Galerie finale bien érodée et ensablée partiellement.

Nous découvrons enfin le fameux siphon amont/aval.

Nous ressortons avec tout le matériel avec Thierry V. vers 17 h, sauf le canoë, le gonfleur et la grosse barre à mine que nous récupérerons la semaine prochaine (peut-être mercredi), lorsque nous irons faire la topo.

Nanard

 

Trou Pinard, mardi 1er août 2017
Faire sauter le bouchon au trou Pinard, quel beau programme pour une première sortie.
Tandis que les deux anciens, Thierry et Nanard se préparent à descendre, Valbert et moi sous l’oeil attentif de véronique descendons les deux puits : 4 mètre et 14 mètres. Se remémorer l'ordre des choses : fixer la petite longe, puis sur le descendeur, une demi boucle et une boucle, s'asseoir dans le vide, déboucler et descendre. Valbert n'aime pas l'autorité maternelle et la mère n'aime pas la désobéissance infantile. Arrivés en bas nous nous déplaçons dans le lit de la rivière jusqu'aux marmites, puis rattrapés par les anciens nous allons jusqu'au siphon à déboucher. Tandis que les techniciens s'affairent, Véronique nous a amené ramper au-delà des marmites où l'argile dessine ses petites pointes au plafond et où les Caecosphaeroma nous distraient dans les quelques centimètres d'eau.
Retour auprès des travailleurs, une paille, deux pailles, boum. Le siphon est ouvert.
Nous reprenons le chemin inverse à trois, remontée finalement plus facile que prévue : il faut juste trouver le rythme des mouvements.
Retour à la surface où le jour existe encore. Très belle sortie, merci à tous.
Philippe Auriol
Partager cet article
Repost0

commentaires